FRAIS CONSULTANT

Ce sont des frais qui sont déboursés pour un ou plusieurs examens effectués par un professionnel en conseil. Le montant du paiement de ces consultations doit être fonction du salaire de l’activité menée et des autres charges qui entrent dans les dépenses.

Afin de valoriser correctement ses missions mais aussi d’anticiper tous les coûts connexes à son activité, un consultant doit se montrer très rigoureux dans sa manière de gérer sa facturation. En effet, les frais consultants ne couvrent pas uniquement la partie « salaire », d’autres postes de dépenses sont à anticiper. Nous faisons le point.

Frais consultants, quelle différence entre les indépendants et les salariés ?

Lorsqu’un consultant travaille dans une entreprise ou dans un cabinet dont il est salarié, le calcul des frais consultants ne relève pas de sa responsabilité. En effet, c’est plutôt sa société qui se charge de facturer sa prestation lorsqu’il exécute une mission chez un client. En revanche, comme tout autre salarié d’entreprise, il perçoit un salaire qui est basé sur ses années d’expérience et son domaine d’expertise (plus ou moins recherché). Pour exemple, un consultant spécialisé dans le contrôle financier commence sa carrière avec un revenu mensuel brut entre 2 500 et 4 200 €. Puis, après plusieurs années d’exercice, il peut prétendre à un salaire de 6 000 € brut par mois.

L’indépendant, quant à lui, fixe seul ses tarifs. Il doit, pour budgéter le prix de ses missions, tenir compte des tarifs pratiqués par ses concurrents, du secteur d’activité, de la durée de sa mission, des frais de fonctionnement, des taxes, des marges éventuelles sur des logiciels qu’il doit acheter… En clair, il doit fixer un tarif qui inclut tous les frais consultants inhérents au bon déroulement de sa mission tout en s’assurant un revenu confortable.

 

Comment les frais consultants  sont-ils facturés ?

Il existe plusieurs méthodes pour facturer les frais consultants. Libre à chacun de les adapter en fonction des pratiques courantes de sa profession. Voici quelques exemples :

  • Un consultant en développement informatique peut facturer à la journée passée. C’est ce que l’on appelle une tarification jour/homme. L’enveloppe de jours se budgétise soit en amont de la mission soit à la fin en se basant sur les feuilles d’heures que le consultant aura pris soin de remplir quotidiennement.
  • Le budget peut aussi être forfaitisé. Dans ce cas, le calcul se fait sur la durée de la mission, les compétences sollicitées, les livrables à produire…
  • D’autres métiers ont leur propre système de facturation lié aux caractéristiques propres de leur métier. Par exemple, un rédacteur ou un traducteur facture sa prestation au mot. Un web designer fixe son prix en fonction du nombre de créations ou de pages qu’il doit produire.

Il est à noter que le client final ne voit qu’un tarif simple qui englobe tous les coûts (hors achat de matériel). En effet, le détail des frais consultants, autre que le revenu pur, sont inclus dans celui-ci.

 

Les frais consultants  calculés au forfait

En entreprise, la rémunération des frais consultants se fait via la méthode honoraire ou via la méthode forfaitaire. Votre entreprise (par le biais de votre consultant) a offert ses services à un client et vous souhaitez déterminer le montant à facturer ? La procédure à utiliser sera la méthode forfaitaire. Elle s’opère par la règle des tiers. Elle consiste à facturer trois fois les coûts réels de la prestation. Ces frais consultants demandés aux clients sont distribués en trois parties. Une partie est destinée à assurer les frais de gestion de l’entreprise, une autre partie reviendra au consultant sous forme de rémunération. Enfin, la troisième partie de la facturation sert à couvrir les frais de supervision du projet.

Le consultant indépendant suit la même technique pour calculer le coût de sa prestation, parfois sans frais de gestion de projet s’il est le seul à travailler sur la mission.

 

Frais consultants  : comment budgéter son  forfait ?

Bien que budgéter sous forme de forfait, le calcul des frais consultants se base principalement sur un taux horaire. Il faut donc évaluer le nombre d’heures ou de jours passés sur le projet et le multiplier par le tarif à l’heure ou à la journée. Le montant obtenu doit correspondre au salaire net que le consultant souhaite gagner. Il faut ensuite le multiplier par 2 pour intégrer le paiement des taxes et charges sociales. Il est aussi indispensable de prévoir une marge de 15% supplémentaire pour couvrir les parties congés ou bien les autres frais de fonctionnement annexes.

 

Quid des frais consultants en portage salarial ?

Le consultant « porté » suit la même méthode pour construire son tarif. Il doit en effet tenir compte du salaire net qu’il souhaite obtenir, des charges sociales, patronales et des frais de fonctionnement liés à sa mission.  On estime qu’une fois les frais consultants retirés, il reste au salarié porté environ 46 à 48% du revenu généré lors de sa mission. Enfin, sachez que le consultant porté doit aussi prévoir un pourcentage supplémentaire (généralement 10%) pour couvrir les frais de gestion demandés par sa société de portage. Celui-ci est retiré du montant payé par le client final avant le calcul des autres charges.