Travailleurs indépendants : comment éviter le burn-out ?

“L’idée d’exercer une activité en freelance en attire beaucoup, mais le risque de burn-out n’est jamais loin. Voici quelques conseils pour l’éviter !“

Comment éviter le burn-out en freelance ?

La liberté du statut freelancing est souvent enviée par les salariés d’entreprise. Mais ce que l’entourage ne sait pas toujours, c’est que la charge mentale d’un indépendant peut être bien pire que la pression d’un employeur.

Sans prêter attention aux signes que vous envoie votre corps, vous pourriez vous-même être concerné par le burn-out. Et ce, sans même vous en rendre compte. Alors, pour éviter cette situation désagréable et garder un moral au beau fixe, voici quelques conseils à appliquer dans votre vie d’indépendant.

Qu’est-ce qu’un burn-out ?

Afin de définir la notion de burn-out, prenons la définition officielle de l’OMS : « Sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d’incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail ».

Le burn-out est lié au surmenage et à une activité exercée au-delà du seuil de fatigue d’une personne. Il survient quand la charge de travail est trop importante, sur du long-terme notamment.

Burn-out : un risque plus important chez les freelances

En tant qu’indépendant, il n’y a aucune contrainte extérieure susceptible de vous imposer une limite. Aucun employeur ou code de travail n’est là pour réguler la quantité de travail à effectuer. Vous êtes libre de travailler trop, sans toujours vous rendre compte des conséquences.

La faible protection sociale du statut d’indépendant ne rassure pas non plus les freelances, qui préfèrent ne pas s’arrêter au risque de perdre du revenu. Même chose pour les vacances : si vous partez, vous ne recevez aucune indemnité. Une bonne solution est alors envisageable : avoir recours au portage salarial.

Quels sont les effets du burn-out ?

Concrètement, le burn-out se manifeste par une fatigue permanente et un état d’anxiété et d’angoisse. Le cerveau fonctionne au ralenti, et des perturbations cognitives peuvent apparaître telles que des troubles de la concentration. La motivation est au plus bas, et l’épuisement se fait également ressentir mentalement.

Il est indispensable d’identifier ces symptômes dès les premières manifestations, car ils peuvent s’aggraver jusqu’à déclencher des dysfonctionnements physiques plus graves.

4 conseils pour éviter le burn-out en tant que freelance

Il est facile de dire qu’il faut éviter la fatigue mentale et le surmenage. Mais concrètement, comment faut-il s’y prendre ? Voici 4 conseils pour vous aider à gérer efficacement votre activité, sans risque de burn-out.

1 – Préserver son hygiène de vie et sa vie sociale

Travailler pour vous-même ne signifie pas que vous devez rester connecté tous les jours, à tout moment. Afin de garder une vie sociale épanouie et une hygiène de vie saine, il est essentiel de différencier le temps du travail et celui des loisirs.

Octroyez-vous des moments avec vos proches, décrochez totalement de votre boîte mail ou votre téléphone, et oubliez votre activité le temps de vos loisirs. Dans le cas contraire, votre vie professionnelle risque d’écraser votre vie personnelle, et ce n’est pas ce que vous souhaitez.

Enfin, intégrez des activités sportives à votre routine, gardez une alimentation équilibrée et veillez à dormir suffisamment.

2 – Organiser efficacement ses tâches professionnelles

Une bonne organisation est la clé du succès d’un freelance. Contrairement à un salarié d’entreprise, c’est vous qui gérez votre activité du début à la fin. Ainsi, vous devez faire preuve de rigueur afin de gérer efficacement tous les imprévus.

L’objectif d’une activité de freelance n’est pas de brader ses tarifs dans l’espoir d’obtenir un grand nombre de missions, et donc d’être rentable. Pour éviter l’épuisement et préserver la qualité de votre travail, il est préférable de proposer des tarifs plus élevés qui reflètent vos compétences, et d’accepter moins de missions.

3 – Travailler à son rythme

Chaque personne est différente : un rythme de travail adapté pour votre collègue ne sera pas forcément adapté pour vous. En tant qu’indépendant, vous avez le choix de vos horaires de travail. Il importe donc de choisir des horaires adaptés à votre productivité, qui vous apportent un état d’équilibre et de bien-être.

Ainsi, vous évitez de travailler sous pression, et vous ne vous sentez pas noyé sous une charge mentale trop importante. Le secret pour rester efficace : écouter son corps et ses besoins.

4 – Aménager un espace de travail optimal

Le plus difficile dans la vie professionnelle d’un freelance, c’est de rester concentré sur ses tâches. L’appel à la procrastination est partout, surtout chez soi. C’est pourquoi il est essentiel d’avoir un espace dédié à votre travail, dans lequel votre esprit pourra se concentrer sans trop d’efforts.

Dans le cas où vous devriez fournir des efforts constants pour remplir vos engagements, vous faites face à un risque important de dégradation de votre santé mentale. Ainsi, l’aménagement d’un espace privatif vous offre des conditions optimales pour vous sentir serein.

Experts IT : des profils de plus en plus recherchés

“ Les compétences en informatique sont très recherchées des entreprises. De belles opportunités se présentent pour les experts IT freelances. “

 

À l’ère du digital, les compétences des experts en digital sont en nette progression. Et depuis la crise sanitaire, les chiffres n’ont fait qu’augmenter selon une étude de l’agence Bluecoders : là où 35 % des 150 entreprises interrogées ont dû quitter une partie de leurs salariés, pas moins de 88 % d’entre elles ont au contraire étoffé leurs équipes.

 

Parmi ces compétences technologiques, citons entre autres le développement informatique et le Data Management. Les entreprises font davantage appel à des freelances IT, qu’elles préfèrent à l’embauche pour une question de coût, mais aussi de compétences plus techniques. Tour d’horizon sur le secteur des freelances IT.

Les entreprises cherchent plus de diversité des profils

 

La crise sanitaire a largement accéléré le passage au numérique de bon nombre d’entreprises. Tous les secteurs sont concernés, et les compétences recherchées sont de plus en plus techniques.

 

Plusieurs facteurs entrent désormais en jeu : le risque d’une situation de crise économique, et les compétences requises toujours plus techniques dans le monde du digital et de l’informatique. Une option apparaît alors comme idéale aux yeux des employeurs : faire appel à des freelances IT.

 

De cette manière, les entreprises peuvent bénéficier de l’expertise de profils variés dans le domaine, sans avoir à embaucher plusieurs personnes. Le coût est moins élevé, le risque moins important, et les compétences proposées sont plus nombreuses.

 

Un tout-en-un pour les employeurs, pour le plus grand bonheur des freelances du secteur informatique et technologique.

