Freelance : voici comment faire votre business plan en 1 page

Quand un entrepreneur se lance, il est coutume qu’il rédige un business plan. Comme expliqué sur un de mes articles, le business plan est un document qui fait office de “plan de bataille” pour vous lancer. C’est également un outil de communication, pour discuter de votre projet avec votre banquier, vos investisseurs, vos futurs partenaires…

Pour des projets d’envergure, il n’est pas rare que le business plan fasse plusieurs pages, et aille en profondeur sur certains aspects : besoins RH, prévisionnels financiers complets, étude de marché, plan marketing, etc.

Mais quand on se lance en tant que freelance, est-il bien nécessaire de passer des mois à rédiger un tel document ? Après tout, le business plan n’est qu’un “appel à l’action”, et ce qui compte avant tout, c’est de se lancer (encore plus quand on est en solo). 

Dans cet article, laissez-moi vous indiquer comment, en une simple page Word et moins d’une heure, n’importe quel freelance peut réaliser un business plan solide et utile. Mais avant cela, permettez-moi de rappeler pourquoi faire un business plan est une étape nécessaire, même pour un freelance.

Action + plan = se lancer dans de bonnes conditions

Le business plan d’un freelance est un document “vivant”

Dans la littérature et sur le web, il est commun de lire que ce qui compte quand on lance une entreprise, c’est d’agir. Coûte que coûte, il faut se mettre en mouvement, se confronter au marché, aux clients, et “apprendre en marchant”. Il y a du vrai là dedans. Alors pourquoi perdre du temps à faire un plan ? 

 

Car dans le cas du freelancing, votre business plan n’est pas un document que vous rédigez puis laissez moisir dans un tiroir sans jamais y revenir. Non, il s’agit en réalité d’un document vivant, que vous allez écrire, confronter, mettre à jour, améliorer, au fur et à mesure que vous apprendrez des choses sur votre activité. 

Sondez vos clients avant de packager vos offres

Il est préférable de savoir si vos cibles sont prêtes à payer vos produits / services, avant de réaliser le moindre effort pour les concevoir. Une manière de procéder est de réaliser des enquêtes et autres sondages auprès de vos clients potentiels. Vous pouvez leur poser des questions simples, mais qui vous en diront beaucoup sur la manière de positionner votre activité : 

  • Quel est votre plus grand défi par rapport à [ce que vous prévoyez de vendre] ?
  • Quelle est la première question que vous vous posez au sujet de [ce que vous prévoyez de vendre] ?
  • Comment pourrais-je vous aider avec [ce que vous prévoyez de vendre] ?

Les réponses à ces sondages viendront bien évidemment nourrir vos business plan d’une page, avec des réalités directement puisées dans la tête de vos futurs clients.

Pour mieux rédiger votre business plan, faites un mini-test et gagnez votre première vente

Avec les enseignements que vous aurez collecté de vos sondages et de votre propre expérience, testez votre activité en essayant de réaliser votre première vente. 

 

A cette étape, pas besoin de complexifier outre mesure votre stratégie. Posez-vous une simple question : comment pourrais-je m’y prendre pour réaliser ma première vente ? Cela peut être en vous appuyant sur votre réseau, en investissant 500€ en publicité, en participant à des podcasts en tant qu’expert… Bref, restez pragmatique. 

 

Ce qui est important, c’est surtout de le faire à moindre coût. Mieux vaut investir du temps et des efforts que de miser une somme d’argent sur ce test, voire contracter des dettes (aussi infimes soient-elles) pour essayer de valider que votre idée de business freelance vaut le coup. 

 

A l’issue de votre test, décidez de la prochaine action que vous devez entreprendre. Essayez aussi de diagnostiquer “pourquoi” vous avez eu ces résultats. Normalement, à partir de là, vous êtes prêts pour agripper un stylo, une feuille, et poser votre business plan en une page. 

Faire son business plan de solopreneur

Des réponses brèves à des questions de bon sens

Comme vous allez le découvrir, le business plan d’un freelance consiste simplement à répondre à des questions de bon sens, mais déterminantes pour son activité. 

 

Certaines interrogations peuvent appeler à de grands débats, à des réponses à rallonge… Evitez cela. Au contraire, efforcez-vous de répondre de la manière la plus claire, et la plus brève. Cela vous forcera à ne pas tergiverser, et à garder une vision sans équivoque du business que vous voulez lancer. 

 

Les questions couvrent 5 parties : 

  • Généralités sur votre activité
  • Modèle économique
  • Promotion de vos services
  • Définition du succès
  • Les défis qui vous attendent

Répondez à ces questions pour faire votre business plan en une page

Généralités sur votre activité

  • Qu’allez-vous vendre ? C’est une question évidente, mais il est crucial que vous déterminiez précisément les produits / services que vous allez facturer. Cela vous aidera aussi à définir à quel marché votre activité appartient réellement.
  • Qui va acheter ? On parle ici de vos cibles. Soyez aussi précis que possible. Par exemple, si vous lancez une activité de graphiste web, ne répondez pas “les entreprises”, mais plutôt “les directeurs marketing des PME de moins de 100 salariés, qui ont un site datant de plus de 3 ans et qui n’ont aucun infographiste en interne.”
  • En quoi votre idée d’activité aide les autres ? C’est la raison numéro 1 qui fait que les clients achètent les services que vous vous apprêtez à proposer, le bénéfice principal qui justifie que les clients mettent la main au porte monnaie… Souvent il y a des raisons rationnelles évidentes (refaire son site), et d’autres plus subjectives et émotionnelles (être perçu comme une marque aussi moderne que le concurrent X). 

