RISC-V redéfinit l’industrie des semi-conducteurs

Table des matières

Un changement émerge dans le secteur des semi-conducteurs : cinq leaders du domaine s’allient pour dynamiser RISC-V. Cette coalition vise à promouvoir l’architecture ouverte, s’affranchir de la technologie ARM et promouvoir l’innovation. Même les challengers directs du Britannique ARM s’intéressent de près au RISC-V. Un milliard de dollars ont été investis dans le projet en 2022 par Intel.

En juin, Rise a réuni plusieurs fournisseurs informatiques pour travailler et faire avancer l’évolution des logiciels basés sur RISC-V. Après cela, cinq leaders dans le secteur des semi-conducteurs ont uni leurs forces. L’alliance vise à promouvoir l’architecture open source, marquant ainsi un tournant significatif dans l’industrie.

L’objectif de cette collaboration est évident : fournir une alternative à la prédominance quasi-exclusive d’ARM. Tout en adoptant des conceptions matérielles en open source pour atténuer les prix.

RISC-V a été réalisé à la faculté de Berkeley en Californie. C’est une architecture open source de système d’instructions pour processeurs. L’objectif initial était de concevoir un ensemble totalement libre, en contraste avec les approches propriétaires.

L'ascension de RISC-V et les conflits d'intérêts

Flexible, l’architecture RISC-V offre une large variété d’applications et de designs de puces. Sans redevance, elle évite aux confectionneurs d’acheter une licence à des sociétés telles qu’ARM.

Le communiqué de Qualcomm s’exprime à ce sujet :

« Au fond, RISC-V encourage l’innovation, car elle permet à toute entreprise de développer un hardware personnalisé de pointe basé sur un jeu d’instructions open source ».

Même une entreprise de portage salarial comme CEGELEM peut saisir l’opportunité d’innover grâce à RISC-V.

Dans le domaine des puces mobiles, l’omniprésence d’ARM suscite des réserves parmi quelques un de ses clients. Un litige autour des licences oppose effectivement Qualcomm à ARM depuis presque un an. Qualcomm a d’ailleurs engagé des fonds dans SiFive. C’est une jeune entreprise dans la conception de puces, qui veut tirer commercialement profit de RISC-V.

Même les concurrents d’ARM se sont engagés en faveur de RISC-V. En 2022, Intel a investi un milliard de dollars d’appuyer l’évolution de puces open source. Ces fonds ont été placés dans des prestations de fonderie.

Cinq leaders des puces s'unissent pour défier ARM

Un consortium regroupant cinq géants des semi-conducteurs a créé une co-entreprise. Elle a été constituée en vue de collaborer autour de l’architecture open source RISC-V.

Cette alliance regroupe Robert Bosch, Qualcomm, Nordic Semiconductors, NXP Semiconductors et Infineon Technologies. L’entreprise ne dispose pas encore de dénomination, toutefois elle sera inscrite en Allemagne.

La co-entreprise aura pour principal objectif de fournir des issues industrielles et de proposer des architectures de référence. La déclaration souligne que l’industrie automobile sera son premier champ d’application. Puis il s’élargira dans les domaines de l’IoT et du mobile.

Le directeur technique de NXP s’explique :

« La création d’un écosystème à guichet unique où les clients peuvent sélectionner des actifs clés en main renforcera l’adoption du RISC-V dans de nombreuses industries européennes ».

Cette technologie RISC-V, une fois adoptée, stimulera une importante diversité dans le domaine électronique. Elle disposera d’une accessibilité, bénéficiant tant aux jeunes entreprises qu’aux acteurs établis, favorisant ainsi leur évolution. Toutes les entreprises, qu’importe leur secteur, seront donc gagnant : fournisseur informatique, entreprise de portage salarial comme CEGELEM, e-commerçant, etc.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes 0

Actualité du portage salarial