 

Une situation qui motive les indépendants du secteur IT

 

Cet engouement des entreprises pour les profils « techs » a poussé de nombreux professionnels du secteur à se lancer dans l’entrepreneuriat. Selon cette même étude de Bluecoders, 21 % des répondants concernés ont sauté le pas. Ces derniers ont pris note des opportunités qui se présentaient à eux, et les ont amenées à leur avantage.

 

La demande de talents informatiques ayant fortement augmenté, le secteur fait face à une pénurie de main-d’œuvre. Les entreprises ont alors revalorisé les salaires, avec 61 % de salariés qui ont bénéficié d’une augmentation. La conjoncture est très favorable à ces experts en technologie, et de belles opportunités sont à saisir.

 

Finalement, c’est un constat qui paraît logique puisque le digital s’impose dans tous les secteurs d’activité. Le risque d’entreprendre est beaucoup moins élevé pour les professionnels IT, et ce, même pour un débutant.

 

Le portage salarial : un statut d’indépendant avantageux

 

Pour les experts IT souhaitant exercer leur activité en toute autonomie, le portage salarial est une alternative offrant de nombreux avantages.

 

La création d’entreprise implique des démarches juridiques lourdes, une gestion quotidienne parfois chronophage, et une protection sociale trop faible. Lisez la suite pour comprendre en quoi le portage salarial est une alternative avantageuse pour les professionnels du secteur informatique.

 

Un gain de temps et d’énergie pour les experts IT

 

L’entreprise de portage se place comme un intermédiaire entre les entreprises clientes et le travailleur indépendant.

 

Concrètement, le consultant porté ne s’attarde pas sur toutes les tâches administratives, juridiques et financières qu’implique une activité indépendante. C’est l’entreprise de portage qui gère tous ces aspects contraignants, en échange d’une commission qu’elle prend sur le chiffre d’affaires du salarié porté.

 

En tant qu’indépendant dans le domaine de l’informatique, vous avez tout le temps de vous consacrer à vos missions et à vos clients.

 

Des avantages sociaux similaires au statut de salarié classique

 

En plus du gain de temps et d’énergie, un indépendant en portage salarial bénéficie des mêmes avantages sociaux qu’un salarié d’entreprise classique. Ces avantages comprennent le droit aux congés payés, une protection sociale complète, mais également une assurance de Responsabilité Civile Professionnelle.

 

Le statut d’entrepreneur peut faire peur, et n’apporte pas la même sécurité que le salariat. C’est pour cette raison que de nombreux professionnels hésitent à se lancer, car ils ne souhaitent pas prendre le risque qu’implique une création d’entreprise.

 

Une offre de service qui va au-delà de la gestion des tâches administratives

 

Une entreprise de portage salarial ne se résume pas à la gestion de vos tâches fiscales, juridiques et financières. Elle propose également un accès à un réseau de professionnels et d’experts, dans votre domaine ou dans d’autres secteurs d’activité, à des formations et ateliers, ou encore à des rencontres organisées.

 

L’accompagnement personnalisé est au cœur du concept de portage salarial. Une équipe est là pour vous soutenir dans chacune de vos missions, pour apporter les réponses à vos questions, et pour participer au développement de votre activité.

 

Finalement, vous êtes salarié d’une entreprise pour laquelle il n’existe aucun lien hiérarchique. Bien au contraire, l’entreprise de portage salarial se définit comme un partenaire de confiance pour développer votre activité.

Frais de repas : exonérations des charges sociales sous conditions

“Les indemnités de repas sont exonérées de charges sociales. Cependant, les mesures du 25 juin 2021 ont apporté quelques restrictions. “

 

Indemnités de repas : exonération des charges sociales sous conditions

Les frais de repas ne sont généralement pas soumis aux cotisations sociales pour les salariés. Mais l’évaluation forfaitaire varie selon la situation : déplacement professionnel, repas dans les locaux de l’entreprise ou sur des chantiers.

 

Depuis le 25 juin 2021, de nouvelles règles s’appliquent concernant l’exonération des charges sociales sur les indemnités repas. Ces règles ont été précisées par le Bulletin Officiel de la Sécurité Sociale (BOSS) afin de lutter contre les abus en matière de repas d’affaires.

 

Quelles sont ces nouvelles mesures et quels changements impliquent-elles pour les salariés ? Lisez cet article pour en savoir plus.

Frais de repas : exemption de charges sociales

 

Pour un salarié, le remboursement des frais de repas est exonéré de cotisations sociales dans le cas d’un déplacement professionnel ou d’une contrainte de prendre ses repas sur son lieu de travail.

 

En cas de repas pris au restaurant, l’employeur a l’obligation d’apporter une preuve que le salarié était contraint de prendre son repas au restaurant. Dans le cas où il prendrait son repas dans sa voiture, le BOSS applique la limite des repas pris hors des locaux de l’entreprise.

 

Depuis le 1er avril 2021, les dépenses liées aux repas d’affaires sont désormais des frais professionnels. Ils sont donc exclus de l’assiette des cotisations sous les conditions suivantes :

 

  • Les dépenses ne sont pas régulières et ont un caractère exceptionnel,
  • Les dépenses sont effectuées uniquement dans l’intérêt de l’entreprise,
  • Les dépenses sont justifiées par des pièces comptables.

 

Frais de repas : quels changements avec les mesures 2021 ?

 

C’est le 25 juin 2021 que le BOSS apporte plus de précisions concernant les abus manifestes. En effet, il n’y a pas d’abus manifeste si la fréquence de repas d’affaires du salarié n’excède pas un repas par semaine, ou cinq repas par mois.

 

Si ce chiffre est dépassé, les repas d’affaires ne sont plus considérés comme des frais professionnels, mais comme des avantages en nature.

 

Les pièces comptables doivent inclure le montant des dépenses supportées par le salarié, le détail des personnes qui ont participé au repas d’affaires, ainsi qu’une preuve que le repas a vraiment eu lieu.

 

Les frais professionnels en portage salarial

 

L’un des gros avantages du portage salarial, c’est le statut de salarié des consultants portés. Ce statut juridique avantageux implique également le remboursement des frais professionnels, réel avantage par rapport au statut de micro-entreprise. En effet, pour ce dernier, aucun remboursement n’est possible, peu importe le type de dépenses.

 

En portage salarial, les frais professionnels peuvent être remboursés par le client. Dans ce cas, il s’agit de frais professionnels de mission. D’autre part, si les frais ne sont pas refacturés à votre client, l’entreprise de portage peut vous rembourser ces frais : ce sont les frais professionnels de fonctionnement.

