Les salariés pourraient perdre en pouvoir d’achat durant 2024

Table des matières

Le pouvoir d’achat des salariés, déjà très dégradé au cours des trois précédentes années, dépendra majoritairement de l’inflation en 2024. Cette situation résulte des revalorisations salariales plus faibles à l’issue des négociations annuelles réalisées en début d’année, comparativement à 2023. Des hausses qui affichent une certaine disparité entre les catégories socioprofessionnelles.   

L’accroissement ou l’allègement de l’inflation et son impact sur les salaires réels détermineront en 2024 le pouvoir d’achat des salariés. Celle-ci s’établira à 2,5 % cette année, selon la Banque de France. Le cabinet de conseil en RH Groupe Alpha estime ainsi que le pouvoir d’achat des travailleurs grimpera de 1 point. À souligner cependant que le contexte économique encore extrêmement loin de la stabilité continuera d’influer sur les fluctuations de prix.

En attendant, le pouvoir d’achat des employés diminuera en ce début d’année. Pour cause, les revalorisations salariales négociées ont été moins importantes que celles de 2023, selon une étude du Groupe Alpha.

Les augmentations salariales semblent faibles depuis 2021

Depuis 2021, les budgets de révision salariale sont alignés sur l’inflation, sans la surpasser. Les experts du cabinet parisien expliquent que des cumuls de perte de pouvoir d’achat s’en sont ensuivis. Les baisses les plus conséquentes ont surtout touché les salaires avoisinant le SMIC.

D’après le rapport du Groupe Alpha, en moyenne 55 % des entreprises ont acté des hausses salariales individuelles pour 2024. Approximativement la moitié des accords ont porté sur les employés et les ouvriers (51 %). Chez les cadres, la proportion s’élève à 60 %.

En parallèle, en 2024, environ ¾ des entreprises ont mis en place des révisions salariales générales de leurs collaborateurs (74 %). Les employés ont obtenu une augmentation de 80 %. Les professions intermédiaires ont quant à elles, bénéficié d’une hausse de 79 %. Chez les cadres, l’augmentation a atteint 64 %. Ces pourcentages traduisent une perte de respectivement 9, 7 et 6 points comparativement à 2023.

Les évolutions se sont révélées légèrement moins notables chez les cadres. Ces derniers en ont reçu en moyenne 3,4 %, contre 0,2 point de plus pour les non-cadres.

Remarque : ces augmentations pourraient avoir un impact dans le secteur du portage salarial. Afin de connaître leurs salaires dans les mêmes conditions, les consultants portés peuvent effectuer une simulation portage salarial

Des révisions assez homogènes entre les secteurs

En ce début d’année, les revalorisations les plus importantes s’observeront dans la métallurgie, les transports, la chimie, l’énergie et la construction. À noter que ces hausses et les pourcentages de marge des entreprises ne sont pas forcément liés. Le Groupe Alpha explique par exemple que la construction constitue la filière offrant cette année la plus grande augmentation sectorielle. Pourtant, relève-t-il dans son rapport, ce secteur souffre d’un contexte fortement détérioré en raison :

  • De l’amoindrissement des transactions ;
  • De la remontée des taux de crédits.

Dans certains secteurs, les augmentations servent de mesure pour séduire les candidats face au manque de main-d’œuvre. Cependant, aucune différence béante n’existe entre les filières d’activité. Le Groupe Alpha révèle :

« Les deux secteurs aux extrêmes de la distribution des budgets moyens, c’est-à-dire la Construction (3,96 %) et le secteur Médias-Presse (2,81 %), ont une différence de seulement 1,15 point de pourcentage d’écart ».

Pour ceux qui pensent évoluer sous le statut de salarié indépendant, une simulation portage salarial  pourrait les aider à confirmer leur choix.  Sans oublier de prendre en compte ces statistiques.

Le cabinet de conseil résume que la diminution du recours aux hausses générales a marqué la politique salariale de 2024. Il en est de même pour l’affaiblissement des budgets de revalorisation, ajoute l’institution. Son enquête est tirée des informations puisées dans 420 accords de négociations annuelles obligatoires (NAO) dans le privé.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes 0

Actualité du portage salarial