L’année 2019 sera une très bonne année pour l’embauche des  jeunes diplômés. C’est du moins ce que révèlent les résultats de l’enquête annuelle réalisée par l’APEC (Association pour l’emploi des cadres) au sein de 10 000 entreprises ; ce qui équivaut à 1,8 million de salariés, dont 395 500 cadres (Source : APEC, Prévision APEC 2019 : la vitalité de l’emploi-cadre se confirme, février 2019).

Selon les prévisions obtenues pour cette année, les recrutements de cadres pourraient se hisser jusqu’à atteindre la barre des 10 % au-dessus des chiffres de 2018. Cette hausse considérable entre dans le cadre d’une dynamique amorcée depuis l’année 2016.

En effet, 218 800 cadres ont été embauchés en 2016 ; 240 100 en 2017 et 266 400 en 2018. Pour 2019, les chiffres s’annoncent encore plus impressionnants : entre 270 700 et 292 000 jeunes cadres vont bénéficier d’un contrat au sein des entreprises en France.

Les nouveaux challenges qui se dessinent pour l’avenir, notamment « la transformation numérique, la transition énergétique ainsi que l’évolution des organisations et de leur mode de management » poussent les entreprises à se doter de cadres compétents pour les atteindre. Ces chiffres sont très bons vu la conjoncture économique et sociale actuelle, mais avec le choix du portage salarial, ces chiffres vont encore atteindre des pics encore plus élevés.

Les secteurs en première ligne

Le secteur des services se classe en tête des secteurs pourvoyeurs de recrutements de cadres en 2019. Ainsi, les diplômés en informatique-télécommunication, en ingénierie R et D (Recherche et Développement) et conseil vont bénéficier au total de 45 % des offres d’emploi disponibles en 2019. Ces deux secteurs sont aussi ceux qui bénéficient de la meilleure vitalité, comparativement à l’année dernière. Les cadres du secteur du marketing et du commerce viennent en troisième position dans le classement des secteurs pourvoyeurs d’emplois aux cadres en 2019.

Voici une liste exhaustive de tous les secteurs ainsi que les prévisions en termes de recrutement pour l’année 2019 :

  • informatique (55 000 / 59 300) ;
  • études, recherche & développement (49 100 / 53 000) ;
  • commercial et marketing (43 700 / 47 200) ;
  • production industrielle, chantier (27 100 / 29 500) ;
  • exploitation tertiaire (27 300 / 29 300) ;
  • administration, RH, communication, juridique (24 200 / 26 000) ;
  • finance, comptabilité, contrôle de gestion, audit (21 800 / 23 700) ;
  • achats, qualité, maintenance, logistique, sécurité (17 400 / 18 800) ;
  • et enfin direction générale (5 100 / 5 400).

Les cadres en première ligne

Être un jeune cadre en 2019, c’est s’offrir de grandes chances de trouver un emploi. Être un cadre avec quelques années d’expérience, c’est encore mieux pour optimiser ses chances. En réalité, selon l’APEC, 60 % des cadres qui seront embauchés en 2019 seront des cadres ayant une expérience professionnelle qui oscille entre 1 et 10 ans.

Cette prévision qui ne laisse libre que 40 % des offres aux jeunes diplômés n’augure pas de bonnes nouvelles pour ceux qui sortent de l’université. Selon cette même source, la route vers le secteur de l’industrie et de la construction leur est presque totalement barrée. En considérant tous les secteurs d’activités ci-dessus cités, seules 18 % des offres sont adressés à des cadres de moins d’un an d’expérience. Cela peut sembler difficile à première vue pour les jeunes cadres, mais face à la pénurie de profils expérimentés que l’on constate actuellement, surtout dans le secteur du BTP, les entreprises seront amenées à faire confiance au dynamisme et au savoir-faire de la jeunesse.

En considérant ces aléas ainsi que la conjoncture économique et sociale toujours changeante, on peut se laisser croire que le ciel des opportunités des jeunes cadres français n’est pas complètement nuageux.

Une amélioration pour l’insertion des jeunes diplômés

En 2017, 83 % des jeunes diplômés de l’année précédente avaient trouvé un emploi. En 2018, ce chiffre s’est élevé à 85 %. Non seulement le taux de jeunes diplômés embauchés s’est élevé, mais le temps entre l’obtention du diplôme et l’obtention de l’emploi a été considérablement réduit en 2018 ; ce qui fait de cette année une excellente année pour les jeunes diplômés.

Dans cette dynamique, tout porte à croire que 2019 sera encore meilleure que l’année écoulée et ce sont les régions d’Île-de-France et d’Auvergne-Rhône-Alpes qui feront le plus de jeunes diplômés heureux. Ces régions vont embaucher près de la moitié des jeunes cadres diplômés dans les secteurs de « l’ingénierie R et D, des activités informatiques et télécommunication et des activités juridiques, comptables et de conseil ». Au total, entre 30 200 et 32 480 cadres de ces régions seront embauchés. Elles seront suivies de très près par la Bourgogne-Franche-Comté, la Normandie et aussi le Centre-Val de Loire.