Optimiser son chiffre d’affaires en portage salarial : comment faire ?

Les indépendants doivent estimer leur chiffre d’affaires pour pérenniser leur activité, obtenir une rémunération optimale et trouver de nouveaux clients. Un freelance en portage salarial doit prendre en compte les frais liés à son activité et à son statut. Mais aussi anticiper d’éventuelles baisses d’activité. Alors, comment optimiser son chiffre d’affaires en portage salarial ? 

Fixer un taux journalier pour optimiser son chiffre d’affaires en portage salarial

Estimer un taux de facturation est la première étape de la constitution d’un chiffre d’affaires en portage salarial. Ici, l’idéal est d’appliquer des tarifs raisonnables, sans perdre de vue le besoin de compétitivité de votre activité face aux concurrents. De la même manière, vos tarifs ne doivent pas être fixés trop bas, au risque de perdre en crédibilité auprès de vos clients. Négocier un taux horaire au-dessus de la moyenne n’est jamais simple, mais ce n’est pas impossible. Un client peut être prêt à mettre la main au portefeuille pour profiter de vos compétences et savoir-faire. Votre expérience et votre collaboration doivent le justifier. 

Calculer sa rémunération 

Anticiper les frais liés à votre statut et à votre activité est indispensable. Parmi eux se trouvent les frais de gestion, qui atteignent 10 % en portage salarial. Il s’agit de la commission prélevée sur votre chiffre d’affaires par la société de portage salarial. Ce sont les frais associés aux services et avantages liés à votre statut professionnel. Viennent ensuite les cotisations sociales et patronales, qu’il faut déduire du chiffre d’affaires. Celles-ci se lient au statut de salarié et permettent de profiter d’une couverture sociale optimale. La rémunération nette en portage salarial se situe généralement entre 45 et 55 % de la facturation hors taxe du salarié porté. 

Optimiser sa rémunération en portage salarial 

Les frais professionnels peuvent peser sur votre chiffre d’affaires en portage salarial. Mais grâce à votre statut, vous avez la possibilité de les déduire. Pour cela, plusieurs solutions s’offrent à vous. Vous pouvez par exemple négocier la prise en charge de vos frais professionnels (tout ou partie) par vos clients. Les frais de fonctionnement (achat de matériel, location d’un espace) peuvent aussi faire l’objet d’un financement par le compte d’activité du salarié porté. Ces notes de frais ne sont pas soumises à l’imposition ni aux charges. 

Les achats d’équipements peuvent constituer des frais d’immobilisation, qui donnent lieu à des amortissements. Ici, le portage salarial peut offrir quelques avantages non négligeables, contrairement au régime d’autoentrepreneur. Les salariés portés peuvent donc passer leurs immobilisations sur leur activité professionnelle ! 

Anticiper les baisses ou le manque d’activité 

En tant que salarié porté, vous devez parer toutes les éventualités professionnelles. Parmi elles se trouvent les baisses d’activité et les périodes d’inactivité. Anticiper ces périodes creuses est indispensable pour optimiser la gestion de son chiffre d’affaires en portage salarial et de sa rémunération. Le portage salarial permet au freelance de gérer le versement de sa rémunération. Ainsi, il peut lisser ses revenus et mieux contrôler le montant de ses impôts ! De plus, en tant que salarié, il peut aussi solliciter l’ouverture de droits au chômage au cours des périodes inactives.