Portage Salarial, un pas décisif : les 2 principaux syndicats d’employeurs se rassemblent au sein d’une unique organisation (PEPS)

L’union fait la force ! Voilà ce qu’on peut retenir de cette fusion des principaux syndicats qui président à la destinée du secteur du portage salarial. Une synergie qui vient à point nommé pour redonner du punch et faire porter davantage la voix des travailleurs indépendants qui composent le monde du portage.

La genèse du PEPS

Pour défendre les intérêts des consultants portés et des sociétés de portage, deux syndicats autonomes étaient à la manette. Il s’agissait du Syndicat National des Entreprises de Portage Salarial (SNEPS) créé depuis 1998 et de la Fédération Nationale du Portage Salarial (FeNPS). Le premier, représentait les travailleurs du domaine et s’occupait de la gestion des relations avec les organisations de salariés. Quant au FeNPS, mise en place en 2004, elle avait pour mission de superviser la réglementation et la sécurisation du secteur. Après de nombreuses négociations qui ont fini par aboutir en 2012, ces deux organisations syndicales du portage ont choisi de s’unir. Cette fédération des efforts ayant donné lieu à la synchronisation des activités a permis de mettre sur pied un organisme unique indépendant.

Il s’agit du syndicat des Professionnels de l’Emploi en Portage Salarial (PEPS). De façon pratique, cette fusion a conduit au regroupement de la majorité des entreprises opérant dans le domaine du portage. Pour répondre aux attentes des uns et des autres, cette nouvelle plateforme a choisi de fonctionner en mode collaboratif et collectif.

Cette option du travail participatif a permis la mise en place de différentes commissions travaillant pour la défense des droits des acteurs du portage.

Rôles et missions du PEPS

Représenter la majorité des acteurs du secteur des travailleurs indépendants et des structures qui les sollicitent n’est pas aisé. Pour réussir ce pari, l’organisation syndicale a défini toutes les responsabilités qui lui incombent. Ces dernières peuvent être ainsi répertoriées :

  • Promouvoir et représenter le portage salarial auprès des différents acteurs que sont les partenaires sociaux, les clients, les consultants, etc. ;
  • Participer au dialogue social permettant au portage salarial de disposer d’une identité légale et réglementaire ;
  • Protéger et défendre les intérêts et droits des acteurs à divers niveaux du portage salarial ;
  • Développer et diffuser les outils indispensables à la bonne gestion des salariés portés ;
  • Encadrer et contrôler le respect des pratiques éthiques, réglementaires et déontologiques des entreprises de portage salarial.

Les affiliations du PEPS

Le PEPS s’est affilié à CINOV, une fédération patronale française représentative mise en place pour la promotion et la défense des professionnels des métiers de la prestation intellectuelle du conseil, du numérique et de l’ingénierie. Elle intervient surtout en tant que représentant du patronat dans les négociations relatives à la convention collective SYNTEC du conseil, ingénierie et numérique.

Dès lors, le PEPS est devenu l’un des syndicats de la Fédération CINOV. En ce qui le concerne, le PEPS CINOV représente le portage salarial au niveau des métiers de l’ingénierie, du conseil et du numérique. Aussi, veille-t-il au respect de l’éthique et de la déontologie dans la profession du portage salarial.

Les bonnes pratiques instituées par le PEPS

Depuis quelques années, le portage salarial connait un essor fulgurant et est désormais un secteur à part entière qui ne saurait être confondu avec le marché du travail classique. Il va donc de soi qu’il se structure et dispose de ses propres règles de fonctionnement interne et des codes de conduite des relations avec les autres acteurs et institutions.

Le PEPS qui représente la majorité des acteurs opérant dans le secteur a donc pris sur lui d’édicter ces principes à toutes les entreprises référencées chez lui. En quelques points, ces sociétés s’engagent donc à :

  • Faire preuve de sérieux et de professionnalisme afin de valoriser l’image du secteur ;
  • Ne jamais porter atteinte à la réputation ou au travail d’autrui ;
  • S’abstenir de la concurrence déloyale ;
  • Informer le client de tout conflit d’intérêts.

Afin de mieux détailler et permettre une compréhension plus large et plus commune de ces points, une charte de déontologie a été mise en place.

La charte de déontologie

Pour garantir l’éthique et les bonnes pratiques, une charte a été élaborée et prend en compte chaque catégorie d’acteurs du système. Ainsi, les consultants portés et autres travailleurs indépendants du milieu disposent de leur répertoire de bonnes pratiques qu’ils s’engagent à mettre en application vis-à-vis des clients et des sociétés de portage.

Les sociétés de portage également sont concernées par un tel engagement dont elles sont contraintes au respect envers les salariés portés et les clients. Entre autres, il existe également des règles élaborées qui situent les uns et les autres sur les comportements à adopter envers les institutions.