Le portage salarial voit plus clair

Le portage salarial est une forme d’emploi qui séduit de plus en plus de personnes. Il se situe entre le statut de freelancer et celui de salarié et permet à une personne compétente de se mettre à son propre compte. Longtemps demeuré complexe, le portage est désormais plus précis. Voici tout ce qu’il faut savoir à ce sujet.

De quoi s’agit-il ?

Apparu à la fin des années 80, le portage était perçu comme un moyen de transformer les honoraires en salaire. Il était destiné aux cadres en transition professionnelle et aux personnes souhaitant travailler de manière indépendante. En réalité, le portage salarial met en relation une société de portage, un consultant porté et une entreprise cliente.

La société de portage s’occupe des affaires administratives, du paiement des charges patronales et verse un salaire au consultant. Celui-ci devient donc un salarié de la société. Il doit réaliser des missions et trouver des clients pour la vente de ses prestations. Ainsi, une entreprise cliente pourra faire appel à un expert dans plusieurs domaines sans avoir besoin de recruter une autre entreprise prestataire.

Le consultant négocie personnellement ses tarifs et sa rémunération est à lui. Toutefois, en tant qu’employé de la société de portage salarial, il doit verser à la société des frais de gestion. Il s’agit d’une commission de 5 ou 10 % prélevée sur le chiffre d’affaires pour que la société puisse se rémunérer. Le consultant paie également des charges sociales afin de bénéficier de droits sociaux tels que la couverture maladie.

Un cadre juridique de plus en plus clair

Depuis 2008, le portage salarial voit plus clair grâce aux dispositions juridiques qui l’encadrent. Autrefois classé dans la catégorie des délits de « prêt de main-d’œuvre illicite », il est aujourd’hui reconnu et inscrit dans le Code du Travail. Depuis le 24 juin 2010, le portage salarial voit son champ d’activités et les modalités de fonctionnement des entreprises de portages clairement délimités. À cela s’ajoutent :

  • l’ordonnance gouvernementale du 2 avril 2015 ;
  • la convention collective signée le 1er juillet 2017.

Ces textes éclaircissent et sécurisent le statut du salarié porté. Les missions effectuées ne peuvent dépasser 36 mois. De plus, il est indispensable qu’un contrat de travail de nature commerciale soit signé entre le consultant et l’entreprise cliente. Les textes disposent aussi que la relation entre le salarié porté et la société de portage prend la forme d’un contrat à durée déterminée ou indéterminée. En outre, le porté bénéficie d’un accès à la formation continue.

L’entreprise de portage salarial exerce cette activité à titre exclusif. Elle doit justifier d’une garantie de salaire importante. Cela lui permettra, en cas de défaillance, de prendre en charge le paiement des salaires et cotisations relatifs au salarié. Toutefois, le secteur est en plein développement et il pourrait bien y avoir de nouvelles règles afin de le maintenir sécurisé pour tous les acteurs.

Les avantages du portage salarial

Le portage permet d’avoir un salaire mensuel garanti, car même en cas de factures impayées par les clients, la société de portage peut fournir une avance sur salaire. De plus, le portage salarial donne au salarié la possibilité de cumuler l’Aide au Retour à l’Emploi (ARE) avec ses revenus. Il peut également effectuer d’autres activités professionnelles en dehors du portage. En outre, il a accès à une mutuelle santé complémentaire. Il peut aussi suivre des formations qui lui permettent d’évoluer dans sa vie professionnelle.

Avec ce statut, vous pouvez acquérir votre indépendance en gérant votre temps, vos démarches et vos négociations à votre convenance. Il s’agit de la meilleure méthode pour associer la sécurité d’un emploi salarié à la liberté de travail. Par ailleurs, le portage salarial est une solution avantageuse pour les entreprises clientes. Celles-ci pourront facilement adapter l’effectif de l’entreprise en fonction des besoins et éviter les démarches administratives complexes.

Les projets et métiers compatibles avec le portage salarial

Le portage salarial répond à plusieurs types de profils. Il peut satisfaire :

  • les cadres ayant acquis une expertise ;
  • les professionnels travaillant à temps partiel ;
  • les jeunes diplômés ;
  • les nouveaux entrepreneurs ;
  • les jeunes retraités ;

Le portage permettra aux cadres, aux professionnels et aux jeunes retraités de mettre leur expérience à profit tout en bénéficiant de l’indépendance. Ils pourront utiliser leur temps de manière à réaliser un cumul de revenus considérables. Pour les jeunes entrepreneurs, le portage salarial est une opportunité pour tester un projet viable qui pourrait aboutir à la création d’une entreprise dans le secteur. Les jeunes diplômés pourront acquérir de l’expérience avec le portage.

Il faut savoir que ce domaine d’activités est compatible avec plusieurs professions. Vous pourrez opérer dans le secteur du portage, quelle que soit votre activité commerciale, intellectuelle ou artisanale. Les activités intellectuelles concernent les professions qui relèvent du domaine de l’intelligence. Il s’agit, par exemple, des formateurs, des coachs ou des conseillers. Votre activité commerciale peut concerner les métiers de l’immobilier ou de la finance. Enfin, en matière artisanale, les coiffeurs, les jardiniers ou encore les auxiliaires scolaires peuvent gagner leur vie avec le portage salarial.