Comment simuler son salaire en auto-entrepreneur ?

Simulation salaire auto entrepreneur
Table des matières

Lancer son entreprise en tant qu’auto-entrepreneur est une aventure passionnante, mais qui peut aussi être stressante, car l’auto-entrepreneur à la pleine responsabilité de ses finances.

En effet, contrairement au salarié, l’auto-entrepreneur doit générer un chiffre d’affaires suffisant pour vivre au quotidien, mais aussi assurer la pérennité de son activité.

Aussi, il est important pour l’auto-entrepreneur d’estimer ses revenus brut et net en amont afin de fixer ses tarifs au plus juste. À cette fin, les simulateurs de salaire sont des outils mis à disposition des auto-entrepreneurs permettant d’estimer les revenus d’une activité indépendante.

Nous verrons dans cet article comment l’auto-entrepreneur peut estimer son salaire brut et net et comment l’utilisation des simulateurs de salaire peuvent lui permettre de parvenir à une gestion financière équilibrée.

 

Comprendre le statut d’auto-entrepreneur (micro-entrepreneur)

Le statut d’auto-entrepreneur, désormais appelé statut du micro-entrepreneur, permet  une plus grande flexibilité aux professionnels. En effet, ce statut permet d’exercer une activité, en tant qu’indépendant, dans une multitude de domaines et de secteurs tels que l’artisanat, les services, le commerce, le transport ou encore l’hébergement.

La micro-entreprise se distingue par la simplicité de son régime, c’est pourquoi de nombreux freelances optent pour ce régime lors de la création de leur première activité indépendante.

Les micro-entrepreneurs bénéficient de déclarations simplifiées, ce qui réduit leur charge administrative. Par ailleurs, les micro-entrepreneurs peuvent opter pour le versement libératoire de l’impôt sur le revenu, ce qui simplifie grandement le calcul et le paiement de leurs impôts. De même, les cotisations sociales sont calculées sur la base de leur chiffre d’affaires.

Enfin, les micro-entrepreneurs n’ont pas de TVA à collecter si leur chiffre d’affaires reste en dessous des seuils fixés par la loi, ce qui simplifie la gestion financière.

 

Qu’est-ce que le salaire d’un auto-entrepreneur ?

Ce que l’on nomme le salaire d’un auto-entrepreneur est en réalité le revenu net, c’est-à-dire la rémunération issue de son chiffre d’affaires qu’il peut se verser après avoir payé l’ensemble de ses charges sociales et fiscales. En effet, le salaire perçu par l’auto-entrepreneur n’est pas équivalent à son chiffre d’affaires brut.

Autrement dit, le chiffre d’affaires correspond à la somme de tous les encaissements réalisés suite à l’émission de factures clients et le revenu net correspond au montant disponible après cotisations, contributions sociales et impôts. Le montant des cotisations sociales dépend du chiffre d’affaires réalisé. 

En effet, le régime fiscal et social des auto-entrepreneurs implique le paiement de cotisations sociales, qui représentent une part importante des charges, et le taux de cotisations sociales varie en fonction de l’activité et du régime fiscal choisi :

  • 12,30% pour les achat/revente de marchandises, vente de denrées à consommer sur place et prestations d’hébergement ;
  • 21,20% pour les prestations de services commerciale et artisanale, et professions libérales réglementées relevant de la Cipav ;
  • 21,10% pour les prestations de services et professions libérales non réglementées.

Il faut par ailleurs noter que l’auto-entrepreneur doit aussi tenir compte des charges professionnelles nécessaires à l’exercice de son activité et qui ne peuvent être déduites de son chiffre d’affaires en micro-entreprise. Toutefois s’il est assujetti à la TVA il peut récupérer une partie de ces dépenses générées au titre des charges professionnelles.

 

Le fonctionnement de l’impôt sur le revenu pour les auto-entrepreneurs

Le calcul de l’impôt sur le revenu pour un auto-entrepreneur dépend du chiffre d’affaires réalisé au cours de l’année.

L’auto-entrepreneur peut choisir entre deux options de taux d’imposition : le versement libératoire ou le taux progressif.

Le versement libératoire offre la possibilité de régler l’impôt en fonction d’un pourcentage fixe du chiffre d’affaires. Grâce à ce régime fiscal, l’auto-entrepreneur peut payer l’impôt sur le revenu mensuellement ou trimestriellement lors de la déclaration de son chiffre d’affaires, en même temps que ses cotisations sociales.

Le taux du versement libératoire dépend de la nature de l’activité :

  • Vente ou fourniture de logement : 1%
  • Prestations de services commerciales : 1,7%
  • Prestations de services non commerciales : 2,2%

La seconde option est le taux progressif qui implique l’intégration des revenus de l’auto-entrepreneur dans son foyer fiscal global, avec application des tranches d’imposition.

Ce régime fiscal permet aux professionnels de payer l’impôt sur le revenu tous les mois ou au trimestre lors de la déclaration de leurs chiffres d’affaires, en même temps que leurs cotisations sociales.

Avec cette option, l’administration fiscale déterminera le bénéfice imposable en appliquant un abattement minimum de 305 € au montant déclaré, lequel est considéré comme représentatif des frais professionnels. Cet abattement forfaitaire est différent selon la nature de l’activité :

  • 71 % pour les activités de ventes ;
  • 50 % pour les activités de prestations de services BIC ;
  • 34 % pour les activités de prestations de services BNC et les activités libérales.

 

Comment estimer son revenu net en tant qu’auto-entrepreneur ?

Estimer son revenu net en tant qu’auto-entrepreneur, constitue une étape cruciale pour assurer une gestion financière équilibrée de son activité indépendante.

La rémunération nette perçue en tant qu’auto-entrepreneur est le résultat de la réduction entre le chiffre d’affaires brut généré par l’activité et les différentes cotisations sociales et fiscales applicables.

Afin de simplifier ce processus, de nombreux auto-entrepreneurs utilisent des simulateurs en ligne spécialement conçus pour estimer leur revenu net.

Ces outils permettent d’ajuster les tarifs et de prendre en compte le TJM (taux journalier moyen), offrant ainsi une vision plus précise de la rémunération finale après déduction des charges dues à l’Urssaf et à l’administration fiscale.

En s’appuyant sur la simulation, l’auto-entrepreneur peut ajuster ses tarifs de manière stratégique, optimiser son chiffre d’affaires et garantir une rémunération nette qui correspond à ses attentes financières.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes 0

Pourquoi choisir CEGELEM ?

Transparence et réactivé

Une équipe à votre disposition

4% de frais de gestion sans frais caché