 

Un salarié porté peut, à l’inverse d’un salarié classique, optimiser ses revenus en faisant passer certaines dépenses en frais professionnels de fonctionnement. Le remboursement augmente donc le revenu net du consultant porté, puisqu’il ne constitue pas du salaire.

 

Il existe trois conditions pour se faire rembourser des frais professionnels en portage salarial :

 

  • Le montant total mensuel du remboursement des frais ne doit pas excéder 30 % du chiffre d’affaires HT,
  • Les dépenses engagées doivent être en lien direct avec l’activité professionnelle du salarié porté,
  • La date d’engagement doit correspondre à une journée travaillée.

 

Les frais de repas, ou frais professionnels de nourriture, font également partie de ces frais professionnels, à partir du moment où le consultant porté peut justifier que ces dépenses sont liées à son activité : un repas avec un client par exemple.

 

Des règles plus strictes concernant les repas d’affaires

 

Depuis la mise à jour du 25 juin 2021, les conditions se sont endurcies concernant les repas d’affaires. Et ces nouvelles mesures s’appliquent également aux salariés portés, qui sont soumis aux mêmes règles que les salariés d’entreprise classique.

 

Les restrictions sont ainsi identiques et applicables pour tous :

 

  • Caractère ponctuel et limité en nombre, les dépenses doivent être exceptionnelles,
  • Absence d’abus manifeste,
  • Justification par des pièces comptables, attestant du montant dépensé et de la qualité des participants au repas.

 

Malgré tout, si toutes les conditions sont respectées, il est encore une fois plus avantageux pour un indépendant de choisir l’option du portage salarial. Ainsi, il a la possibilité de se faire rembourser ses frais professionnels, chose impossible avec les autres statuts juridiques.

Restaurateurs et maçons : aides pour prévenir les arrêts

“La restauration et la maçonnerie sont deux secteurs qui peuvent être très impactés par les arrêts d’activité. Des dispositifs existent afin de répondre à cela.“

 

Restauration et maçonnerie : des dispositifs pour prévenir les arrêts de travail

 

La crise sanitaire a impacté certains secteurs plus que d’autres, et la restauration est en première ligne de mire. Les établissements ont été obligés de fermer à cause des confinements à répétition, ce qui a fortement déstabilisé la santé économique des entreprises.

 

De son côté, le secteur de la maçonnerie a lui aussi été durement touché : impossibilité de se rendre à domicile pour des petites réparations, et arrêt des chantiers. Pour les professionnels de ces deux secteurs d’activités, maçons et restaurateurs, le portage salarial s’est imposé comme la meilleure solution pour rebondir.

Des secteurs d’activité victimes de la crise sanitaire

 

Dans les secteurs de la restauration et de la maçonnerie, les professionnels exercent des métiers indépendants. Et un statut indépendant implique une faible sécurité sociale, particulièrement en cas d’arrêt de travail.

 

Les activités se sont vues contraintes d’être temporairement arrêtées lors des nombreux confinements, ce qui a constitué une perte de revenus immédiate pour les professionnels indépendants. Mais, à l’inverse des salariés, pas de chômage partiel ou d’indemnités journalières pour ces professionnels : rien pour amortir le choc.

Les subventions mises en place pour aider les restaurateurs et les maçons

 

Heureusement, la branche « Risques professionnels » de l’Assurance Maladie a mis en place des dispositifs d’aide pour ces indépendants. Le 15 juin 2021, elle a distribué deux subventions destinées au financement de nouveaux équipements : la Prévention restaurateurs indépendants et la Prévention maçons indépendants.

 

Ces subventions peuvent aller jusqu’à 2 000 euros, et sont destinées à financer des équipements bien définis pour ces deux secteurs d’activité.

 

La Prévention restaurateurs indépendants permet aux restaurateurs de financer l’acquisition d’un lave-vaisselle, d’un four mixte, d’un plan de cuisson électrique, d’une table, d’un poly cuiseur multifonctions, et d’une desserte, entre autres.

 

L’utilisation de la Prévention maçons indépendants est quant à elle valable uniquement pour l’achat d’un échafaudage roulant ou d’une plateforme roulante.

 

Le portage salarial : une sécurité pour les indépendants

 

Tous les indépendants le savent, le moindre arrêt d’activité a des conséquences directes sur les revenus. En tant que chef d’entreprise qui emploie plusieurs salariés, la seule chose à faire est d’essayer de s’adapter ou de rebondir tant bien que mal. Mais pour un professionnel libéral ou un auto-entrepreneur, une alternative existe pour garder une protection sociale optimale en cas d’arrêts de travail : le portage salarial.

 

Le concept du portage salarial est simple : il s’agit d’une relation tripartite entre l’indépendant, devenu salarié porté, ses entreprises clientes, et l’entreprise de portage qui joue le rôle d’intermédiaire entre les deux. En d’autres termes, le portage salarial permet à l’indépendant d’avoir un statut de salarié, tout en exerçant son activité de manière libre et autonome.

 

La protection sociale faible des statuts juridiques d’entrepreneurs en fait hésiter plus d’un. Particulièrement en ces temps incertains, beaucoup de créateurs d’entreprise aimeraient garder leurs avantages sociaux, en cas d’arrêt maladie ou de grossesse notamment. C’est maintenant possible avec le portage salarial.

 

Une facilité de gestion d’activité avec le portage salarial

 

En plus d’apporter une couverture santé similaire à celle des salariés, le portage salarial offre un réel soulagement administratif à l’indépendant. En effet, c’est l’entreprise de portage salarial qui se charge de toutes les tâches fiscales, administratives, juridiques et financières.

 

De son côté, le travailleur indépendant en portage salarial peut se soucier uniquement de son cœur d’activité : ses clients et ses missions. C’est l’entreprise de portage qui facture ses clients et qui déclare ses revenus. En contrepartie, celle-ci prend une commission sur le chiffre d’affaires du consultant porté, ce qui constitue sa rémunération en tant qu’intermédiaire.

 

Enfin, l’entreprise de portage salarial offre un cadre de soutien pour l’indépendant, qui ne se retrouve pas seul dans son activité comme c’est le cas en statut d’entrepreneur. Les autres salariés portés constituent pour lui un réseau de professionnels avec qui échanger et avancer. Selon l’entreprise de portage, des formations et ateliers sont également dispensés aux consultants portés afin de gagner en compétences et de développer leur activité.

 

Sous de nombreux aspects, le portage salarial est une alternative qui permet de réunir les avantages sociaux du statut de salarié avec les avantages de l’entreprenariat : liberté et autonomie. C’est une option qui a séduit de nombreux indépendants aujourd’hui, et qui ne cesse d’en attirer de nouveaux.

