Calculer son salaire brut en net en 2024

Salaire brut net
Table des matières

La simulation du salaire brut-net permet à l’employeur d’évaluer le coût total d’embauche d’un employé, y compris les charges sociales et les contributions fiscales.

Pour un salarié, en particulier s’il occupe un poste de cadre, cette simulation est utile pour comprendre la répartition de sa rémunération entre le salaire brut, les cotisations sociales et l’impôt dû, et ainsi anticiper son revenu net réel.

En effet, la différence entre le salaire brut et net peut parfois être significative, et la simulation permet de mieux comprendre cette différence et d’optimiser sa situation financière.

De plus, pour un salarié cadre, qui peut être confronté à des éléments de rémunération variable ou à des avantages sociaux spécifiques, la simulation du salaire brut-net peut également inclure ces éléments pour une vue d’ensemble plus précise de sa rémunération totale.

Du point de vue de l’employeur, les simulations de salaire offrent une meilleure prévision des dépenses liées à la rémunération des employés. Elles permettent d’estimer avec précision les charges sociales, les cotisations à la Sécurité sociale, les taxes et autres composantes associées à la masse salariale, donnant ainsi une vue d’ensemble du coût total de l’emploi pour l’entreprise.

Voyons dans cet article comment passer du salaire brut au salaire net d’un salarié cadre et quelles sont les spécificités du statut cadre.

 

Comprendre les spécificités du statut cadre

Le statut cadre se caractérise par certaines spécificités en termes de rémunération et de cotisations sociales.

Aussi, les salariés cadres ont généralement un salaire brut plus élevé par rapport aux salariés non-cadres. Les salariés cadres sont généralement rémunérés bien au-dessus du SMIC (augmentation du SMIC de 1,13% au 1er janvier 2024) en raison de leurs responsabilités et de leurs compétences spécialisées. Ce salaire est souvent exprimé en euros annuels plutôt qu’en euros mensuels.

En effet, le calcul de la rémunération d’un cadre est souvent annuel plutôt que mensuel en raison de la nature de leurs fonctions. Les cadres occupent généralement des postes avec des responsabilités importantes et des horaires de travail flexibles qui peuvent varier d’une semaine à l’autre approximativement.

Par conséquent, il n’est pas rare de déterminer leur salaire en fonction de leur contribution globale à l’entreprise sur une année entière, plutôt que de diviser leur rémunération en paiements mensuels fixes ce qui peut impliquer un calcul journalier ou périodique spécifique.

Le calcul de leur rémunération prend en compte divers éléments tels que les primes, les avantages en nature et les indemnités spécifiques liées à leur fonction.

Les cotisations sociales, calculées sur la base du salaire brut, sont également différentes pour les cadres, avec des taux parfois plus élevés pour certaines assurances sociales par exemple.

Par ailleurs, le salaire des cadres est souvent soumis à un pourcentage d’imposition plus élevé, en raison du fait qu’une part plus importante de leur revenu est imposable. Ils se situent dans des tranches d’imposition à hauteur de leur salaire.

Les employeurs doivent donc prendre en compte ces spécificités lors de l’établissement des fiches de paie et du calcul des prélèvements obligatoires, en utilisant un simulateur de paie spécialisé pour garantir la conformité aux obligations légales et optimiser le coût total de l’emploi pour l’entreprise.

 

Les autres particularités du statut cadre

Les salariés ayant le statut cadre possèdent d’autres particularités telles que la possibilité de travailler selon un forfait jour ou un forfait heure ; une période d’essai plus longue, pouvant aller jusqu’à 4 mois et renouvelable ; l’obligation de cotiser à l’APEC, un régime de prévoyance spécifique, pris en charge par l’employeur, un préavis de départ prolongé, souvent fixé à 3 mois et des conditions spécifiques dans leur contrat de travail.

 

Salaire brut-net d’un cadre : les prélèvements à retirer du salaire d’un cadre

La conversion du salaire brut en salaire net implique la soustraction des charges sociales du montant brut payé par l’employeur. Les taux sont fixes mais le montant total de ces charges dépend de la rémunération brute :

  • Contribution pour l’APEC : 0,024% de la rémunération brute.
  • CSG : 9,20%
  • CRDS : 0,5%
  • Cotisation à l’assurance vieillesse pour le régime de retraite générale : 6,9% dans la limite du PASS et 0,4% sur toutes les rémunérations
  • Agirc-Arcco pour sa retraite complémentaire : 3,15%
  • Contribution d’Équilibre Technique (CET) : 0,14%
  • Contribution d’Équilibre Général (CEG) : 0,86% ou 1,08%.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes 0

Pourquoi choisir CEGELEM ?

Transparence et réactivé

Une équipe à votre disposition

4% de frais de gestion sans frais caché