Comment l’IA de demain sera-t-elle conçue ?

Table des matières

Pour mieux servir à l’être humain, l’intelligence artificielle devra atteindre son niveau d’intelligence, selon le Chief AI Scientist chez Meta. Cet expert pense que l’humain et les machines interagiront systématiquement à travers des assistants dans le futur. Il juge ainsi nécessaire de développer une nouvelle façon de créer un outil d’IA. 

Le Chief AI Scientist chez Meta AI, Yann LeCun, a présenté en 2022 une recherche sur une nouvelle façon d’élaborer une application d’IA. Selon lui, cette approche vise à pousser l’intelligence artificielle dans une nouvelle dimension et l’amener au niveau des humains. Le 11 mars 2024, l’expert a annoncé au média en ligne Silicon qu’elle a beaucoup évolué.

Le chercheur déclare que cette méthode permet d’instaurer des barrières à l’intelligence artificielle. Ce qui garantira la non-violation de certaines règles. Son architecture servira par exemple à éviter qu’une suite d’actions nuise à quelqu’un, explique-t-il. Et de poursuivre que le dispositif tentera de trouver la séquence d’actions qui amoindrira les risques.  

L’IA sera capable de comprendre le monde

L’architecture de l’intelligence artificielle imaginée par Yann LeCun repose sur la modélisation du monde. Le Chief AI Scientist chez Meta AI détaille que cette formule permettra au système de comprendre le monde. L’outil développera alors sa propre perception de l’état du monde et associera cette représentation aux données qu’il possède en mémoire.

Le chercheur indique que ce fonctionnement, qui pourrait intéresser beaucoup de consultant informatique vient soutenir un modèle qui :

«  Va prédire ce que sera l’état du monde lorsqu’une série d’actions aura été exécutée. »

Yann LeCun commente que cette approche fait penser au joueur d’échec qui pense à ses prochains mouvements et jauge leur pertinence. Cette programmation contribuera à la vérification du nouvel état visé de façon à assurer sa conformité à différents impératifs. Il faudra par exemple garantir l’exécution effective de l’opération demandée.

Selon le Chief AI Scientist chez Meta AI, la mécanique du modèle d’IA repose sur du high code. Un prompt voué à perturber le dispositif ne produira alors aucun effet.

L’architecture voulue par Yann LeCun vise à doter les appareils d’une capacité de compréhension du monde. Elle leur permettrait également de planifier, raisonner et se souvenir. Cette approche leur permettrait de dépasser les grands modèles de langage actuels, précise le chercheur.

L’architecture Objective-Driven AI sera adoptée

Yann LeCun pense que les outils de GenAI d’aujourd’hui, avec les grands modèles de langage, constituent une impasse technologique. Malgré leur immensité, souligne-t-il, ils sont dans l’incapacité de réaliser ce que les animaux et les humains réalisent au quotidien, une faille que tout consultant informatique aura probablement soulignée.

D’après lui :

« Les animaux peuvent apprendre à faire des tâches très rapidement, ils peuvent comprendre comment les choses fonctionnent, ils peuvent raisonner, planifier et, comme les humains, ils ont du bon sens. Leurs comportements sont dirigés par des buts, des objectifs. La question est comment atteindre ce niveau ? »

La nouvelle méthode que le chercheur prévoit pour la conception des IA s’appelle Objective-Driven AI. L’expert veut créer un cerveau artificiel doté de plusieurs modules. L’objectif étant d’assurer la mémoire associative, la mémoire court-terme et la perception. L’architecture cognitive disposerait en outre de composant pour agir et d’un autre consacré à l’analyse du coût d’une stratégie.

Le modèle Objective-Driven AI diffère en tout point des variantes classiques d’IA. D’aucuns estiment qu’il constituera les postulats d’une intelligence artificielle générale. Yann LeCun préfère quant à lui le concept d’Advanced Machine Intelligence (AMI).

L’expert définit ce dernier comme des outils en mesure d’appréhender le monde grâce à des informations de capteurs. Lesdits outils devront alors posséder une mémoire soutenue et une capacité d’organiser leurs actions pour atteindre un but. Ces instruments doivent également être sûrs et contrôlables par conception au lieu d’être fine-tuning. Un modèle Objective-Driven AI doit respecter ces 4 obligations.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes 0

Actualité du portage salarial