L’ingénierie salariale : comment ça marche ?

La méthode de calcul des salaires en portage salarial est différente de celle utilisée dans les entreprises classiques. Elle demande une ingénierie financière, juridique et administrative pour parvenir à un résultat exact. Tout d’abord, il faudra tenir compte du pourcentage correspondant à la catégorie du salarié ou du consultant porté. Il est de 70 % du plafond de la sécurité sociale si le salarié porté a le statut de junior, de 75 % s’il a le statut de senior et de 85 % s’il est salarié au forfait jour. Ensuite, l’entreprise de portage salarial doit inclure les charges patronales, les frais professionnels, les frais de gestion.

Comment calculer la rémunération du salarié porté ?

Avant de calculer le salaire du salarié porté, il faut partir sur le montant total de la rémunération qui lui sera attribué. Si les dispositions contractuelles prévoient une rémunération de 500 euros par jour et que la mission doit s’étendre sur 30 jours, le salarié porté devra recevoir en tout 15 000 euros. De ces 15 000 euros, devront être déduits 10 % des frais de gestion. Ensuite, il faudra déduire les charges patronales du montant obtenu, puis les charges salariales. Au cas où le salarié porté déciderait de déclarer les frais de fonctionnement, le montant de ces frais sera ajouté au salaire final.

Qui s’occupe de l’ingénierie salariale dans une entreprise de portage salarial ?

Il appartient à l’entreprise de portage salarial de gérer l’ingénierie salariale. C’est donc elle qui calcule le salaire du salarié porté sur la base des clauses contractuelles. Elle doit intégrer le salaire de base, les indemnités de congé payé et la prime d’apport d’affaires. Elle doit aussi appliquer la procédure de calcul du salaire tel que prévu par la convention collective de portage salarial.

Quels sont les outils qui peuvent intervenir dans l’ingénierie salariale ?

En effet, il y’a des outils qui pourront être utilisés dans le cadre de l’ingénierie salariale, afin que le salarié puisse optimiser ses revenus. Il pourra donc bénéficier de multiples avantages. Parmi ces outils, on cite le Plan d’Épargne d’Entreprise, le Chèque d’Emploi Service Universel, le Plan d’Épargne pour la Retraite Collectif. Le Plan d’Épargne d’Entreprise par exemple est un système d’épargne qui est instauré par accord collectif ou par décision de l’employeur. Il permettra au salarié porté avec le soutien de son entreprise de constituer une épargne à moyen terme. Les conjoints des salariés portés peuvent en bénéficier selon l’effectif de l’entreprise de portage salarial. En plus de cela, les sommes versées pour l’épargne sont exonérées des impôts. Cependant il faudrait que les plafonds réglementaires soient respectés.

Le Chèque d’Emploi Service Universel permet aussi d’exonérer de l’impôt et des charges sociales. Il permet de déclarer la rémunération du salarié ou du consultant porté. Dès lors, le salarié porté sera certain de bénéficier des droits à l’assurance maladie, accident, chômage, retraite, etc. En plus de cela, le CESU s’occupe de toute l’ingénierie salariale. Il calcule les salaires dans le respect des dispositions juridiques, financières, tout en intégrant les cotisations sociales. Ainsi, l’entreprise de portage salarial peut s’en servir pour se libérer de la paperasse et des tâches administratives.

Le Plan d’Épargne pour la Retraite Collectif quant à lui permet au salarié ou au consultant porté d’épargner de l’argent pour mieux préparer sa retraite. Il concerne les salariés en CDD, en CDI, à temps complet ou partiel. Pour que le salarié puisse bénéficier du plan de retraite collectif, il doit avoir 3 mois d’ancienneté continus ou discontinus dans l’année civile en cours et doit avoir un salaire brut qui doit atteindre le montant prévu dans l’année civile, l’épargne versée au PERCO est exempt des charges patronales et salariales.

Retenez que la démarche utilisée pour définir le salaire du salarié porté est particulière. Elle est différente de celle utilisée dans les entreprises classiques. Il y’a plusieurs facteurs à prendre en compte, à savoir : la facturation hors taxe, le paiement du client, les heures travaillées par le salarié porté, le salaire selon les heures déclarées, la prime d’objectif, la prime de précarité, les congés payés, le salaire brut, le salaire net et les frais de fonctionnement… C’est pourquoi toute une ingénierie doit être déployée pour produire un résultat exact. La méthode de calcul doit obéir aux dispositions juridiques, financières, fiscales en la matière. Vu la lourdeur de cette tâche, on retrouve de nombreux prestataires qui proposent des services en ingénierie salariale. Leur objectif est de soulager les entreprises de portage salarial pour qui la gestion des salaires constitue une véritable tracasserie.

 

Voir aussi :