Encore méconnu, le portage salarial est un formidable outil mis à disposition des entrepreneurs qui veulent facturer leurs prestations de services à des entreprises qui ne souhaitent pas ou ne peuvent pas  recruter en CDD ou en CDI.

Le système est simple ! Vous trouvez vos  missions, vous fixez avec vos clients les modalités d’intervention et le tarif.

Au lieu de créer votre société, un contrat et des factures c’est la société de portage salarial qui se charge de tous les aspects administratifs et de toutes les déclarations fiscales et sociales !

C’est cette société, dite société de portage salarial, qui vous verse un   salaire par rapport aux honoraires facturés. Vous bénéficiez donc du statut de salarié tout en étant votre propre patron.

  • Pourquoi préférer le portage salarial ?

Le portage salarial vous permet de conserver : une couverture sociale identique à celle des salariés, une  cotisation au régime des retraites, une assurance chômage, une mutuelle complémentaire etc…

En France, le portage salarial est une   solution qui a émergé au milieu des années 90.

Ce n’est que depuis début 2015 qu’un cadre juridique solide a été mis en place. En effet, l’ordonnance du 2 avril 2015 et sa ratification dans la loi travail ont définitivement encré le portage salarial dans le droit français.

Depuis le 1 er juillet 2017, le portage salarial dispose même d’une convention collective. Le cadre juridique est donc posé.

  • Les avantages en portage salarial 

Vous entendez régulièrement parler des avantages du portage salarial ? En adhérant à cette forme d’emploi, vous devenez indépendant avec un statut salarié.

Cela vous permet  de bénéficier d’une affiliation aux organismes sociaux ( par exemple : le Pôle Emploi, la retraite, la prévoyance, la mutuelle, la sécurité sociale…).

En choisissant le portage salarial, vous serez également capable de maîtriser votre   prospection commerciale et la négociation auprès de votre client. Vous  êtes donc en totale autonomie quant au choix de vos prestations.

  • A qui s’adresse le portage salarial ?

Le portage salarial s’adresse à tous ceux qui souhaitent développer une activité d’indépendant et délivrer des  prestations de services de type intellectuelle ( sans  manufacture et sans vente de biens ou d’objets).

Au sens de la loi, le niveau bac +2 est requis ou une expérience professionnelle significative d’au moins 3 ans dans une spécialité.

Avec sa nature facilitante, sa rapidité de mise en œuvre et ses aspects sécurisants, le portage salarial  peut être utilisé pour réaliser bon nombre de projets professionnels.

Le portage salarial peut servir de tremplin pour amorcer son activité de consultant ou de formateurs. Il peut également être une activité complémentaire à une activité salariée ou à une   activité d’entrepreneur.

Vous pouvez être  consultant porté à plein temps et exercer votre expertise auprès d’un ou  de plusieurs clients selon les modalités de travail que vous aurez choisies.

En 2017, les professions les plus exercées en portage salarial sont les métiers de technicien et d’ingénieur dans les  domaines informatique et industriel, ainsi que les métiers du conseil en ressources humaines ( la formation, l’audit, le management de transition…).

  • Comment définir sa tarification en portage salarial ?

En portage salarial,  il est nécessaire de prendre quatre facteurs en considération pour déterminer votre tarif.

Le modèle   économique le plus couramment utilisé est le tarif journalier moyen TJM.

En portage salarial, le minimum de tarif journalier moyen s’élève à 250 euros par jour. Par contre, il n’y a pas de maximum. En effet,  vous pouvez, en fonction de votre  expertise, facturer jusqu’à plusieurs milliers d’euros à la journée, si vous le  souhaitez.

  • Comment savoir quel est le prix le plus pertinent ?

  • Le temps

Prenez en considération quatre facteurs. Le premier facteur est le temps que vous allez consacrer à vos missions. En effet, quand on est consultant indépendant on travaille rarement à temps plein.