 

Prendre des vacances : le défi des freelances

“Les travailleurs indépendants ont eux aussi droit à des vacances. Mais les choses ne sont pas toujours simples, alors voici nos conseils ! “ 

 

 

Les travailleurs indépendants ont aux aussi droit au farniente. Tout le monde a besoin de faire une pause, de recharger les batteries et de profiter de quelques semaines de repos.

 

Mais dans la vie d’un freelance, les choses sont parfois plus compliquées qu’il n’y paraît. Il faut faire preuve d’une grande organisation pour ne pas perdre sa liberté de prendre des vacances. Passons en revue les quelques règles à respecter pour profiter pleinement de ses vacances en tant qu’indépendant.

Une planification des vacances bien à l’avance

 

Les vacances pour les indépendants impliquent souvent un principe très désagréable : vous devez travailler plus avant les vacances, et encore plus que d’habitude à votre retour. Les choses peuvent vite devenir frustrantes, et nombreux sont ceux qui préféreront ne pas prendre de vacances pour ne pas avoir à vivre cette période de stress.

 

Un conseil : planifiez vos vacances le plus en avance possible. Informez vos clients, n’acceptez pas de nouvelles missions dans l’immédiat, et fixez vos dates de congés de manière stricte. Ne vous laissez pas influencer par un contrat intéressant qui annulerait finalement vos vacances, ou vous obligerait à fournir un travail énorme en revenant.

 

Un budget préalablement défini

 

S’il n’y a pas de congés payés en freelance, ou du moins si les avantages sociaux sont beaucoup moins intéressants que dans le salariat, ce n’est pas une raison pour s’en priver. Le secret pour partir en vacances sans se soucier des finances : établir un budget au préalable.

 

Estimer ses dépenses est une manière efficace de planifier ses congés, et de s’y tenir afin d’éviter les mauvaises surprises. Vous réduisez ainsi l’impact financier de vos vacances, et partez l’esprit léger.

 

Il est également nécessaire d’évaluer précisément la perte de revenu. Avant de partir, vous devez vous assurer que vos finances seront en bonne santé après cette période de congé. Si le budget estimé permet de s’absenter uniquement une semaine, ne prenez pas de risque en partant plus longtemps. Il vaut mieux profiter d’une semaine de détente, plutôt que partir deux semaines et angoisser pour la reprise.

 

Une communication efficace avec ses clients

 

Les vacances ne doivent pas avoir un impact négatif sur les relations professionnelles que vous avez construites avec vos clients. Il est essentiel de les prévenir en amont de vos dates de congés, afin de ne pas les prendre de court et perdre la confiance qu’ils avaient en vous. Ou pire, les perdre en tant que clients.

 

À travers une communication transparente avec vos clients, vous préservez votre image de partenaire fiable et consciencieux. N’hésitez pas à leur envoyer un rappel une semaine avant votre départ, afin de vous assurer qu’ils n’ont besoin d’aucun détail supplémentaire avant votre départ.

 

Enfin, pour le reste de vos contacts, pensez à configurer un message automatique d’absence sur votre boîte mail professionnelle. Ainsi, vous laissez savoir à d’éventuels prospects ou autres partenaires que vous ne les ignorez pas.

 

Un soutien de nos amis les freelances

 

Une tendance qui fonctionne plutôt bien chez les indépendants : faire appel à son réseau professionnel pour se faire remplacer.

 

Bien que vos clients vous aient choisi vous, il n’est pas mal vu de trouver du soutien chez des collègues fiables et aussi compétents que vous. Ainsi, dans le cas d’un projet qui ne pourrait attendre votre retour, il est parfois judicieux de déléguer une partie ou l’intégralité du travail à un ami freelance.

 

Le plus important est de respecter la confiance que vos clients vous ont accordée. Il est essentiel de choisir un partenaire sur lequel vous pouvez compter, auquel cas il vaudrait mieux oublier cette idée. Et, chaque fois que cela est possible, préférez toujours réaliser le travail vous-même.

 

Le portage salarial : une vie d’indépendant allégée

 

Contrairement à la gestion d’une entreprise, le statut de salarié porté permet de bénéficier d’un allègement des tâches liées à une activité indépendante. En effet, l’entreprise de portage se place comme un intermédiaire entre les clients et le professionnel indépendant, et gère tout l’aspect administratif et financier.

 

Les indépendants qui font le choix d’être en portage salarial auront plus de temps à consacrer au cœur de leur activité. Mais ce n’est pas tout, puisqu’ils bénéficient également des avantages sociaux des salariés : les congés payés.

 

Ainsi, le portage salarial est une alternative qui regroupe la sécurité du salariat et la liberté de l’indépendant. Et c’est un avantage qui concerne également les vacances.

Garantie décennale pour les autoentrepreneurs du BTP

“La souscription d’une garantie décennale est obligatoire pour les professionnels du BTP. Lisez cet article pour tout savoir sur cette assurance décennale. “ 

Auto-entrepreneurs dans le BTP : la garantie décennale

La loi Spinetta en 1978 a rendu obligatoire la souscription d’une garantie décennale pour la grande partie des professionnels du BTP.

La garantie décennale est une assurance qui couvre des dommages potentiels dans le cadre des métiers du bâtiment. Elle couvre le professionnel pendant dix ans après avoir terminé un chantier, et est obligatoire. Lisez cet article pour comprendre son fonctionnement et les dommages qu’elle couvre.

Qu’est-ce que la garantie décennale ?

Les artisans du BTP n’ont pas d’autres choix que de souscrire à une assurance décennale. Tous les métiers du bâtiment sont concernés par cette obligation d’assurance, que ce soient les maçons, les plombiers ou encore les électriciens. En tant qu’indépendant dans le secteur BTP, vous devez donc vous couvrir par la garantie décennale et pouvoir en justifier auprès de vos clients.

Après la fin d’un chantier, la responsabilité de l’artisan est engagée pendant dix ans auprès du propriétaire et des acquéreurs successifs. Dans le cas où le professionnel ne se couvrirait pas par la responsabilité civile décennale, celui-ci est passible de 75 000 € d’amende et d’une peine d’emprisonnement de 6 mois.

Différences entre garantie décennale et assurance dommage-ouvrage

Il ne faut pas confondre ces deux types d’assurance : la garantie décennale et l’assurance dommage-ouvrage. La garantie décennale s’étale sur dix ans et couvre les dommages ou vices cachés qui remettraient en cause la solidité de l’ouvrage livré. Elle s’applique dès la réception des travaux, et l’artisan est obligé d’y souscrire en présentant un justificatif à son client.

