Greenerwave lance le compte à rebours de l’entrée vers l’ère de la connectivité modérée

Table des matières

Greenerwave prépare son déploiement sur le marché des ondes électromagnétiques. Ce avec une touche d’innovation, tout en dépensant et en polluant le moins possible. La deeptech finalise sa première levée de fonds dédiée à la concrétisation de ce basculement dans l’univers de la connectivité. Cap sur la distribution de leurs produits sur le marché des antennes en France et au-delà.

Greenerwave se donne les moyens d’atteindre son objectif de lancer les prémices de sa production à avant 2025. La collecte de fonds initiale dédiée à cette fin arrive à son terme, et s’annonce fructueuse. Spécialisée dans la manipulation des ondes électromagnétiques, l’entreprise Greenerwave aspire à revisiter les bases de son champ d’activité.

Issue de l’Institut Langevin, la deeptech industrielle est apparue en 2016, sous l’impulsion de Mathias Fink et Geoffroy Lerosey. Sa raison d’être : proposer une technologie révolutionnaire, respectueuse de l’environnement et économique. Pour le premier lancement de ses produits sur le marché, Greenerwave a mené une levée de fonds de plusieurs millions d’euros auprès de partenaires de renom.

Des investissements à huit chiffres

C’est officiel, Greenerwave révèle le montant collecté auprès de ses investisseurs. La série A de sa campagne de levée de fonds lui a permis d’obtenir 15 millions d’euros. Ayant multiplié son effectif par deux depuis une année, Greenerwave pense poursuivre les recrutements. Pour les startups dans cette situation, le recours à une entreprise de portage salarial comme CEGELEM est une autre alternative à envisager. Elle leur épargne le recrutement en interne ainsi que les contraintes liées à la gestion du personnel.

Quoi qu’il en soit, ce capital permet à la deeptech d’apporter du changement en matière de connectivité à l’échelle nationale, mais aussi mondialement. Télécommunication, automobile et aérospatial sont autant de domaines où Greenerwave peut désormais se déployer.

Le Président de Greenerwave s’exprime sur la question :

« Après plusieurs pivots, nous avons trouvé le bon positionnement. Nous avons une technologie très high tech qui nécessite un temps de développement relativement long. Depuis 2019, nous avons développé des prototypes. Aujourd’hui, la levée va nous permettre de développer un produit et de l’industrialiser ».

Pour rassembler les fonds, Greenerwave a sollicité le soutien financier de différents partenaires, dont :

  • Intelsat ;
  • Fonds Innovation Défense ;
  • Safran Corporate Ventures ;
  • Plastic Omnium ;
  • BNP Paribas Développement.

Un outil avec ses limites

Greenerwave entend également faire de ces partenaires financiers des collaborateurs commerciaux. C’est par exemple avec Intelsat que l’entreprise envisage sa première antenne. Une lettre d’intention a été signée en ce sens.  Quant à Safran Corporate Ventures, la filiale investit dans une entreprise avec qui elle compte travailler de près. Pour la partie technique, s’en référer à une entreprise de portage salarial à l’instar de CEGELEM peut aussi être avantageux. Cette alternative permet de contourner les formalités et autres obligations liées aux ressources humaines.

Pour Geoffroy Lerosey, cette technologie d’origine française est promise à de grands exploits sur le territoire national et même sur le continent. D’une part, les antennes de Greenerwave consomment moins d’énergie et sont moins onéreuses que les modèles conventionnels.

D’autre part, la rentabilité financière est au rendez-vous. La branche antenne satellite électronique pesant elle-même des milliards de dollars, Lerosey s’attend à un CA de plusieurs millions d’euros. La demande du marché tend également à confirmer ces prévisions prometteuses du cofondateur de Greenerwave. D’après lui, les professionnels à l’instar d’Intelsat constituent une part importante de la demande en antenne. Il table sur des milliers à des dizaines de milliers d’unités.

Par ailleurs, l’avenir semble fait de certitude pour Greenerwave. La compagnie compte sur le succès d’un autre produit de télécommunication. Il s’agit d’un radar, développé avec Plastic Omnimum depuis quatre ans. Sa mise en vente est prévue à l’horizon 2027.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes 0

Actualité du portage salarial