Emploi intérimaire : la baisse continue. Comment le portage salarial est devenu une solution à la transition professionnelle des cadres ?

L’intérim est l’une des solutions dont disposent les cadres français pour bien passer leur transition professionnelle. Mais depuis que la tendance des offres d’emploi intérimaires est à la baisse, nombreux sont-ils ces cadres qui tentent de trouver leur bonheur dans le portage salarial.

Emploi intérimaire, une baisse qui se poursuit

Paru il y a quelques jours, le baromètre de l’organisation professionnelle Prism’emploi révèle une diminution de l’emploi intérimaire en mai 2019. Le baromètre montre que la baisse est de -3,4 % en mai 2019. Ce chiffre qui n’étonne pas vraiment les spécialistes se classe dans la même ligne que les chiffres observés ces derniers mois, surtout depuis septembre 2018.

Rares sont les départements de l’Hexagone qui ne sont pas concernés par ce fléau. À part l’Occitanie et la Bretagne qui sont dans la zone verte, toutes les autres régions sont presque ou dans le rouge.

Par ailleurs, ils s’infiltrent partout et aucun secteur n’échappe aux longs tentacules de la baisse de l’emploi intérimaire. Ainsi, le secteur industriel ainsi que celui des transports sont les premiers secteurs touchés de plein fouet, selon l’organisation professionnelle Prism’emploi. Les secteurs de la consommation des ménages, des services, du commerce, du travail temporaire ou encore du BTP ne sont pas épargnés.

Le portage salarial : une alternative plébiscitée par les cadres

Dans son baromètre, l’organisation professionnelle Prism’emploi affirme que « dans ce contexte globalement baissier, les cadres et professions intermédiaires constituent la seule catégorie professionnelle qui affiche une croissance ». Cette croissance qui se chiffre à +1,1 % est un oasis dans ce désert de baisse continue.

Le choix du portage salarial en lieu et place de l’intérim pour la transition professionnelle des cadres est la principale cause de cette croissance.

En effet, le portage salarial présente de nombreux avantages qui permettent aux salariés d’être couverts même en cas de crise. Parmi ces avantages, on peut citer :

  • le droit à une couverture sociale (assurance chômage, assurance maladie) ;
  • le droit à une cotisation au régime général de retraite ;
  • le droit de prétendre au CPF (Compte personnel de formation) ;
  • le droit à des congés payés ;
  • le droit à une mutuelle collective d’entreprise ;

En un mot, le salarié « porté » a les mêmes avantages qu’un salarié ordinaire et bénéficie en plus d’un emploi du temps personnalisé et modulable chaque fois qu’il le souhaite.

Il y a par ailleurs d’autres avantages spécifiques au choix du portage salarial. Il s’agit :

  • d’un bilan de connaissances qui est spécifique aux cadres pour mieux organiser leur transition professionnelle ;
  • d’une description percutante du service ou la présentation du produit ;
  • la mise en place d’un plan d’actions détaillé ;
  • la mise en place d’un support à la démarche commerciale ;
  • un accompagnement juridique du client ;
  • un accompagnement du salarié ;

Il faut noter en conclusion que le portage salarial est beaucoup plus orienté vers une démarche d’autonomie du salarié ; ce service est donc naturellement de plus en plus plébiscité par les cadres en transition professionnelle qui y trouvent leur compte. En offrant des conditions de travail favorables, des avantages non négligeables et une rémunération fixe, le portage salarial se présente aux cadres comme l’un des meilleurs services d’accompagnement dans un processus de transition professionnelle.

Emploi intérimaire : les causes du recul

Pendant longtemps considéré comme une très bonne solution à la transition professionnelle, les emplois intérimaires semblent aujourd’hui à bout de souffle. Ils font face à une baisse persistante depuis plusieurs mois et le bout du tunnel ne semble pas être proche.

Cette situation qui est un mauvais signe pour l’emploi et pour l’économie française est due à certains facteurs. Parmi ces derniers, on peut citer entre autres :

La baisse du niveau d’activités

En effet, les entreprises embauchent du personnel en intérim lorsque les activités prospèrent. Si la prospérité des activités se prolonge, ces embauches intérimaires deviennent des emplois définitifs. Malheureusement, avec la baisse du niveau d’activités constatée ces derniers mois,  c’est à la réduction du nombre d’intérimaires qu’on assiste.

La précarité de l’emploi intérimaire

Les prestations du travailleur intérimaire sont très volatiles. Ainsi, il peut passer plusieurs jours voire plusieurs semaines sans effectuer de mission et par ricochet sans gagner le moindre centime d’euro. Cela conduit le plus souvent à une démotivation.

Difficultés bancaires

Pour le travailleur intérimaire, il est très difficile d’accéder à un prêt bancaire. Ses revenus n’étant pas fixes, les banques rechignent à lui faire un prêt.

L’ensemble de ces facteurs défavorables poussent les cadres en transition professionnelle à abandonner la piste du travail en intérim et à prioriser celle du portage salarial. Le déclin du travail en intérim permet donc la valorisation du portage salarial.

Voir aussi :