Se parler « en vrai » réduit le risque d’isolement au travail

En France, plus d’un salarié sur 2 estime se sentir isolé au travail. La plupart des personnes touchées sont des travailleurs à distance, mais sont loin d’être les seuls cas enregistrés. Ce problème peut avoir des effets négatifs sur la performance du travailleur et une étude a établi que les employés seraient plus performants en groupe.

Isolement au travail : un fléau qui touche plus de la moitié des salariés en France

Les causes de l’isolement des salariés sur leur lieu de travail sont diverses et variées. Selon une étude menée dans divers environnements professionnels, environ 6 salariés sur 10 estiment qu’il leur arrive parfois de se sentir isolés au sein même de leur lieu de service. Ce sentiment désagréable n’est pas sans effet sur le rendement de l’employé concerné. Les salariés isolés au travail se sentent alors moins concernés par les activités de l’entreprise et ont du mal à se projeter dans un avenir plus ou moins proche. Parmi les personnes concernées, 70% pensent qu’elles ne resteront pas plus de 5 ans au sein de la même entreprise et un peu moins de la moitié craint le licenciement.

Dans de telles situations, le salarié isolé se sent perdu et ne trouve pas ses marques au milieu de ses collègues de travail. Il ne trouve pas de sens à son travail et cela atténue grandement sa productivité. De plus, une telle situation pourrait déboucher sur un burn-out professionnel. Il est donc impératif de circonscrire les cas d’isolement des employés et de travailler à leur intégration au sein de la société.

Comment reconnaître un salarié isolé ?

Lorsqu’un travailleur se sent isolé au sein de son entreprise, il présente certains signes, qui devraient attirer l’attention de ses collaborateurs. Ainsi, si l’un de vos collègues se sentira probablement isoler quand:

  • Il ne tutoie pas beaucoup ses collègues : plus qu’une marque de respect, le vouvoiement est souvent un signal d’alarme censé attirer l’attention sur l’état psychologique du salarié. En effet, la familiarité qui s’instaure au sein d’une entreprise (surtout celles de petite taille) emmène les collaborateurs à être plus prévenants les uns envers les autres. Ainsi, il émerge une facilité à se tutoyer, car le personnel d’identifie vite a une famille. Si vous constatez qu’un de vos collègues a moins tendance à tutoyer ses collègues, cela peut exprimer un sentiment de solitude. Dans ce cas, n’hésitez pas à aller vers lui, et à lui témoigner votre intérêt.
  • Pratique des activités en solitaire au lieu de se rapprocher de ses collègues. Un salarié qui écoute très souvent de la musique en solitaire au milieu de collègues pendant un temps de pause est une illustration éloquente. Il va sans dire que cette attitude trahit un certain isolement qui n’est pas souvent voulu par le concerné, mais plutôt accepté. Intégrez-le à vos activités professionnelles et témoignez-lui de l’intérêt, même s’il n’a pas l’air d’en avoir besoin.

Le taux des salariés français qui estiment se sentir isolés au travail est vraiment hallucinant. Il n’y a pas de profil type. Toutefois, on trouve plus facilement des salariés « malheureux » et isolés dans les secteurs de la finance et de l’éducation.

Les principales raisons de se rendre au travail

Selon une étude près de la moitié des salariés français affirment que la qualité des relations entre collègues est la principale raison de motivation pour le travail. S’ils entretiennent de bons rapports avec leurs collaborateurs, les salariés se sentent plus à l’aise et sont plus performants au travail. Une étude a révélé les 5 principales raisons qui motivent l’isolement au travail. Les résultats de cette étude laissent clairement voir que :

  • 42% des personnes interrogées prennent du plaisir à se rendre au travail le matin à cause de la bonne ambiance qui règne entre collègues.
  • 40% estiment qu’ils aiment se rendre au boulot pour affronter de nouveaux challenges professionnels.
  • 39% des salariés se rendent de bonne heure au travail tous les matins parce que l’idée de travailler en équipe sur des projets les émerveille. Le simple fait de faire partie d’une équipe est pour ces salariés une raison suffisante d’aller travailler.
  • Et pour finir, 24% recherchent plutôt la reconnaissance et l’approbation de la hiérarchie et des autres collaborateurs.

Peu importe la raison citée, la variante sociale est bien présente. Les rapports conviviaux avec les collègues constituent une raison suffisante pour se rendre au travail tous les jours. L’interaction entre collègues est donc l’une des clés de la réussite en entreprise.

Malgré l’évolution des moyens de la communication électronique, le contact physique entre les employés réduit considérablement le risque d’isolement et augmente les performances de ces derniers pour le plus grand bien de l’entreprise.

Voir aussi :