OutSystems dévoile ses projets pour 2024

Table des matières

OutSystems aspire à rendre le Low-code accessible à tous, tout en évitant d’adopter complètement le No-code en intégrant l’IA. Pendant ce temps, Alexandre Cozette, le Lead Solutions Architect, s’exprime face aux Citizen développeur. Parce que, même si l’idée d’équiper le développeur citoyen semble prometteuse, selon lui, la réalité est différente.

OutSystems aspire à vulgariser le low-code, mais en évitant le total no-code. La plateforme met l’accent sur la productivité des développeurs sans faire des promesses. Elle s’assurera que chaque application respecte les références les plus strictes grâce à leur forte implication dans une plateforme basée sur l’IA.

D’un côté, leur responsable en architecture de solutions donne son avis sur le citizen développeur. Pour lui, ils sont avant tout un citoyen, souligne-t-il. Les solutions No-code demeurent assez complexes pour une adoption rapide. Il faut donc investir significativement dans la formation, le suivi et la gouvernance pour initier ces citoyens codeurs au développement.

Alexandre Cozette désapprouve la situation sur le marché

L’architecte principal des solutions chez OutSystems, Alexandre Cozette, précise l’objectif principal de ces technologies. Il s’agit d’accélérer le développement d’applications web, secteur d’activité et portables par rapport aux méthodes traditionnelles. Faire appel à un consultant informatique peut se révéler avisé dans ce cas-là.

Le Lead Solutions Architect chez OutSystems s’exprime sur l’état actuel du marché :

« Tout le monde fait du No-code, Low-code aujourd’hui. C’est-à-dire qu’en plus des éditeurs natifs, d’autres éditeurs qui faisaient autre chose à la base se présentent aujourd’hui comme des éditeurs No-code/Low-code. »

Ces autres éditeurs se trouvent être dans le secteur des solutions de BPM ou de CRM et logiciels de gouvernance de bases de données. Cela ne signifie pas pour autant qu’il existe suffisamment de bonnes solutions low-code natives. Ce qui permettra aux entreprises de développer tous types de travail et d’applications.

Selon lui, l’IA facilite la création d’applications satellites en complément de leurs applications centrales. Sauf qu’elle n’autorise pas la création d’une gamme complète d’applications portables et en ligne. Les solutions natives ont été conçues à l’origine dans le but de rendre plus rapide le développement des applis.

Parce que même si doter le Citizen développeur semble être une perspective prometteuse, la réalité, selon Alexandre Cozette, est tout autre. Fréquemment, il se fait remarquer que dans le No-code, aucun code n’est rédigé. Tandis qu’avec le Low-code, un certain montant de code est écrit. Cela est inexact, affirme-t-il, l’écriture de code demeure nécessaire de toute manière.

La création du code constitue simplement une étape de la technique. Alexandre Cozette déclare que des défis que les développeurs sont en mesure de régler se posent souvent. Toutes ces difficultés sont familières aux développeurs, car ils ont reçu une formation à cet effet.

Le projet Morpheus avec l’intégration de l’IA

OutSystems a présenté ses perspectives pour 2024 durant un événement en juin 2023. Il souhaite faire une orientation stratégique vers l’intégration de l’IA dans ses solutions. La plateforme a été mise en avant dans leur prochain projet comprenant l’IA générative, par l’annonce de Project Morpheus.

L’avis d’un consultant informatique pourrait être particulièrement utile pour guider les entreprises dans l’adoption de ces avancées technologiques.

OutSystems est en partenariat avec Microsoft. Il a annoncé la mise à disposition d’un connecteur Azure OpenAI.

Selon l’éditeur, l’incorporation de l’IA dans la plateforme d’OutSystems devrait apporter certains avantages :

  • Offrir un suivi essentiel pour la gouvernance et la sécurité ;
  • Renforcer l’efficacité du processus de création ;
  • Optimiser la qualité du code.

Il souhaite s’éloigner du No-code et se concentrer plus sur le Low-code. OutSystems n’est pas disposé à adopter complètement le No-code. Et cela, bien qu’il reconnaisse le Low-code comme une avancée inévitable pour les logiciels de développement exploitant l’IA.

Le fondateur d’OutSystems pense donc que  l’objectif est :

« d’accélérer les processus de développement en débarrassant les équipes des tâches qui peuvent bénéficier des capacités de production ou d’assistance de l’IA. »

En d’autres termes, c’est oui pour le support IA, mais non pour la prise en charge totale par l’intelligence artificielle du code.

Lors du développement du produit initial, le processus était manuel selon Paulo Rosado, le fondateur. Cela entraînait des retards et des dépassements budgétaires fréquents dans la majorité des projets de développement.

Leur plateforme d’IA accroît considérablement l’efficacité des équipes de développement. La plupart des fournisseurs se contentent de souligner l’IA et la rapidité. OutSystems reconnait que cela ne représente que la couche superficielle.

Il existe toutefois un intérêt irréfutable et une réalité du marché pour les deux solutions de codage assisté. Plusieurs sociétés se questionnent sur l’adoption du Low-code ou No-code voire même la poursuite du développement traditionnel. Elles envisagent de débuter par quelques applications afin d’améliorer le temps de commercialisation ou de diminuer les risques et les coûts.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes 0

Actualité du portage salarial