Le nouveau navigateur Web de CyberArk est désormais disponible

Table des matières

Les risques de sécurité lors de la navigation sur Internet s’accroissent de plus en plus. Pourtant, les navigateurs Web sont devenus indispensables au quotidien tant des entreprises que des particuliers. Compte tenu de ce contexte, CyberArk a lancé un navigateur qui offre aux utilisateurs une protection optimisée.

Sachant que les risques de sécurité sont en hausse croissante sur les navigateurs web, CyberArk a déployé un nouveau navigateur Internet baptisé Secure Browser. Facile à utiliser et à déployer, c’est un outil pratique pour les entreprises. Il est d’autant plus compatible avec de nombreux systèmes, à l’instar de Linux, Mac ou encore Windows. Il peut être installé dans le Cloud ou localement, offrant une grande flexibilité.

Pour contrer les menaces, le cyberArk Secure Browser propose plusieurs niveaux de protection. Il dispose de fonctionnalités avancées lui permettant de bloquer les attaques potentielles, telles que les malwares ou autres types de failles de sécurité.

Les attaques sont contenues dans Secure  Browser

CyberArk Secure Browser s’appuie sur une fonctionnalité de virtualisation afin d’instaurer un environnement de navigation virtuel sûr. Ce dernier est détaché des autres programmes et du système d’exploitation. L’outil, dont le fonctionnement intéresse également le consultant informatique, est entre autres doté d’un mécanisme de sécurité Sandbox. Celui-ci lui permet de séparer du système d’exploitation les processus de navigation. Il bloque notamment la propagation des maliciels ainsi que des attaques au-delà du logiciel, et les empêche d’atteindre le reste du système.

Le navigateur est également équipé d’une technologie de surveillance intelligente des privilèges, adaptée particulièrement au cloud. Des règles d’examen d’autorisation d’accès sont mises en place par les administrateurs afin de vérifier l’accès aux sites Internet. Pour cela, ils prennent en compte divers paramètres tels que la localisation géographique de l’utilisateur, son identité, etc.  

En parallèle, le CyberArk Secure Browser permet l’authentification à facteurs multiples, qui comme son nom l’indique, exige plus d’une méthode d’authentification pour vérifier l’identité d’un utilisateur. Les individus non autorisés auront donc des difficultés à accéder aux données ou aux systèmes.

Par ailleurs, les administrateurs peuvent également contrôler et vérifier les mises à jour ainsi que les politiques de sécurité à partir d’une console d’administration centralisée.

Les risques continuent de croître, mais il y a de l’espoir

L’accès à l’information et aux applications en ligne est aujourd’hui de plus en plus important. A cet effet, les navigateurs Internet restent le principal moyen que les internautes utilisent. Microsoft Edge, Mozilla Firefox ou Google Chrome sont connus de tous et dominent une grande partie ( plus de 90 %  ) du marché. Malheureusement, ils n’échappent pas à ces divers risques de sécurité qui ne cessent de croître et qui compromettent les données des entreprises.

Ces navigateurs Internet représentent, en effet désormais, la première cible des tentatives d’hameçonnage. Ils enregistrent neuf sur dix des cyberattaques de ce type. L’internaute et même le consultant informatique peuvent télécharger et installer par inadvertance des malwares lors de leur passage sur des sites malveillants.  

En mars dernier, une étude a été réalisée aux États-Unis en soulignant ces risques rattachés à l’usage des navigateurs en entreprise. Le résultat de l’enquête effectuée a révélé que des habitudes d’utilisation persistantes et des comportements font partie des causes de l’amplification de ces risques. Environ 60 % des individus enquêtés ont par exemple révélé qu’ils enregistraient leurs identifiants et clés de sécurité professionnels dans le navigateur utilisé au travail. 78 % ont affirmé qu’ils se servaient du même appareil pour consulter :

  • Leurs informations personnelles ;
  • Les données confidentielles de leur organisation.

Enfin, l’on apprend que 65 % des répondants disent avoir transgressé les politiques de navigation sécurisée de leur organisation. Ceci afin de mener à bien leurs missions.

Ainsi, afin de faire face à cette problématique de navigation web, CyberArk a décidé d’améliorer la sécurité et la confidentialité des données à travers Secure Browser, tout en préservant une expérience utilisateur optimale

Cet article vous a-t-il été utile ?

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes 0

Actualité du portage salarial