Quel revenu pour le métier de photographe indépendant ?

Vous vous passionnez pour la photographie ? Vous souhaitez exercer le métier de photographe en vous installant à votre compte ? Mais quel salaire allez-vous pouvoir obtenir avec cette nouvelle activité de travailleur indépendant ? Nous vous donnons ici quelques pistes pour fixer vos tarifs.

À quel revenu s’attendre en exerçant le métier de photographe indépendant ?

Si vous pensez vous installer à votre compte pour pratiquer le métier de photographe, ayez bien en tête que votre niveau de rémunération dépendra de vos clients et de vos missions. En clair, vous devez vous attendre à rencontrer des temps forts où vous serez débordé et, à l’inverse, des périodes de creux. Ces irrégularités au niveau du chiffre d’affaires sont une donnée à prendre en compte, notamment si vous aimez la stabilité.

On trouve tous les prix chez les photographes de 50 à 15 000 €. À titre indicatif, voici 2 moyennes (tarif brut) :
• Tarif journalier en freelance moyen : 445 €
• Revenu mensuel moyen pour un photographe de presse : 4 164 €

Métier de photographe indépendant, comment bien gagner sa vie ?

Pour augmenter vos prix, vous disposez de plusieurs cordes à votre arc :

  • La spécialisation

Si vous le pouvez, jouez la carte de la rareté et spécialisez-vous dans des domaines précis comme la photographie animalière. Plus l’offre est rare sur des thèmes où la demande est forte, plus vous aurez la possibilité de gonfler vos tarifs.

  • L’expérience

Bien évidemment, la séniorité est aussi un facteur qui joue sur la rémunération si vous exercez le métier de photographe indépendant. À partir de 7 ans d’expérience et sur certaines missions spécifiques, vous pourrez doubler vos tarifs.

  • Les compétences

Il est également possible de fusionner votre talent pour la photographie avec d’autres compétences comme la rédaction. La qualité pluridisciplinaire de votre profil se valorise également côté salaire.

  • Le talent

Au-delà de la maîtrise technique, vous devez faire preuve de créativité. La qualité de vos prises de vue et votre style vous aideront à vous démarquer. Votre talent sera plus recherché et vous verrez vos revenus augmenter.

Métier de photographe : quel diplôme avoir en poche ?  

Vous êtes autodidacte et pratiquez déjà la photo amateur ? Dans ce cas, envisagez, dans un premier temps, d’exercer votre nouveau métier de photographe indépendant en parallèle d’une autre activité salariée. Cette démarche sécurise votre lancement sans vous mettre en danger financièrement.

Si vous vibrez pour la photographie mais n’avez aucune connaissance, penchez-vous sur la solution formation. De nombreux diplômes existent pour valider des compétences théoriques et pratiques : Bac pro, BTS, écoles privées ou encore master pro arts.

Choisir le métier de photographe indépendant en portage salarial 
Le photographe indépendant qui choisit le statut de salarié porté profite de garanties de protection sociale et se voit libérer des tâches administratives fastidieuses pour se recentrer sur son activité artistique.

Quels sont les différents statuts du métier de photographe ?

Si vous souhaitez pratiquer le métier de photographe indépendant à temps plein, 2 statuts sont possibles :
• Le photographe auteur
Vous êtes reconnu comme artiste. C’est-à-dire que vous ne pouvez pas proposer vos services de photographe pour des opérations commerciales. Vous êtes uniquement rémunéré grâce aux droits d’auteur. Les clichés que vous aurez pris librement seront utilisés pour des expositions ou bien des publications artistiques. Vous bénéficiez également du régime fiscal avantageux des artistes.
• Le photographe artisan
Avec ce statut, vous exercez votre métier de photographe indépendant dans le cadre de missions. Vous devez répondre à des briefs qui précisent les attentes et les exigences de vos clients. Ici, la notion « artistique » du précédent statut disparaît en faveur de l’aspect plus commercial de cette activité. Le photographe artisan peut réaliser ses clichés lors de mariages, de baptêmes ou dans des écoles (photo de classe). Il peut aussi vendre du matériel photo et des albums.

Quel statut juridique choisir ?

Le statut de micro-entrepreneur ne convient pas au métier de photographe auteur indépendant puisque relevant des professions artistiques. Il est à privilégier uniquement dans le cas où votre activité de photographe se fait en complément d’un emploi salarié. Avec ce statut, vous profitez d’un régime micro-social simplifié et bénéficiez d’une franchise de TVA qui vous permet d’afficher des prix plus compétitifs.

Avec le statut de photographe artisan, choisissez plutôt une structure juridique de type SASU ou EURL, c’est-à-dire que vous créez une véritable société. La structure SASU est souvent préférée puisque plus flexible. Néanmoins, ne vous privez pas d’étudier les deux solutions afin d’adopter celle qui conviendra le mieux à votre projet.

Enfin, vous pouvez choisir d’exercer votre métier de photographe indépendant en portage salarial. Ce statut hybride, entre freelance et salariat, vous permet notamment de continuer à profiter des cotisations pour la retraite et le chômage. D’ailleurs, vous pouvez tout à fait exercer votre activité salariée en entreprise avec le statut de salarié porté, les deux sont cumulables.

Voir aussi :