Svante Pääbo a reçu le prix Nobel de médecine 2022

PRIX NOBEL
Table des matières

Le fils du Nobel de médecine en 1982, Sune Bergström, Svante Pääbo, a décroché à son tour le même prix. Le scientifique suédois a été sacré notamment pour ses recherches sur l’évolution de l’Homme. D’après le jury, ses travaux ont permis d’étudier ce qui fait le caractère unique de l’être humain.

L’évènement pour les prix Nobel 2022 a été lancé à Stockholm le 3 octobre dernier. Date à laquelle la distinction pour la catégorie médecine a été décernée au biologiste Svante Pääbo. Le comité de sélection l’a récompensé pour deux contributions majeures. L’une porte sur son rôle dans l’avènement de la paléogénomique. Cependant, la principale concerne ses travaux sur le séquençage de l’ADN de l’homme du Néandertal.

En 2021, le prix Nobel de médecine avait été attribué aux Américains David Julius et Ardem Patapoutian. Ils ont été élus pour leur découverte sur la manière dont le système neuronal ressent le toucher et la température.

Un Français a été sacré Nobel de physique

Svante Pääbo porte à 226 le nombre d’individus ayant obtenu le prix de médecine ou de physiologie depuis sa fondation. Des personnalités dont beaucoup ont révolutionné le traitement de certaines maladies. En 2018, par exemple, cette distinction a été accordée au Japonais Tasuku Honjo et à l’Américain James Allison. Les deux scientifiques ont découvert des thérapies contre des cancers mortels de la peau à une phase avancée. Des traitements qui peuvent être pris en charge par les contrats de mutuelle en portage salarial.

Seulement douze lauréates se trouvent parmi ces Nobels de médecine ou de physiologie. Aucune organisation n’a jamais été sacrée, puisque l’Institut Karolinska, qui octroie le prix, interdit qu’elles soient récompensées.

Ces dernières décennies, les Nobel scientifiques ont été donnés en grande partie à des scientifiques masculins qui :

  • Soit habitent aux États-Unis ;
  • Soit détiennent la nationalité américaine.

Les jurys ont pourtant fait preuve d’efforts pour distinguer davantage de femmes. Pendant l’édition de l’année dernière, les Nobels ont également été majoritairement masculins, avec une seule femme parmi les treize récipiendaires. Les hommes ont raflé toutes les récompenses dans la catégorie scientifique.

Le millésime 2022 se poursuivra jusqu’au 10 octobre prochain, où il sera clôturé par le Nobel d’économie. Les autres prix seront attribués :

  • Le 7 octobre 2022 pour la paix ;
  • Le 6 octobre 2022 pour la littérature ;
  • Le 5 octobre 2022 pour la chimie.

Le prix Nobel de physique a été accordé le 4 octobre 2022. Il a été gagné par trois pionniers du monde quantique :

  • L’Autrichien Anton Zeilinger ;
  • L’Américain John Francis Clauser ;
  • Le Français Alain Aspect.

Le prix Nobel de la chimie a été remis les 5 octobre au Danois Morten Meldal et à deux Américains Barry Sharpless et Carolyn Bertozzi.

Le biologiste suédois a fait une découverte importante sur le Covid

Pour revenir à Svante Pääbo, le comité Nobel de médecine et de physiologie lui a rendu hommage :

En révélant les différences génétiques qui distinguent tous les humains vivants des hominidés disparus, ses découvertes ont donné la base à l’exploration de ce qui fait de nous, humains, des êtres aussi uniques.

Le 113e Nobel de médecine a par ailleurs séquencé un fragment de phalange déterré en Sibérie en 2008. Grâce à cette analyse, il a contribué à la divulgation de l’existence de l’homme de Denisova. Un autre hominidé à part et dont la présence dans l’histoire a été jusqu’alors ignorée. Celui-ci aurait vécu en Asie et dans l’actuelle Russie.

Résidant en Allemagne depuis plusieurs dizaines d’années, Svante Pääbo mène des recherches au célèbre Institut Max-Planck. Il a conclu en 2009 qu’une transmission génique d’environ 2 % s’était produite entre ces hominidés aujourd’hui éteints, comme :

  • L’Homo sapiens ;
  • Le néandertalien.

Ce transfert de gènes vers l’homme actuel se révèle aujourd’hui pertinent du point de vue physiologique. Il a notamment influé sur la manière dont l’organisme humain apporte une réponse immunitaire en cas d’infections. Les recherches de Svante Pääbo avaient ainsi récemment révélé une donnée intéressante sur les patients du SARS-CoV-2. Les complications graves de la maladie sont davantage susceptibles de toucher ceux possédant un brin de génome du néandertalien, dévoilent-elles. Ce segment a été reçu lors d’un croisement avec l’ADN de l’humain il y a 60 millénaires. Il s’observe surtout au sud de l’Asie et à plus faible mesure sur le Vieux Continent.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes 0

Actualité du portage salarial