 

Modèle économique 

  • Qu’allez-vous facturer exactement ? Le bon sens veut que vous ayez une politique de prix claire pour vos futurs clients. Profitez-en aussi pour déterminer quel modèle semble le plus pertinent pour votre activité de freelancing : allez vous facturer du temps homme avec un TJM (Taux Journalier Moyen) fixe ? Ou vaut-il mieux proposer un forfait ? un abonnement ?
  • Comment allez-vous être payé ? Autrement dit, comment allez-vous collecter les revenus provenant de vos ventes : un virement bancaire classique (attention aux factures impayées) ? Allez-vous avoir un site marchand sur lequel on peut directement acheter vos services ? Si vous facturez un abonnement, quelle plateforme comptez-vous utiliser ?  

 

  • Par quelle autre manière allez-vous gagner de l’argent avec ce projet ? Trop souvent, les freelances ne pensent qu’aux revenus “évidents” qu’ils vont retirer de leurs prestations. Mais il existe souvent d’autres manières de gagner de l’argent avec le même savoir-faire. Un infographiste web peut par exemple vendre des prestations de services, mais aussi des produits numériques, devenir professeur dans des écoles supérieures, faire des remplacements en entreprise lors de congés maternité, etc. Soyez créatifs ! 

Promotion de vos services

  • Comment vos clients potentiels vont-ils entendre parler de vous ? Une entreprise dont personne ne connaît l’existence a peu de chance de devenir florissante. Qu’allez-vous entreprendre comme actions concrètes pour que vos clients potentiels sachent que vous existez ?
  • Comment allez-vous encourager les parrainages ? Dans 80% des cas, les freelances gagnent de nouveaux contrats car des clients satisfaits parlent d’eux à d’autres personnes dans leur entourage. Que pouvez-vous faire pour inciter le bouche à oreille positif autour de votre travail ?

Définition du succès

  • A partir de quel nombre de clients / de quel montant facturé estimez-vous que votre activité est un succès ? Restez simple, et concentrez-vous sur les métriques qui comptent. La réponse à cette question vous donnera aussi un cap, un objectif, pour développer votre activité de freelance. 

Les défis qui vous attendent

  • Quels sont les obstacles / défis / questions ouvertes qu’il vous reste à traiter ? Même les freelances les plus talentueux doivent faire face à des obstacles, à des zones d’ombres, qui peuvent faire dérailler le train de leur réussite. Assurez-vous de bien identifier les 3 principales complications qui vont se mettre sur votre route.
  • Quelles solutions envisagez-vous par rapport à ces obstacles / défis / questions ouvertes ? Ce n’est pas tout de souligner les problèmes, encore faut-il pouvoir y apporter des solutions ! Pour que votre business plan vous soit utile, anticiper pour chaque obstacle la solution que vous pensez mettre en œuvre pour le contourner. 

Finalisez votre document en rédigeant une mission d’entreprise en 140 caractères maximum

140 caractères, c’est l’espace disponible dans un tweet… C’est aussi assez de caractères pour résumer de manière percutante le concept entier de votre activité. 

 

Fort des enseignements de vos sondages & autres tests de marché, et maintenant que vous avez un plan formalisé grâce aux questions soulevées dans la section précédente, vous avez tous les éléments en main pour rédiger la mission de votre activité de freelancing. 

 

Dans cette courte synthèse de 140 caractères, focalisez-vous sur deux choses : ce que vous vendez (qui est bien entendu différent des concurrents) et les clients qui paieront pour vos services. Cela donne une phrase du style : 

 

“J’aide les [type de clients] à [bénéfice principal]”.

 

Voici quelques exemples : 

  • Si vous êtes un développeur : “J’aide les startups ambitieuses à construire des applications  mobiles capable de trôner au top du classement de l’app store”
  • Si vous êtes un consultant Facebook Ads : “J’aide les annonceurs de toutes tailles à rentabiliser leurs dépenses publicitaires sur Facebook”.
  • Si vous êtes un comptable : “J’aide les TPE qui n’ont pas le temps ni les compétences à se mettre en conformité par rapport aux normes comptables qui les concernent”.
  • Si vous êtes wedding planner : “J’organise des mariages inoubliables pour des couples qui travaillent à temps plein”
  • Si vous êtes un dog sitter : “J’aide les propriétaires de chiens à prendre soin de leur animal quand ils ne peuvent pas être avec eux”

Conclusion

Se lancer en tant que freelance, c’est se mettre en action. Toutefois, il y a des avantages à préparer / planifier son activité. C’est justement la raison d’être d’un business plan, à savoir, être un “plan de bataille”. 

 

Efforcez-vous de rester simple et pragmatique. Pas besoin d’une longue prose, ou d’étude de marché interminables pour bien préparer le lancement de votre activité. 

 

Avec cette méthode de business plan en une page, vous vous assurez d’avoir répondu aux questions les plus importantes, et pourrez facilement mettre à jour votre stratégie au fil de votre expérience, et des missions clients que vous assurez.

Rédigé par Matthieu TRAN-VAN