La reconversion professionnelle comme option face au licenciement selon l’AFPA

Le licenciement, quelles que soient les conditions dans lesquelles il intervient, constitue une véritable épreuve pour la personne licenciée. Face au vide qu’il crée et à la peur du lendemain, un choix s’impose : soit attendre une nouvelle opportunité professionnelle semblable, même si elle peut tarder ; soit s’investir dans une autre carrière où l’on a plus de chance de réussir.

Suivant une étude de l’Association pour la Formation Professionnelle des Adultes (AFPA) rendue publique le 19 novembre 2012, cette dernière option (la reconversion professionnelle) est celle envisagée par 82 % de salariés en cas de licenciement. Et auprès des personnes ayant fait cette option, le portage salarial semble joué un rôle essentiel.

La reconversion professionnelle : en quoi consiste-t-elle ?

La reconversion professionnelle, à la suite d’une perte d’emploi, est l’initiative de changement de carrière professionnelle prise par un salarié. Elle démarre par une introspection puis la découverte d’un secteur d’activité dans lequel le professionnel a plus de chance d’exceller. La reconversion professionnelle implique, dans la majeure partie des cas, une période de formation, afin que le professionnel puisse mieux maîtriser le nouveau secteur d’emploi dans lequel il souhaite s’investir.

Si le nouveau métier vers lequel souhaite se reconvertir le salarié n’exige pas une compétence professionnelle accrue, ce dernier peut, après quelques semaines ou mois de formation, trouver son premier nouvel emploi. Toutefois, en cas d’emploi nécessitant de profondes connaissances, la période de formation peut s’étendre sur quelques années.

Quelles sont les catégories professionnelles concernées par la reconversion professionnelle ?

La reconversion professionnelle peut intervenir dans toutes les catégories sans la moindre exception. Tout le monde peut donc se réorienter professionnellement, mais certaines catégories professionnelles sont plus enclines à choisir cette option.

Selon l’étude précitée, les professionnels ayant choisi une reconversion professionnelle appartiennent précisément à certaines catégories. Il s’agit, pour une large part, d’ouvriers et d’employés et, dans une certaine mesure, de professions intermédiaires et de cadres supérieurs. Ainsi, l’étude conclut que « les chiffres s’inscrivent en opposition avec les représentations d’un monde ouvrier figé dans ses habitudes et accroché à son métier et ses savoir-faire ». Mais il convient de mentionner que les ouvriers et les professions supérieures sont les plus orientés vers la reconversion professionnelle, suite à un licenciement.

Les avantages d’une reconversion professionnelle après licenciement

Après un licenciement, surtout lorsque le travailleur opère dans un secteur en difficulté, la probabilité de retrouver très vite un emploi similaire et comportant les mêmes avantages est souvent faible. La reconversion professionnelle devient donc la solution idéale. Plusieurs avantages en découlent.

La reconversion, suite à un licenciement, vous permet d’effectuer votre choix professionnel. En effet, la perte d’un emploi amène à mieux réfléchir, pour trouver un secteur professionnel plus ouvert et qui vous passionne. Vous avez ainsi l’opportunité de concrétiser un rêve d’enfance, tout en vous insérant dans un secteur où les offres d’emploi sont légion.

En optant pour une reconversion professionnelle, vous décidez également d’élargir vos horizons financiers, en faisant mieux valoriser vos compétences professionnelles. Ce qui n’est pas le cas pour plusieurs salariés, obligés d’accepter un salaire peu motivant.

Le portage salarial : gage d’un meilleur suivi pour une bonne reconversion professionnelle

Selon l’article L1251-64 du Code du travail, le portage salarial est une relation contractuelle entre une entreprise de portage, une personne portée et des entreprises clientes. Il s’agit, pour un professionnel, de se mettre à la disposition d’une entreprise de portage, qui lui fournit la main-d’œuvre nécessaire pour exécuter ses missions. L’entreprise de portage perçoit, en retour, le salaire correspondant aux missions exercées par le professionnel et lui en verse sa part. Le portage salarial permet ainsi à un professionnel de continuer à être rémunéré comme un salarié, tout en facturant et en recherchant des clients comme un indépendant. Il constitue donc un véritable tremplin vers la création d’entreprises.

Pour une personne engagée dans un processus de reconversion professionnelle, le portage salarial est le moyen le plus sûr de :

  • bénéficier de revenus mensuels fixes et des autres avantages d’un salarié lambda ;
  • travailler à son propre rythme ;
  • effectuer uniquement les missions qui s’inscrivent dans le cadre de ses compétences ;
  • se délester des factures, impôts et autres charges administratives ;
  • s’assurer une retraite, comme tout autre salarié ;
  • ne pas craindre le chômage.

Les études de l’Association pour la Formation Professionnelle des Adultes (AFPA) réalisées en 2012 ont montré une tendance grandissante au choix du portage salarial pour une bonne reconversion professionnelle. Plusieurs années plus tard, la courbe ne s’est pas inversée et le portage salarial reste une solution toujours aussi efficace.

Voir aussi :