Webmaster : la bonne idée du portage salarial

 

Depuis le milieu des années 90 jusqu’à maintenant, la présence en ligne des entreprises n’a cessé d’augmenter. Avec cette demande très forte, le métier de webmaster s’est fortement développé.

Résultat, même pour ces professionnels indépendants de l’informatique, il est difficile de se mettre en avant et de trouver de nouveaux contrats.
Pourtant leur rôle dans le marketing de n’importe quelle entreprise est primordial, car, aujourd’hui, la concurrence pour la visibilité sur le web fait rage. Les webmasters sont souvent des auto-entrepreneurs ou des freelances.
Mais une solution incroyable leur est possible : devenir salarié porté, un statut alliant la sécurité du salariat et la liberté d’entreprendre. Sans compter que les autres indépendants en portage salarial ont très certainement besoin eux aussi d’un site Web digne de ce nom… Le carnet d’adresse pourrait bien se remplir rapidement !

Le portage salarial, un choix de premier plan

Avec la montée en puissance de ce métier, ils sont de plus en nombreux à vouloir devenir webmaster. Une des difficultés pour tous ceux qui veulent s’installer, c’est leur visibilité.

Comment se démarquer et trouver de nouveaux contrats ?

En choisissant le portage salarial, ils peuvent mettre plusieurs cordes à leur arc d’un coup. Le statut de portage salarial pour les webmasters offre de nombreux avantages. En premier, il allie le statut de salarié et d’indépendant. Lorsqu’un webmaster en portage salarial négocie un contrat avec un client, une autre partie rentre en jeu : la société de portage. C’est elle qui va signer le contrat. Moyennant un pourcentage du chiffre d’affaire, elle reverse au webmaster indépendant les honoraires de sa mission mais sous forme de salaire. Cela implique que le freelance se retrouve à cotiser pour la protection sociale. En cas de maladie, il pourra percevoir des indemnités de la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM), ou bien encore prétendre aux Allocations de retour à l’emploi (ARE) en cas de baisse d’activité.

Les autres salariés portés sont vos potentiels clients

Mais ce n’est pas tout ! Le webmaster en portage salarial peut bénéficier d’autres aides non négligeables. Une des particularités des sociétés de portage, c’est qu’elles proposent de prende en charge la gestion administrative (URSSAF, fiscale, juridique…) des salariés portés. Le freelance garde bien évidemment la main sur les honoraires qu’il veut pratiquer et est totalement libre de travailler avec les clients qu’il souhaite.

Ne pas s’occuper de la gestion est un gain important de temps pour tout travailleur indépendant.
Cela permet au webmaster en freelance de ne se focaliser que sur son activité professionnelle. En outre, comme la société de portage s’inscrit plus comme un partenaire du salarié porté, elle aide à trouver de nouvelles missions. Elle pourra donner des conseils et avoir des idées pour démarcher de nouveaux clients. En fait, il est fort probable qu’à l’intérieur même de la société de portage et parmi ceux qui s’installent en indépendant, il y ait un besoin de création de site Web. Dans la société de portage, il sera aussi possible de trouver des designers, des photographes ou tout autre corps de métiers dont le webmaster pourrait avoir besoin. Il y a tout à gagner avec ce statut qui fait de plus en plus d’adeptes : sécurité, liberté, coopération.

Avoir des connaissance en marketing, un puissant outils

Les qualités dont il faut disposer pour être webmaster sont multiples.

Bien entendu, ils doivent en premier lieu connaître la technique et le langage Web. Bien que les webmasters ne soient pas souvent responsables de la création des programmes dont un site a besoin, ils doivent, en tout état de cause, se tenir au courant de ces modifications des logicielles et des nouveautés techniques. Mais ils doivent aujourd’hui faire preuve de connaissances marketing. En effet, les sites Web sont aujourd’hui incontournables de la stratégie commerciale de n’importe quelle entreprise. Ainsi, pour répondre aux attentes de leurs clients, les webmasters doivent comprendre leurs attentes et même être force de propositions. Ils aideront le site à gagner en référencement, aideront à mettre en place des newsletters et prodigueront des conseils pour bien utiliser les réseaux sociaux, générateurs de flux.

Autodidacte, le meilleur moyen de rester à la page

De plus, de nombreux webmasters sont des travailleurs indépendants et travaillent sur une base de conseils, gérant plusieurs sites à la fois. Dans cette profession en plein essor, aucune norme ou exigence de formation n’a été définie et les compétences recherchées varient. La créativité et les compétences techniques simples sont nécessaires. De bonnes compétences en rédaction sont valorisées, de même que des connaissances en informatique, en programmation et en publicité. Une formation en informatique et des connaissances en anglais sont utiles. Pour ce qui est d’acquérir les compétences nécessaires pour la maintenance Web elle-même, tout ce que l’on étudie aujourd’hui pourrait probablement être dépassé demain. Ainsi, l’apprentissage de façon autodidacte continuera à faire partie du webmastering dans un avenir proche.

Voir aussi :