Pôle de compétences

La compétitivité est essentielle pour une marche sereine vers la croissance économique. L’idée des pôles de compétences vise à répondre à cette dynamique. S’inscrivant dans une optique d’économie de territoire, un pôle de compétences favorise la communication et la collaboration entre les acteurs d’un même secteur d’activités regroupés dans une zone urbanisée en vue du développement dudit secteur. À terme, cela a pour effet de renforcer les capacités industrielles, mais aussi économiques du pays. Ce qui est synonyme de progrès dans la marche vers la compétitivité. Quelle est l’origine des pôles de compétences ? Quels sont les différents types de pôle de compétences ? Que retenir des pôles de compétitivité en France ?

Qu’est-ce qu’un pôle de compétences ?

Un pôle de compétences est une zone géographique où sont réunis des entreprises de toutes tailles, des établissements du secteur de l’enseignement supérieur, des centres de recherche et différents acteurs d’un domaine déterminé dans le but de conjuguer leurs efforts de recherche pour un développement plus accru dudit domaine d’activité. À terme, un pôle de compétences permet à un pays de gagner en compétitivité à l’échelle internationale et de devenir une véritable référence dans un secteur technique clef. De par son caractère territorial, lorsqu’un pôle de compétences se met en place, il contribue fortement au développement des activités économiques du territoire sur lequel il est situé.

L’origine des pôles de compétences

Les pôles de compétences trouvent leur fondement économique dans la théorie dite des avantages comparatifs établie par l’économiste David Ricardo. Cette théorie rend compte que chaque pays d’une certaine manière a un grand intérêt à se spécialiser davantage dans un domaine où il a un certain avantage sur les autres pays et où il  ne serait pas très mauvais.

C’est de cette théorie que s’est inspiré Michael Porter pour soutenir en 1990 l’idée des pôles de compétences qui regroupe sur un même espace géographique et dans un domaine bien ciblé, d’importantes compétences et de ressources conférant par ce fait à ce territoire une position de référence dans l’économie mondiale.

Les différents types de pôle de compétences

Les pôles de compétences sont basés sur le savoir-faire et la formation élevés à un niveau d’excellence planétaire. Pour une bonne catégorisation des pôles de compétences, on distinguera donc les pôles fondés sur la recherche scientifique et les pôles fondés sur les savoir-faire traditionnels.

Les pôles fondés sur la recherche scientifique opèrent pour la plupart à un niveau très élevé. La plus haute excellence est recherchée pour atteindre une véritable compétitivité internationale dans le domaine technique considéré. Ce qui fait la force de ce type de pôle de compétences, c’est généralement une université disposant d’un centre de recherche scientifique mu par la volonté constante de collaborer avec les différentes forces financières et économiques du territoire occupé. En exemple, on pourra citer la Silicon Valley aux États-Unis ; les régions de Grenoble, de Cambridge, de Dublin en Europe et l’agglomération de Bangalore qui se trouve en Inde.

Les pôles fondés sur les connaissances traditionnelles

Il s’agit notamment de pôles de compétences n’ayant pas de lien en tant que tel avec la recherche scientifique. En France on retrouve par exemple la haute couture. Le pays est reconnu à l’international pour la grande créativité de ses couturiers. Il en est de même avec la Suisse reconnue pour son expertise en horlogerie.

En gros, les pôles de compétences occupent une place importante pour une économie qui se veut moderne. En effet, si la production industrielle sur la base d’une main d’œuvre à faible coût est importante, associée au développement technologique, l’on peut s’assurer une compétitivité plus accrue dans le concert des nations.

La marche des pôles de compétences en France

Les pôles de compétences ont pris corps dans les esprits en France dans les années 1970 en inspiration des technopoles que l’on retrouve au Japon. Mais c’est seulement en décembre 2002 que la première décision visant à instaurer une politique des pôles de compétences en France a été prise. C’est dans cette dynamique que les pôles de compétences vont connaître leur plein essor en France. En juillet 2014, la France comptait 71 pôles de compétences ayant fait l’objet de reconnaissance par l’État. D’une manière générale, l’État s’assure de mettre en place et d’améliorer constamment l’environnement pour favoriser le développement des pôles de compétences. Les pôles de compétence ont un statut juridique relevant de la loi 1901 sur les associations.