En tant que consultant indépendant en quêtes de nouvelles opportunités, vous devez tout mettre en œuvre pour réussir à trouver des opportunités intéressantes et de nouveaux clients pour que vous puissiez assurer votre montée rapide en compétence. Contrairement à un CV classique, un dossier de compétence détaille avec précision toutes vos expériences, vos formations et vos objectifs professionnels ? Mais construire un dossier de compétences quand on est consultant indépendant ?!

  • 1ère étape : Partir d’un CV chronologique :

Le CV chronologique est le CV classique que vous envoyez à une entreprise pour un recrutement ou que vous diffusez auprès de chasseurs de têtes. Il adopte généralement la présentation suivante :

  • Formation initiale, langues ;
  • Formation professionnelle ;
  • Listes des entreprises et des postes occupés ;
  • Centres d’intérêt (sports, activités extra-professionnelles). Pour chaque poste occupé, il présente succinctement les fonctions, les objectifs et les résultats obtenus.

 

  • 2ème étape : faire un bilan professionnel complet, voire un travail sur soi

Avant de se lancer dans un nouveau métier passionnant mais difficile, il est indispensable de faire le point et de répondre à deux questions fondamentales : quelles sont les compétences professionnelles que j’ai développées et enrichies tout au long de ma première partie de carrière ?

  • Qu’ai-je envie de faire ?
  • Quels sont mes atouts pour y arriver ?

Un bilan de compétences et un bilan d’orientation personnelle vont vous permettre d’y voir plus clair.

De nombreux organismes (Pôle emploi, associations d’assistance aux demandeurs d’emplois) et cabinets (recrutement, ressources humaines, outplacement) offrent des prestations de bilan de compétences.

Certains préfèrent utiliser l’appellation « bilan professionnel », car le bilan de compétences répond à des nonnes très précises qui conditionnent sa prise en charge par Pôle emploi, ce qui rend plus difficile d’y intégrer des prestations complémentaires, comme une analyse graphologique. Concrètement, cela prend la forme de quatre à huit séances d’une à deux heures pouvant s’étaler sur deux à trois mois.

  • 3ème étape : déterminer les cibles à partir des goûts et compétences

Les compétences clés sont celles qui seront mises en exergue et développées pour la vente et la réalisation de missions de conseil. Ce travail permet de mieux cibler la nature des missions et les cibles en termes de secteurs d’activité.

  • 4ème étape : Préparer une biographie par cible

Cette biographie s’avère particulièrement importante pour les personnes fortement expérimentées. Elle permet de se présenter rapidement (âge éventuellement, études supérieures, etc.) avec une synthèse de la carrière en cohérence avec les prestations que l’on souhaite mettre en exergue… pour mieux les vendre.

  • 5ème étape : formaliser plusieurs « CV Compétences »

Vous allez utiliser votre « CV Compétences » pour répondre à des demandes de clients ou à des partenaires pour un type de mission déterminé. Vous pouvez l’utiliser, par exemple pour :

  • Être annexé à une proposition de services ;
  • Répondre à une demande sur un site Web ;
  • Être mis en ligne sur le Web dans une base de compétences ;
  • Être remis à un partenaire pour intégrer sa base de compétences.

Le « CV compétences » pourra adopter le plan suivant :

  • Nom, âge ;
  • Formation et expérience professionnelle (en reprenant la biographie, voir la quatrième étape) ;
  • Domaines d’intervention (qui résument les compétences ciblées) ;
  • Exemples de références pertinentes.

Alors qu’un cadre opérationnel n’a qu’un seul CV qu’il met à jour, un consultant doit préparer plusieurs CV.

Pourquoi préparer plusieurs CV ?

Les raisons sont multiples :

  • Un client recherche une compétence particulière pour une mission déterminée. Lorsqu’il lit le CV, il voudra en priorité qualifier cette compétence vis-à-vis des objectifs de la mission. Une rapide présentation, en utilisant la biographie du profil et de la carrière du consultant suffit largement.
  • Le processus de sélection d’un consultant pour une mission diffère de celui du recrutement d’un cadre. Le client recherche en priorité un consultant ayant l’expérience nécessaire pour remplir avec succès la mission.
  • Si votre CV est sur une base de compétences en ligne sur le Web, le client potentiel va effectuer une recherche à partir de mots-clés, puis faire un premier tri. Si la description de la compétence demandée n’occupe qu’une petite partie de l’ensemble du CV, il risque d’écarter votre profil.
  • 6ème étape : créer une base des références

La base des références est un outil commercial important. Le client n’aimant pas prendre des risques, il sera rassuré de voir que vous avez déjà effectué des missions dans le périmètre de celle qu’il envisage de vous confier.

La base des références répertorie l’ensemble des missions réalisées par le consultant, soit au titre de ses fonctions antérieures, soit dans le cadre de son activité de conseil.

Chaque fiche de mission est organisée de la manière suivante :

  • Client et année ;
  • Description synthétique de la mission ;
  • Description détaillée de la mission (avec les compétences utilisées) ;
  • Dates, durée (en jours/homme), budget (en euros).

Une question importante se pose : faut-il toujours mettre en toutes lettres le nom du client ? Certaines sociétés interdisent par contrat à leurs intervenants de les citer nommément sans leur autorisation dans des documents.

Dans ce cas, il suffit de désigner le client par une formule du type « Pour un grand groupe de fabrication… », qui masque le nom tout en désignant l’activité.