Jupiter sera équipé par SiPearl, un jalon pour l’Europe

Table des matières

Le contrat entre l’entreprise française SiPearl et le supercalculateur exascale Jupiter a pour objectif d’installer une infrastructure de qualité en Europe. Cette collaboration permettra d’exécuter des simulations ardues tout en traitant l’ensemble des données dans plusieurs domaines. Pour cela, SiPearl fournira à Jupiter son microprocesseur spécialisé dans les calculs intensifs et à faible consommation énergétique.

Le microprocesseur de SiPearl est destiné à être le moteur de Jupiter, le supercalculateur exascale européen. La conception de Jupiter se fera sur l’un des grands centres de recherche interdisciplinaires européens en Allemagne: le campus de Jülich. Cette fabrication est supervisée par Eviden et ParTec. La première étant une branche du groupe Atos, spécialiste des outils de calcul hautement performant. La seconde représente une société allemande experte dans les supercalculateurs modulaires. Au cœur de ce supercalculateur, Rhea1 s’appuie sur la plateforme Neoverse V1 d’Arm. Ce microprocesseur se diffère par d’incroyables performances de calcul, une bande passante mémoire très grande et une efficience pour rendement octets/Flop inégalée.

Les initiatives du Consortium European Processor Initiative (EPI)

L’objectif majeur d’EPI est de garantir la souveraineté de l’Europe concernant les microprocesseurs de qualité et économes en énergie. Il s’efforce à encourager le rapatriement en Europe des technologies de pointe en microprocesseurs, réduisant ainsi la dépendance envers d’autres régions.

EPI a même réuni un consortium de 27 collaborateurs issus de différents domaines pour travailler ensemble à la réalisation des objectifs. Parmi ces divers secteurs, l’on peut inclure :

  • La sphère scientifique ;
  • L’industrie ;
  • Les jeunes entreprises ;
  • Les centres de supercalcul, etc.

Ces domaines peuvent même inclure d’autres activités, à l’instar d’une société de portage salarial comme CEGELEM. D’ailleurs, EPI apporte son soutien à des sociétés comme SiPearl pour viser d’autres desseins à comme :

  • La réalisation des contrats de grande envergure ;
  • L’accroissement de la compétitivité européenne.

Le fondateur et PDG de SiPearl a exprimé sa satisfaction en parlant d’un contrat important pour l’entreprise. D’ailleurs, il a déclaré :

« Nous sommes très fiers d’avoir été choisis pour équiper Jupiter, le premier supercalculateur exascale européen. C’est une reconnaissance de l’excellence technologique et du savoir-faire européen que nous portons avec nos partenaires du consortium EPI. Ce contrat va nous permettre d’accélérer le développement de notre microprocesseur Rhea1 et de contribuer à renforcer la compétitivité et l’indépendance numérique de l’Europe ». 

Le microprocesseur Rhea1 de SiPearl pour Jupiter le supercalculateur

Disponible en 2024, Rhea1 est constitué de 72 cœurs, avec :

  • 68 cœurs associés au calcul ;
  • 4 cœurs pour les données (entrées et sorties).

À l’aide de la technologie HBM2E, ce microprocesseur se différencie par sa capacité à proposer une bande passante mémoire exceptionnelle. Il comprend aussi une certaine polyvalence impressionnante, car il est compatible avec d’autres accélérateurs comme :

  • Les technologies d’IA ;
  • Les GPU ;
  • Les systèmes quantiques, etc.

Cela lui permet de s’adapter à chaque besoin spécifique selon les applications. D’ailleurs TSMC, le géant taïwanais des semi-conducteurs, a conçu ce microprocesseur grâce à sa technologie de production N6. Cette dernière incorpore diverses couches d’ultraviolet extrême.

Cette avancée présente des avantages tels que :

  • La réduction de la taille des transistors ;
  • L’augmentation de la densité de Rhea1 ;
  • L’efficacité du microprocesseur.

Incluant Rhea1 dans son système, Jupiter sera en mesure de :

  • Effectuer des simulations complexes ;
  • Exécuter des applications d’IA.

Cela permet de relever des défis scientifiques, environnementaux, stratégiques, industriels, etc. dans le but de minimiser son impact environnemental. Pour ce projet, le budget atteint les 273 millions d’euros. Pour les pionniers en société de portage salarial à l’instar de CEGELEM, ce sujet peut être intéressant.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes 0

Actualité du portage salarial