Quant à l’assurance dommage-ouvrage, elle doit être signée par le maître d’ouvrage. Elle s’étale également sur dix ans, et concerne tous les dommages liés à l’intervention du professionnel ou de circonstances extérieures. La différence réside dans le fait qu’elle concerne uniquement le maître d’ouvrage privé, ou le promoteur par exemple.

Les dommages couverts par la garantie décennale

La garantie décennale couvre les dommages touchant au gros œuvre, au second œuvre et aux systèmes de tuyauteries encastrées et chauffage. Elle doit être souscrite avant le démarrage des travaux, et couvre les dommages causés par la réalisation des travaux à partir de la réception du chantier.

L’assurance décennale s’applique pour les vices concernant la solidité de l’ouvrage, dans le cas d’un effondrement du bâtiment par exemple. Ces dégâts concernent les fondations, la charpente, la toiture et les murs. Elle couvre également les dommages touchant l’isolation, la menuiserie et les installations électriques, qui rendraient ainsi le bâtiment impropre.

Pour un exemple concret, prenons un électricien auto-entrepreneur. En cas de sinistre rendant l’ouvrage impropre à la destination, la garantie décennale du professionnel s’appliquera.

Les installations électriques étant assez complexes, c’est pourquoi même les plus petits travaux de maintenance peuvent mettre en cause la responsabilité de l’électricien. Un sinistre peut arriver si la surchauffe d’un tableau électrique entraîne la détérioration du réseau électrique.

Le coût d’une garantie décennale en auto-entreprise

En moyenne en France, le coût d’une garantie décennale est de 170 € par mois pour une auto-entreprise. Plusieurs facteurs sont à prendre en compte pour connaître le coût d’une assurance décennale en auto-entreprise. En voici la liste :

 

  • Le chiffre d’affaires de l’auto-entreprise ;
  • La zone géographique, la garantie décennale étant moins chère dans les régions les moins peuplées ;
  • Le niveau de garantie de l’assurance décennale ;
  • Le prestataire d’assurance choisi, les écarts de prestations et tarifs pouvant être importants ;
  • Les risques que présentent l’activité de l’auto-entrepreneur et les techniques de construction qu’il emploie ;
  • L’expérience de l’auto-entrepreneur : les débutants sont soumis à une majoration d’environ 10 %, tandis que les professionnels dont l’expérience dépasse les 10 ans peuvent profiter de remises sur la prime d’assurance allant jusqu’à 15 %.

Portage salarial : la sécurisation des revenus

Le portage salarial offre la possibilité de garder ses avantages sociaux et les assurances d’un employeur qui vont avec, tout en exerçant son activité de manière libre et autonome. À l’inverse de l’auto-entrepreneur qui engage son patrimoine et ses ressources personnelles, le salarié porté bénéficie de garanties élevées grâce à l’entreprise de portage salarial qui l’emploie.

Les coûts sont également moins élevés pour l’indépendant exerçant en portage salarial dans le domaine du BTP. Grâce au statut de salarié, les professionnels bénéficient d’une sécurité maximale. Ils peuvent ainsi se concentrer sur leur cœur de métier : leurs clients et leurs missions en BTP.

Devenir indépendant : un statut attirant et inquiétant ?

“Le statut d’indépendant présente ses avantages et ses inconvénients. Une solution existe pour combiner les deux : le portage salarial.“

 

3,6 millions, c’était le nombre de travailleurs indépendants en France en 2019. L’autonomie offre une grande liberté professionnelle qui en a déjà séduit plus d’un, et qui en attire toujours plus. Le modèle du salariat s’affaiblit, et la crise sanitaire actuelle a plutôt encouragé cette nouvelle tendance.

 

Mais le statut d’indépendant ne présente pas que des aspects positifs. Avec toutes les tâches administratives et financières qu’il implique, la charge de travail peut devenir très importante. Sans compter que la protection sociale est beaucoup plus faible que pour un salarié d’entreprise.

Une évolution importante des travailleurs indépendants

 

De plus en plus de professionnels se tournent vers le statut d’indépendant, et font le choix de créer leur entreprise. Une alternative au salariat qui permet de gagner en autonomie et en liberté, argument plutôt rassurant face à l’actuelle situation économique qui touche le monde entier.

 

Les Français ont ainsi réalisé le risque de la perte d’emploi, et les conséquences qu’une telle situation peut avoir sur leur vie. Beaucoup ont cherché à développer leur activité de manière indépendante, et certains se sont même totalement recyclés dans un autre secteur d’activité.

 

D’après une étude réalisée auprès d’Opinionway, pas moins d’un Français sur deux considère le statut d’indépendant comme une solution envisageable et pertinente pour répondre aux enjeux actuels.

 

Et du côté des entreprises, cette tendance est également très appréciée : elles peuvent profiter de l’expertise de nombreux consultants et professionnels, sans pour autant devoir les recruter. Les coûts sont donc moins élevés, et tout le monde y gagne. Le freelancing serait-il le monde professionnel de demain ?

 

Une protection sociale plus faible pour les entrepreneurs

 

L’inconvénient majeur que présente le statut d’indépendant concerne la protection sociale. En effet, les avantages sociaux d’un entrepreneur sont loin d’être les mêmes que pour un salarié d’entreprise. Si l’irrégularité des revenus est souvent un frein à l’entreprenariat, la faible protection sociale est l’élément qui empêche plus d’un professionnel à sauter le pas.

 

Bien que les nouvelles mesures prises depuis le 1er juillet 2021 soient un grand pas pour les professionnels libéraux, les avantages sociaux ne valent toujours pas le confort du salariat. En particulier pour les femmes qui, lors d’une grossesse, regrettent cet écart d’indemnités journalières pour les indépendantes.

 

De plus, c’est à l’indépendant entrepreneur de souscrire à sa propre assurance de Responsabilité Civile Professionnelle (RCP). Puisqu’il ne dépend d’aucune entreprise, il ne peut pas bénéficier d’une mutuelle collective ou de l’assurance-chômage de son entreprise. Le consultant indépendant se prend en charge seul, et doit assumer les risques liés à son activité.

 

Le portage salarial : autonomie de l’indépendant et sécurité du salarié

 

Depuis quelques années, une autre alternative s’offre aux professionnels souhaitant exercer leur activité de manière indépendante : le portage salarial.

 

Le principe est simple : le consultant indépendant devient salarié d’une entreprise de portage salarial. Celle-ci l’embauche, lui fournit chaque mois une fiche de paie, et s’occupe de ses cotisations et déclarations tout comme le fait une entreprise classique pour ses salariés.

 

De son côté, le consultant porté gère son activité de manière totalement autonome, sans aucun lien hiérarchique avec l’entreprise de portage. Il s’occupe de sa prospection commerciale, en cherchant lui-même ses clients et en choisissant ses missions. Lorsqu’il souhaite travailler avec une entreprise cliente, celle-ci signera un contrat avec l’entreprise de portage.

