Broadcome va apporter quels changements à VMware ?

Table des matières

Après avoir racheté Symantec et CA Technologies, Broadcome vient d’acquérir VMware. CloudBolt a récemment effectué un sondage pour connaître l’avis du public concernant cette transaction. Parmi les 300 DSI interrogés, les clients s’attendent déjà à différents changements, notamment au niveau des plans tarifaires. Certains d’entre eux pensent même aux éventuelles déceptions en termes d’expérience utilisateur.

L’acquisition de VMware par Broadcom soulève des inquiétudes auprès des clients. Ce sentiment est partagé par 99 % des 300 DSI d’entreprises interrogés par le fournisseur CloudBolt. L’image de marque de l’entreprise Broadcom n’était d’ailleurs pas déjà la meilleure depuis qu’elle a racheté Symatec et CA Technologies. La popularité de VMware pourrait être affectée selon certains responsables informatiques. Les clients ont soulevé différents changements, dont les éventuelles hausses de tarif. CloudBolt a mené son enquête auprès de sociétés américaines abonnées à VMware. AWS a également contribué à l’étude quand Broadcom a mis fin à l’autorisation du fournisseur à revendre l’offre VMware. L’étude était accessible via une inscription préalable.

Vers une hausse des factures ?

L’augmentation des tarifs fait partie des principales préoccupations des clients de VMware. Ce sont la majorité des responsables informatiques qui s’attendent à une hausse des prix. Des clients avouent cependant n’avoir jamais pensé à remplacer le prestataire. Son offre est fortement intégrée dans les infrastructures clients.  Et pour l’heure, les services restent satisfaisants. Il est toujours possible toutefois de solliciter un consultant informatique pour apporter une modification ou une mise à jour sur le système.

Le taux de la hausse n’a cependant pas encore été déterminé. Parmi les interrogés, 73 % pensent que les prix vont au moins doubler. Pour 32 % d’entre eux, l’augmentation sera de l’ordre de 201 à 300 %. 12 % pensent même à une hausse jusqu’à 500 %.

Les Européens, notamment les Français sont également attentifs à la situation. Pour le chief digital officer de l’Université de Lille, la pire des situations serait une hausse de 12 fois du budget prévu.

Si certains pensent aux répercussions budgétaires, d’autres pensent même à quitter la plateforme. Ils sont 32 % à l’exprimer. D’autres clients souhaitent cependant attendre avant de se prononcer sur une décision. L’abonnement expire dans les 12 mois prochains pour moins de sept entreprises sur les dix interrogées (69 % précisément).

Des changements sur la qualité du support ?

La hausse des coûts n’est pas l’unique préoccupation des clients de VMware. La qualité du support fait également naître l’inquiétude. De nombreux licenciements ont eu lieu, sans parler de la reprise du channel. Pour les problèmes au niveau de leur plateforme numérique, les entreprises pourront compter sur l’intervention d’un consultant informatique.

Une partie de la clientèle s’inquiète également d’un changement au niveau des partenaires de distribution. La proportion est la même que pour les utilisateurs qui s’inquiètent de la qualité du support (36 %).

Si la question de changer de prestataire ou de plateforme d’hébergement se pose, les réponses divergent :

  • 45 % des responsables d’entreprises interrogés veulent attendre un trimestre ou un semestre avant de prendre leur décision ;
  • 43 % annoncent faire confiance à VMware pour l’instant ;
  • 32 % se donnent jusqu’à 12 mois pour se décider ;
  • 38 % souhaitent migrer plus de données sur le cloud public ;
  • 33 % pensent se servir exclusivement du cloud public ;
  • 34 % sont prêts à se tourner vers un concurrent.

Les PME-PMI restent attentifs aux prochaines décisions du spécialiste de la virtualisation : Broadcom.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes 0

Actualité du portage salarial