Le monde du travail est en constante mutation. La forme de travail classique semble en recul et cède de plus en plus place à d’autres formes de partenariat et de collaboration. En effet, l’option qui se développe de mieux en mieux est le travail par missions et le portage salarial. Celle-ci devient même un recours fiable en dépit des remontées de quelques points des prévisions de recrutement de cadres cette année.

Ce que disent les prévisions de l’Apec

Selon les études annuelles de l’Apec, 53 % des entreprises françaises ont prévu recruter en 2011. Mais ce taux a drastiquement chuté pour revenir à 49 % l’année suivante présageant un recul des prévisions de recrutement. Si des facteurs tels que la baisse des investissements par les entreprises permettent de justifier cette situation, il n’en demeure pas moins vrai que cela reste une équation à résoudre.

En effet, en dépit de l’amélioration de quelques indicateurs, la remontée peine à s’effectuer à en croire la courbe de l’Apec. Selon ce graphique, c’était 180.900 cadres qui seraient visés par des intentions d’embauche en 2012. Mais, les années suivantes, ce nombre a chuté pour ne remonter à la même échelle qu’en 2015.

Les dernières prévisions de recrutement de 2016 à 2019 ont connu de légères progressions, mais pas suffisantes pour compenser véritablement le vide. Les 292.000 embauches potentielles prévues et annoncées par l’Apec  pour cette année ne sauraient résoudre en entier ce problème de chômage ni affronter les mutations sur le marché de l’emploi.

Une aubaine pour les cadres

Si beaucoup préfèrent être embauchés afin d’être à l’abri des aléas liés à l’entrepreneuriat, le recul des prévisions de recrutement doit servir d’indicateur pour revoir les copies. Il est important de comprendre qu’aujourd’hui, que l’on soit cadre, jeune diplômé, retraité ou salarié, il est possible d’entreprendre d’une autre façon. Il s’agit du portage salarial et du travail par missions.

C’est une nouvelle forme de travail qui permet de pallier bien des inquiétudes telles que le licenciement, le chômage, etc. C’est une option de travail qui a été vulgarisée par la révolution numérique. Il s’agit d’une forme de consultance ou de freelance, mais qui met en partenariat 3 parties prenantes.

Le portage salarial comme alternative

Le concept de portage salarial ne date pas d’aujourd’hui. Néanmoins, c’est entre 2000 et 2010 qu’il a connu un véritable essor en suscitant un réel engouement chez les consultants. Sa pertinence dans la lutte contre le chômage et son impact dans le secteur de l’emploi et de l’auto emploi lui ont valu sa prise en compte dans la loi de modernisation du marché du travail.

En effet, selon l’article L1251-64 du code du travail, le portage est défini en tant qu’une relation contractuelle entre une « entreprise de portage, une personne portée et des entreprises clientes ». Le porté est la personne travaillant comme salarié indépendant pour le compte de l’entreprise de portage qui s’occupe de gérer principalement la partie administrative des activités.

Dans ce contrat tripartite, le salarié porté s’occupe essentiellement de la recherche de clients et de la fixation de ses honoraires pour chaque mission. Il consent en outre à des frais de gestion pour le compte de la société de portage. La société de portage quant à elle veille à la gestion de la partie administrative de ses activités : établissement de facture, formalités administratives, perception des honoraires, etc.

Pour le futur entrepreneur qui peine à se décider, le portage ou travail par missions est une option intéressante pour tester son activité avant de créer son entreprise. Il permet d’offrir au salarié indépendant l’opportunité d’exercer en tant que prestataire intellectuel en entreprise. Aussi, bénéficie-t-il du statut de salarié tout en recevant des émoluments relatifs à ses prestations.

Il s’agit d’une option transitoire entre le salariat et le travail indépendant permettant au consultant d’être à son propre compte sans créer une société. Il s’appuie juste sur l’entreprise de portage.

Les avantages du portage salarial

Le concept de portage salarial connaît de plus en plus de succès dans différents secteurs d’activités et présente à l’occasion des avantages certains pour le salarié porté notamment :

  • aucune contrainte de création de statut pour le consultant ;
  • aucun capital exigé au consultant pour les missions. La société de portage lui fournit le nécessaire ;
  • le salarié porté est son propre chef et ne rend compte à personne en dehors de ses obligations liées à sa mission ;
  • une retraite assurée pour le salarié porté qui cotise comme tout salarié ;
  • aucune inquiétude relative au chômage ;
  • aucune tracasserie administrative, l’entreprise de portage s’en charge ;
  • pas d’autres tâches en dehors de celles liées à la mission ;
  • aucune limite en termes de chiffre d’affaires ;
  • option ouverte à tous les domaines professionnels.