 

L’entreprise de portage gère tout l’aspect administratif, juridique et financier du salarié porté, et perçoit une commission sur le chiffre d’affaires en guise de rémunération. Le concept repose donc sur une relation tripartite entre le consultant, son client, et l’entreprise de portage servant d’intermédiaire entre les deux.

 

Les avantages sociaux du salarié porté

 

Concrètement, l’indépendant qui choisit le portage salarial bénéficie des mêmes avantages sociaux qu’un salarié classique : assurance chômage, indemnités journalières en cas de maladie, assurance de Responsabilité Civile Professionnelle, etc.

 

Le portage salarial est le compromis idéal entre la liberté professionnelle du statut d’entrepreneur, et les avantages rassurants du salariat. Le risque d’impayés est également inexistant, puisque c’est l’employeur, donc l’entreprise de portage, qui s’occupe de la facturation.

 

D’autant plus qu’une entreprise de portage ne s’arrête pas à des services de gestion administrative : elle vous offre un cadre optimal pour exercer votre activité, grâce à un réseau de professionnels prêts à partager leur expertise et à vous accompagner au quotidien.

 

De nombreux services additionnels sont proposés, tels que des formations, des ateliers ou des rencontres organisées. À vous de bien choisir votre entreprise de portage, et étudier les offres disponibles pour trouver le meilleur partenaire.

 

Trouver facilement des clients en portage salarial

“Le portage salarial permet d’exercer son activité en toute autonomie. Mais comment trouver facilement ses clients ? Vous saurez tout dans cet article ! “

Ces dernières années, le nombre de travailleurs indépendants a considérablement augmenté : ils étaient 2,5 millions de freelances en 2008, et plus de 3,6 millions fin 2019 d’après l’Insee. Mais si l’autonomie attire les professionnels, elle implique également de grandes responsabilités.

La première mission d’un travailleur indépendant est de trouver des clients. La demande est élevée, mais le marché est concurrentiel. L’un des avantages majeurs du portage salarial, c’est que vous avez plus de temps pour prospecter et trouver des missions qui vous correspondent. Alors, comment trouver des clients en portage salarial ? Lisez cet article pour trouver les réponses à vos questions.

Décrocher des missions en freelance : une activité parfois chronophage

Rechercher des clients est une étape essentielle pour développer son activité, et c’est aussi celle qui peut prendre le plus de temps.

Entre les tâches administratives et financières, la prospection commerciale et les missions à accomplir, les débordements arrivent très vite. Dans ce contexte, le portage salarial est l’alternative idéale pour avoir son indépendance tout en épargnant la perte de temps administrative. Cependant, comme pour tout indépendant, le salarié porté doit trouver lui-même ses clients.

Trouver des clients en portage salarial grâce aux plateformes de mise en relation

Dans le cadre d’une activité indépendante, que ce soit en entreprise ou en portage salarial, il peut être compliqué de trouver ses premiers clients. Vous n’avez pas forcément de références, de projets terminés à présenter aux potentiels clients, et vous ne pouvez simplement pas prouver votre expertise.

Une solution idéale pour trouver des missions facilement : s’inscrire sur les plateformes de freelancing. Il en existe un grand nombre sur le web, des plus généralistes aux plus spécialisées. Sur le marché français, la plateforme généraliste la plus connue est Malt. Mais il existe d’autres plateformes internationales, notamment UpWork qui s’est imposée comme la marketplace leader sur le marché freelance.

Évidemment, vous n’êtes pas les seuls sur ces plateformes. La concurrence est rude, et c’est à vous de vous démarquer par un profil attractif qui met en valeur vos compétences.

Un réseau de professionnels avec le portage salarial

Contrairement aux travailleurs indépendants sous le statut d’entreprise, les salariés portés bénéficient d’un réseau d’experts et de consultants proposé par l’entreprise de portage. Le professionnel n’est pas seul, et peut échanger avec des pairs de son secteur ou d’autres domaines d’activité.

Ce réseau, en plus d’apporter un soutien, peut également amener de nouvelles opportunités pour les salariés portés. Le bouche-à-oreille a toujours été l’un des meilleurs moyens de gagner des clients, et il faut se faire connaître pour développer efficacement son activité.

Un salarié porté peut-il se faire licencier s’il ne trouve pas de mission ?

En optant pour le portage salarial, un travailleur indépendant fait le choix d’exercer son activité en toute autonomie tout en bénéficiant des avantages d’un salarié. Toutefois, le statut de salarié implique certaines règles pouvant être imposées par l’entreprise de portage.

Bien que l’absence de missions ne puisse être une raison suffisante et valable pour licencier un salarié porté, celui-ci s’engage tout de même à atteindre des objectifs clairs. Décrocher des missions est l’une des responsabilités du consultant porté, puisque l’entreprise de portage lui fait confiance en l’embauchant.

Mais un licenciement doit être justifié par une cause sérieuse et concrète. L’entreprise de portage, comme toute autre entreprise en cas de licenciement, doit pouvoir expliquer ce licenciement avec des éléments concrets. Elle doit aussi prouver un impact négatif réel sur l’activité de l’entreprise.

L’entreprise de portage : un accompagnement personnalisé pour le salarié porté

Malgré tout, il faut souligner qu’il est beaucoup plus facile de trouver des missions pour un salarié porté que pour un indépendant entrepreneur. En effet, l’entreprise de portage offre un cadre favorable à un développement efficace de votre activité.

Non seulement les salariés portés bénéficient d’un réseau de professionnels experts dans différents domaines, mais ils ont également accès à des formations et ateliers organisés par l’entreprise de portage. Celle-ci accompagne les consultants dans toutes leurs démarches, et les soutient dans les difficultés qui se présentent.

Chaque entreprise de portage aura sa propre offre de services, et ses propres caractéristiques. Certaines peuvent être spécialisées dans des domaines en particulier, et d’autres peuvent proposer davantage de formations et d’accompagnement dans le cœur d’activité.

À vous de trouver l’entreprise de portage qui répondra le mieux à vos besoins, afin de commencer cette nouvelle aventure sereinement.

Comment limiter le risque d’infractions ?

“Une erreur dans ses déclarations de revenus peut coûter très cher pour l’indépendant. Découvrez les sanctions applicables et comment les éviter.“

Éviter un contrôle fiscal en limitant le risque d’infractions

Tous les ans, chaque citoyen français a le devoir de déclarer ses revenus et payer ses impôts. Le prélèvement à la source a facilité les démarches, puisque cet impôt est directement prélevé du salaire et ensuite recalculé à la fin de l’année fiscale.

