Les Français restent très attachés au statut de salarié

Alors que tout le monde semble croire volontiers que les Français sont de plus en plus nombreux à vouloir se mettre à leur propre compte, une étude récente menée par l’APEC, dénommée « Salariat et autres formes d’emploi » met en lumière un certain attachement au salariat. Et ils sont près de 50 % à l’exprimer. Quelles sont les raisons de cet attachement ? En quoi le portage salarial revêt-il de l’intérêt avec cette tendance ?

Ce que disent les statistiques

Les statistiques sont plutôt assez claires sur ce que pensent réellement les cadres français du salariat. L’étude menée récemment par l’APEC sur les nouvelles formes d’emploi en est révélatrice. Alors qu’on croyait la tendance en faveur du travail en mode indépendance, ils sont pourtant près de la moitié à exprimer leur fort attachement pour le salariat. 7 % des cadres interrogés sont franchement prêts à y renoncer pendant que 50 % d’entre eux posent quelques conditions avant de faire le pas.

En faisant le point sur l’étude, on se rend compte que l’intérêt éprouvé pour les nouvelles formes d’emploi telles que le portage salarial, le groupement d’employeurs, le travail à temps partagé, etc., varie en fonction des facteurs tels que : l’âge (62 %), de la satisfaction ressentie eu égard à sa vie professionnelle (69 %) et surtout de la disposition ou non d’un emploi par l’enquêté (74 %). Ce qui permet de déduire que le salariat reste très plébiscité sauf quand tout va mal.

Les raisons du plébiscite du salariat

Relativement aux résultats de l’étude de l’Apec, le salariat reste la forme d’emploi préférée des cadres français. Mais pour quelle raison ? En analysant les données, on se rend bien compte qu’il y a une très forte propension pour la recherche de la sécurité. C’est plutôt difficile d’avoir un contrat de travail à durée indéterminée. Plusieurs d’entre eux n’étant pas sûrs de pouvoir trouver une solution similaire dans les nouvelles formes d’emploi restent volontiers attachés à leur statut de salarié.

Pour vérifier cette propension des cadres pour la recherche de la sécurité liée à l’emploi, l’APEC a interrogé la cible sur dix critères selon ce que ces derniers avaient comme importance dans leur vie professionnelle. La perception de revenus réguliers vient en tête avec 64 % d’avis favorables. À la suite de ce critère, il y a l’envie de faire du bon travail et surtout d’apprendre à faire de nouvelles choses. Ce qui permet de conclure que la recherche de la sécurité est la raison principale du plébiscite que connaît l’emploi salarié. Pourtant, il est possible de jouir de son indépendance tout en bénéficiant de la même sécurité qu’offre l’emploi salarié en entreprise.

Pourtant, une bonne connaissance des nouvelles formes d’emploi

L’étude révèle dans un premier temps qu’ils ne sont que 17 % à avoir connu d’autres formes d’emploi que le salariat. Il s’agit entre autres du portage salarial, des groupements d’employeurs, de la microentreprise, du travail à temps partagé et de la coopérative d’activités et d’emploi. 95 % des enquêtés ont déjà eu écho de ces nouvelles formes d’emploi. Dans cet effectif, 92 % connaissent le micro-entrepreneuriat, 53 % connaissent le portage salarial, 45 % connaissent le travail à temps partagé et 34 % ont connaissance de la coopérative d’emploi et d’activité. Et chacun semble plutôt être bien informé sur les avantages et les inconvénients de chaque nouvelle forme d’emploi. Ainsi, pour l’auto entrepreneuriat, 34 % considèrent la possibilité d’organiser son propre emploi du temps comme avantage pendant que le portage salarial est préféré pour la délégation des charges liées à la gestion de l’exercice. S’agissant des inconvénients, l’auto entrepreneuriat fait craindre pour les charges administratives et surtout pour le fait de devoir travailler de façon un peu retranchée. Concernant le travail à temps partagé, ils sont 49 % à y trouver une opportunité pour varier les types de missions exécutés et se faire de nouvelles expériences pendant que 46 % y voient la qualité de la protection sociale.

Le portage salarial pour finir avec le dilemme liberté et sécurité

Alors que les cadres français restent attachés au statut de salarié, il faut noter que la sécurité recherchée à travers cette forme d’emploi se retrouve bien dans les nouvelles formes d’emploi, notamment, le portage salarial. Mais cette nouvelle forme d’emploi semble encore peu connue. Le portage salarial est en effet une forme d’emploi qui permet au cadre de travailler en toute indépendance, mais en jouissant de tous les avantages liés au statut de salarié. C’est une forme d’emploi qui offre une grande simplicité contrairement au régime de l’auto entrepreneur. Il va lui-même à la recherche de ses clients, fixe ses honoraires pendant que l’entreprise de portage s’occupe de toute la paperasse pour la gestion de ses activités. Il jouit de la même couverture sociale que le salarié en entreprise et peut bénéficier au même titre des différentes aides de l’État pour favoriser le retour des chômeurs à l’emploi. En sus de ces avantages, le salarié porté selon l’entreprise de portage choisie pourra bénéficier d’un accompagnement personnalisé pour le développement de ses activités.