Prenez donc en considération le temps de préparation pour répondre à des appels d’offres, le temps que vous avez consacré à votre prospection et également à vos vacances.

Même si vous êtes indépendant,  vous avez le droit de prendre des congés !

Quand on est consultant indépendant on travaille en moyenne dans l’année entre  110 et 180 jours. Prenez donc en considération, en fonction de votre expertise, le nombre de jours moyens que  vous allez travailler pour calculer votre tarif journalier moyen.

  • Les coûts liés directement aux missions

Le deuxième facteur est représenté par les coûts liés directement à vos missions. Ces coûts sont divers et variés.

Ils peuvent être représentés par l’achat ou la location de matériel informatique, mais également par vos déplacements et par vos frais de bouche.

  • Le prix marché

Le troisième facteur est le prix marché. En effet, il faut savoir se situer par rapport à la concurrence sans se  dévaloriser. Je vous conseille d’aller sur des   plateformes de freelances pour voir les tarifications proposées.

  • Le prix commercial

Le quatrième facteur est le prix commercial.  En effet, le prix psychologique acceptable par votre entreprise cliente dépend de plusieurs critères comme la rareté de votre  expertise ( moins vous êtes nombreux, moins il y a de   concurrents et plus vous pouvez vous permettre de facturer cher).

Un autre critère c’est l’urgence. Si votre entreprise cliente a un besoin  urgent en tension, vous pourrez vous permettre de facturer également plus cher.

Le prix commercial est également déterminé par la typologie de la société avec laquelle vous allez être en contact. Vous ne pouvez pas facturer, de la même façon, une association et une société du CAC 40 !

La  négociation que vous allez avoir, soit en direct soit par l’intermédiaire d’un chef de projet, est également à prendre en considération.  Si vous êtes en sous-traitance, vous ne pourrez pas facturer de la même façon que si vous êtes en lien direct et en exploitation directe avec votre entreprise cliente.

  • Quelles sont les conditions pour être en portage salarial ?

Pour être en portage salarial, il vous suffit simplement d’avoir une offre de service dans le domaine du conseil, de la gestion de projet ou de la formation.

Pour cela, vous devez avoir une expérience et une expertise nécessaire et suffisante pour que vous puissiez développer votre activité par vous-même.

En effet, quand on est un portage salarial c’est à la charge du consultant de développer son activité et donc de trouver de nouveaux clients. Néanmoins, la société de portage est là pour vous accompagner par le biais d’un conseiller dédié qui vous aide à trouver de nouvelles missions au quotidien.

Le modèle économique en portage salarial est le tarif journalier moyen. Néanmoins, vous pouvez tout de même facturer en tarif horaire moyen ou sur un  système de forfait.

La convention collective du portage salarial, qui a été signé en 2017, impose de rémunérer les consultants indépendants sur un minimum de 250 euros par jour pour un temps plein, soit 150 heures par mois.

Si vous voulez travailler sur un mode mission ponctuelle, vous pouvez partir sur une base de 280 euros par jour.

A noter que quand vous êtes en portage salarial, vous pouvez travailler à l’international. En effet, les consultants peuvent trouver des missions partout dans le monde.

  • Comment simuler sa rémunération en portage salarial ?

La simulation de sa rémunération en portage salarial est basée sur le chiffre d’affaires généré. Les charges sociales prises en compte sont les suivantes : Assurance Maladie, Retraite, Prévoyance et Mutuelle, Assurance chômage, cotisations, Transports etc… et Charges de Portage salarial.

Le salaire Net encaissé est de l’ordre de 50% de la facturation totale. Quant au Cotisations Patronales, elles représentent 29% du CA, les cotisations Salariales sont de l’ordre de 14% et les charges de portage en moyenne aux alentours de 7 %. Si vous souhaite avoir une idée précise de ce que vous pouvez gagner, nous vous invitons à utiliser un simulateur de rémunération en portage salarial.