 

Mais pour les indépendants, les démarches sont beaucoup plus complexes puisqu’il faut tenir correctement à jour sa comptabilité d’entreprise. Et en cas d’erreur, les sanctions peuvent être difficiles à encaisser. Tour d’horizon sur les risques d’infractions afin de bien se préparer.

Prélèvement à la source : le remboursement du trop-perçu d’impôt

Avec le prélèvement à la source, le montant définitif de l’impôt sur le revenu n’est pas encore connu. Ce montant est donc ajusté après la déclaration annuelle en mai ou en juin, ce qui donne parfois lieu à un remboursement en juillet ou en août : soit pour une restitution des crédits d’impôts, soit pour un trop-perçu d’impôt par le prélèvement à la source.Un trop-perçu peut être expliqué par une baisse de revenus, ou une situation familiale qui a changé, car le taux de prélèvement dépend de votre situation en date de la dernière déclaration. Le remboursement ne nécessite aucune démarche particulière, et se fait automatiquement par virement sur le compte bancaire.

 

Les sanctions possibles après un contrôle fiscal

 

Dans le cadre d’un contrôle fiscal, l’administration fiscale peut détecter une fraude et appliquer des sanctions au responsable. Il existe deux types de sanctions : les sanctions fiscales et les sanctions pénales.

 

Des sanctions fiscales peuvent être appliquées dans le cas où l’administration découvrirait l’existence d’une activité non déclarée, appelée activité occulte. Dans ce cas, l’impôt à payer peut être majoré de 80 %.

 

Ces sanctions sont applicables si votre déclaration est volontairement incomplète, si vous avez sous-évalué la valeur de votre patrimoine, ou oublié de déclarer un revenu imposable ou un bien. Différentes sanctions s’appliquent selon le cas :

 

  • 80 % de majoration en cas d’optimisation abusive d’une règle fiscale et en cas de manœuvres frauduleuses dont l’objectif est de tromper l’administration fiscale ;
  • 40 % de majoration en cas d’oubli volontaire, ou si vous n’êtes pas le principal bénéficiaire de la démarche.

 

L’administration fiscale peut également appliquer des intérêts de retards, qui s’élèvent à 0,20 % par mois de retard.

 

Les situations dans lesquelles la responsabilité pénale est engagée

 

En plus des sanctions fiscales, l’administration fiscale peut engager des poursuites pénales. Les peines encourues peuvent atteindre 7 ans d’emprisonnement et 3 000 000 € d’amende si les faits sont commis en bande organisée.

 

C’est aussi le cas pour une ouverture de comptes auprès d’organismes établis à l’étranger dans le but d’une optimisation fiscale, pour une domiciliation ou un acte fictif à l’étranger, ou pour l’usage de faux documents. En cas de fraude, les poursuites pénales peuvent être engagées jusqu’à 6 ans après l’année de l’infraction.

 

Pour un individuel, un entrepreneur indépendant par exemple, la sanction pénale peut atteindre 500 000 € d’amende et jusqu’à 5 ans d’emprisonnement.

 

Un plus grand risque d’infraction pour les indépendants

 

Contrairement aux salariés, les professionnels indépendants sont régulièrement contrôlés par l’administration fiscale. Il est essentiel de tenir correctement sa comptabilité, et d’être rigoureux dans toutes les démarches fiscales et financières. Mais ce n’est pas chose aisée, et l’aide d’un spécialiste est souvent nécessaire.

 

Certains éléments attirent l’attention du fisc lors de la détection d’anomalies. Voici quelques points pouvant amener un contrôle fiscal :

 

  • Les variations importantes de chiffre d’affaires, des bénéfices ou des charges professionnelles ;
  • Un défaut de déclaration ;
  • Des écarts importants entre le train de vie de l’indépendant et ses revenus officiellement déclarés,
  • Des notes de frais un peu trop élevées.

 

Un contrôle peut être effectué durant les 3 années qui suivent la déclaration, sauf dans le cas d’une infraction avec intention frauduleuse, auquel cas le délai peut atteindre 10 ans. En cas d’irrégularités constatées, une proposition d’accord est remise au contribuable. Il peut alors payer l’ajustement, ou au contraire contester le rapport avec des éléments justificatifs à l’appui.

 

Limiter le risque d’infraction avec le portage salarial

 

Grâce à sa simplicité de gestion administrative, le portage salarial enlève le poids des risques d’infraction pour les indépendants. C’est l’entreprise de portage salarial qui se charge de toutes les tâches fiscales, financières, administratives et juridiques, et le consultant porté peut simplement se concentrer sur son activité.

 

La déclaration d’impôts du professionnel en portage salarial est sécurisée, grâce à la simplification des démarches et le prélèvement à la source. Ainsi, le risque d’erreurs est grandement limité.

Comment protéger son patrimoine personnel quand on est freelance ?

Au moment de créer sa micro-entreprise, rares sont les indépendants qui s’interrogent sur la protection de leurs biens. Pourtant, selon le statut juridique choisi, le patrimoine personnel de l’indépendant peut-être engagé et par conséquent, cette opération peut s’avérer risquée. Dans cet article, nous listons les impacts sur les biens personnels des freelances selon la structure juridique pour laquelle ils ont opté.

Lire la suite

Les avantages du portage salarial face au Brexit

Après une année de transition, le Brexit est officiellement mis en place depuis le 1er janvier 2021. Le Royaume-Uni est donc bel et bien sorti de l’Union européenne (UE). Quelles conséquences pour les travailleurs indépendants qui traitent avec les marchés britanniques ? Quelles solutions le portage salarial peut-il apporter dans ce contexte sans précédent ?

Lire la suite

Congé paternité pour indépendant : quelles conditions ?

Instauré en janvier 2002 dans un souci d’égalité, le congé paternité est depuis un droit inscrit au Code du travail. Différent du congé accordé aux mères, qu’en est-il exactement ? Durée, indemnités… Nous revenons en détail sur le congé paternité pour indépendant.

Lire la suite

Congé maternité indépendant : à quoi ont-elles droit ?

Même en ayant le statut de travailleur non salarié, les femmes qui ont un projet de naissance ont le droit à un congé maternité. Quelle est la durée ? Quelles conditions sont à remplir ? Et quel est le montant des indemnités ? Nous décryptons aujourd’hui le congé maternité pour indépendant.

Lire la suite

Qu’est-ce que la déclaration sociale des indépendants ?

Document à remplir impérativement par les travailleurs non salariés, la déclaration sociale des indépendants vient d’être réformée. À compter de janvier 2021, le processus de déclaration est modifié. À quoi sert la déclaration nominative des indépendants ? Qui est concerné par les changements ? Comment faire la nouvelle déclaration ? Nous répondons en détail à toutes ses questions.

