Bristol-Myers Squibb renouvelle son registre oncologie en rachetant Mirati

Table des matières

Bristol-Myers Squibb a fait part de son projet de racheter Mirati Therapeutics pour une valeur de 4,8 milliards d’euros. Le groupe pharmaceutique américain se félicite de cette nouvelle acquisition. Cela lui permettra d’ajouter à son portefeuille commercial le Krazati. Il s’agit d’un traitement conçu pour la lutte contre le cancer du poumon.

Le portefeuille commercial de Bristol-Myers Squibb se rajeunit avec le rachat du laboratoire Mirati Therapeutics. L’entreprise américaine, classée dixième mondial, a acquis pour 4,8 milliards de dollars le spécialiste des traitements anti-cancer : Mirati Therapeutics. Le Français Sanofi était aussi tenté par le rachat.

La transaction a été validée d’un commun accord au cours des réunions des actionnaires de Mirati et Bristol-Myers Squibb. 58 dollars l’action seront perçus en espèces par les membres du conseil d’administration de Mirati. Ils recevront, par la même occasion, un certificat de valeur garanti (CVG) par action Mirati détenue. Le montant total s’élèverait à 1 milliard, soit 12 dollars l’action.

Une aide d’appoint pour Bristol-Myers Squibb

L’acquisition de Mirati a pour but d’aider Bristol-Myers Squibb à rebondir financièrement. Le groupe américain fait face à une baisse des ventes due à l’échéance de ses brevets. De plus, les années à venir pourraient être marquées par une concurrence des génériques.

Il est intéressant de se tourner vers le portage salarial en prévision des mois difficiles. Le statut ainsi obtenu offre de nombreux avantages. En tant que salarié porté d’une entreprise de portage, le professionnel bénéficie d’une couverture sociale. Celle-ci est octroyée par le régime général de la sécurité sociale.

 Ces génériques concurrencés étant :

  • Eliquis : son anticoagulant le plus demandé ;
  • Opdivo : son traitement axé sur l’immunothérapie anticancéreuse.

L’entreprise a été obligée de revoir à la baisse ses perspectives de bénéfices pour 2023.  Et pour cause, les ventes de Revlimid ont chuté face à la concurrence générique. Revlimid, un médicament luttant contre le cancer du sang, représente sa troisième source d’entrée de trésorerie.

Mirati a enchaîné le développement de nouveaux produits, comme Sotyktu. Il s’agit d’un traitement contre le psoriasis. Le but de l’entreprise est de combler les pertes de ventes présentes et futures. Il faudra néanmoins du temps pour engendrer de la demande.

Quoi qu’il en soit, l’annonce de rachat par Bristol-Myers Squibb coupe court aux conjectures sur l’acquéreur éventuel de Mirati. Bloomberg avait énoncé auparavant que Sanofi envisageait une reprise potentielle. L’entreprise pharmaceutique française étant critiquée pour être totalement tributaire de Dupixent, un médicament traitant l’asthme.

Mirati s’engage contre le cancer bronchique

Krazati sera le premier traitement contre le cancer du poumon proposé par Mirati aux patients. L’action a connu une forte hausse en Bourse. Il y a eu un bond de 45 % après l’annonce de Bloomberg sur les rumeurs de négociations avec Sanofi.

Ce rachat permettra à Mirati de disposer d’avantages de moyens pour :

  • Vendre le traitement Krazati ;
  • Financer sa recherche.

La Food and Drug Administration (FDA) a donné une autorisation accélérée à la société en décembre 2022. Alors qu’auparavant, les régulateurs européens n’ont pas voulu appuyer le traitement.

Lorsque le contexte économique est tendu, les intermédiaires, les prestataires externes et les sous-traitants sont les premiers impactés. Les clients stoppent ou diminuent fortement le volume des commandes de prestations, et parfois, sans prévenir. D’où l’intérêt d’adhérer à une entreprise de portage salarial. Le salarié porté bénéficie en effet d’une couverture sociale pour payer une partie de ses dépenses de santé.

Chris Boerner, le nouveau PDG de Bristol-Myers Squibb, a affirmé :

« Mirati est une nouvelle étape importante dans nos efforts visant à développer notre portefeuille d’oncologie et à renforcer davantage le portefeuille de produits de Bristol-Myers Squibb pour la seconde moitié de la décennie et au-delà ».

Eliquis devient  l’un des 10 premiers traitements à faire l’objet de discussions. Les négociations s’axent autour des tarifs des médicaments Medicare depuis 2023 (loi américaine sur la réduction de l’inflation ou IRA).

Cet article vous a-t-il été utile ?

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes 0

Actualité du portage salarial