Lire la suite

Top 4 des formations pour indépendants

Suivre une formation n’est pas souvent la priorité n°1 des indépendants. Concentrés sur le lancement et le développement de leur business, leur cerveau se dédie totalement aux tâches opérationnelles. Pourtant, il n’est pas rare qu’au bout d’un certain temps, le besoin de se former pour pallier certaines lacunes se fasse sentir. Nous revenons sur le droit de formation de l’indépendant et les meilleurs cursus disponibles actuellement.

Lire la suite

Retrouver la motivation grâce au contrat de travail court

Les actifs sont-ils toujours à la recherche d’un contrat en CDI pour se sentir en sécurité, s’offrir de meilleures chances d’évolution professionnelle et rester motivés ? Une récente étude de Qapa, plateforme d’intérim digitale, nous démontre le contraire. Retour sur les aspirations de ces travailleurs qui préfèrent obtenir un contrat de travail court pour se sentir motivés et épanouis professionnellement.

Lire la suite

Qu’est-ce qu’un slasheur ?

Le slasheur ou la slasheuse est un travailleur, généralement indépendant, qui gère plusieurs métiers en même temps. Le terme « slash » fait référence à ce signe « / » que le slasheur utilise dans sa description professionnelle sur les plateformes d’emploi. Il permet de présenter toutes les compétences de l’indépendant. Alors, pourquoi devient-on slasheur ? Quels sont les avantages ? Est-ce possible en portage salarial ? Nous répondons à toutes vos questions.

Lire la suite

Tout savoir sur le métier de courtier immobilier

Le courtier immobilier est un spécialiste du financement et du crédit. Il apporte son conseil auprès des personnes qui souhaitent emprunter et les accompagne tout au long de leurs démarches. Bien qu’il soit un maillon supplémentaire dans le processus d’achat d’un bien entre la banque et le futur acquéreur, les services d’un courtier immobilier s’avèrent souvent plus qu’utiles. Fiche métier, avantages, rémunération… Nous vous expliquons tout.

Lire la suite

Portage salarial : solution pour les travailleurs handicapés

De moins en moins de travailleurs handicapés sont inscrits au Pôle Emploi. Pourtant, une situation de handicap reste encore et toujours la première cause de discrimination à l’embauche. Pour améliorer le taux d’emploi des travailleurs handicapés, les mesures gouvernementales, prises dès 1987, ont d’ailleurs évolué récemment. Tour d’horizon complet du sujet, y compris comment portage et handicap peuvent fonctionner ensemble.

Lire la suite

Qu’est-ce que les charges indirectes ?

Quelle que soit la taille de votre entreprise, que vous soyez micro-entrepreneur ou patron d’une TPE, les charges indirectes sont bien à prendre en compte dans votre gestion comptable. Ces charges indirectes sont ces dépenses qui vous permettent de faire tourner votre entreprise au quotidien et de la développer. Cependant, contrairement à une charge directe directement imputable à un produit, les dépenses indirectes ne le sont pas. Nous revenons sur la définition des charges indirectes et les méthodes pour les calculer.

Lire la suite

Qu’est-ce que le management de transition ?

Le concept de management de transition, aussi appelé Interim Management, est né aux Pays-Bas dans les années 70. Aujourd’hui, cette profession est en pleine croissance, environ 10 à 15% tous les ans. Alors, qu’est-ce que le management de transition exactement ? Est-ce de l’intérim ? A qui cette profession est-elle réservée ? Nous faisons le tour complet du sujet.

Lire la suite

Qu’est-ce que le PERCO ?

Le PERCO (Plan d’épargne pour la retraite collectif) est un dispositif permettant aux salariés d’épargner sur le long terme jusqu’à la fin de leur activité professionnelle. Le PERCO n’est plus commercialisé depuis le 1er octobre 2019 mais il reste disponible pour ceux qui y ont souscrit avec cette date. Comment fonctionne le PERCO ? Est-il encore possible d’y verser de l’argent ? Quelle fiscalité ? Nous vous répondons en 8 questions.

Lire la suite

Travailler en Freelance ou en agence : avantages et inconvénients

Comment mettre à profit ses compétences digitales ? Comment développer au mieux ses compétences digitales, et ce le plus efficacement ? Voilà les deux questions que se posent la plupart des entrepreneurs en devenir qui réfléchissent soit à se lancer à leur compte, ou bien à offrir leurs services à une agence.

Lire la suite

Quelle différence entre portage commercial et portage salarial ?

Portage salarial et portage commercial sont des termes si proches que ces deux notions sont bien souvent confondues. Pourtant dans la réalité, il existe bien une différence entre portage commercial et portage salarial. Nous vous donnons toutes les clés pour comprendre et appréhender ces deux formes de travail distinctes.

Lire la suite

Portage commercial : quels avantages pour le consultant ?

Que ce soit en début de carrière ou après plusieurs années d’expérience en entreprise, devenir commercial indépendant est un bon moyen de travailler en toute liberté, sans contrainte, en étant son propre patron. Mais le revers de la médaille, c’est la précarité du statut d’indépendant. Une protection sociale peu performante, pas d’allocations chômage… Pour y remédier, le portage commercial est LA solution. Tour d’horizon de ses avantages.

Lire la suite

Le portage salarial commercial, comment ça fonctionne ?

Liberté, flexibilité… Le portage salarial et la profession de commercial indépendant ont quelques points communs. Et justement, peut-on profiter en même temps des avantages du portage et de ceux du métier de commercial ? Le portage salarial commercial est-il un statut autorisé par la loi ? La réponse est oui. Nous vous expliquons tout.

Lire la suite

Devenir agent commercial en portage salarial : ce qu’il faut savoir ?

Le métier d’agent commercial est une profession très recherchée par les entreprises. Occupées par leur cœur de métier, elles ont souvent besoin de déléguer la partie recherche de nouveaux clients. Mais quelles sont les missions de l’agent commercial en portage ? Quels sont les avantages de ce statut ? Tour d’horizon de cette profession qui a le vent en poupe.

Lire la suite

Comment utiliser la publicité en ligne pour développer sa visibilité et trouver des clients ?

Le mot « publicité » reste souvent synonyme d’inaccessible. Et pour cause, la publicité a souvent requis de gros moyens financiers. Pourtant, l’avènement du digital a rendu la publicité accessible à tous. Plus besoin de financer un spot télé ou une annonce dans un journal. Avec le digital, vous ciblez précisément vos prospects, à bas prix, et ne payez qu’en cas de résultat. Alors, pourquoi s’en priver ?

Lire la suite