Bien rédiger un CV pour travailleur autonome

Envie de jeter votre casquette de travailleur autonome pour obtenir un emploi en interne, mettez vos atouts et votre expérience entrepreneuriale en avant dans un CV bien structuré. Lorsqu’on a travaillé à son compte, la rédaction d’un CV n’épouse pas les mêmes formules que celles du CV traditionnel.

Vous êtes travailleur autonome : dans quel cas avez-vous besoin d’un CV ?

Dans le cadre de l’exercice de son activité, un travailleur autonome n’a pas toujours besoin de présenter un CV à ses clients. La rédaction de ce document s’impose s’il décide de pourvoir à un poste en interne dans une entreprise. Il faudra à ce moment résumer sa carrière professionnelle dans un CV en tachant de bien présenter ses atouts. Quelques astuces pour rédiger un CV vendeur lorsque vous êtes travailleur autonome.

Présenter votre profil

Il s’agit de l’accroche de votre CV ; cette partie vous permet de vous présenter sommairement à votre recruteur. Faites un résumé de votre personne, de vos compétences ainsi que de vos objectifs, en vue de donner au recruteur une idée exacte de vous. La présentation du profil joue un très grand rôle dans le CV, car elle sert à captiver le recruteur et lui donner l’envie de parcourir le reste du document. Le profil n’est pas obligatoire, mais son importance est évidente. Il dévoile l’image d’un candidat avenant et déterminé à obtenir le poste.

Votre formation

Comme dans le modèle classique de curriculum vitae, la description de la formation académique et professionnelle est importante. Choisissez la chronologie habituelle soit du diplôme le plus récent au plus ancien. Prenez le soin de mentionner les établissements dans lesquels vous avez suivi la formation et les contacts si possible.

Votre expertise plutôt que votre domaine de compétences

Dans le cas d’un CV traditionnel, il est courant de faire une description de ses compétences. Pour un CV pour travailleur autonome, nous préconisons le mot « expertise » parce qu’alors en tant que travailleur indépendant, vous avez offert des services d’expertises à vos clients. Contrairement au salariat où vous exécutez des missions précises à un poste de travail afin de satisfaire vos obligations professionnelles, il est question ici d’un contrat direct. Vous discutez, écouter et conseillez vos clients et les tâches que vous accomplissez sont des tâches d’expertises, vous n’êtes pas en collaboration avec des personnes qui exécutent une partie du travail, ni sous la houlette d’un leader qui vous dirige : votre autonomie fait de vous un expert.

Vos services offerts plutôt que vos compétences-clés

 En tant que travailleur autonome, vous accomplissez plusieurs missions pour différents clients. Vous offrez vos services à des clients qui peuvent être des personnes morales ou des indépendants comme vous. Quoi qu’il en soit, la notion de « compétences-clés » qui dans une entreprise demandeuse représente les tâches effectuées devient « services ». Vous n’avez aucun lien de subordination avec les clients que vous servez. Vous signez avec ces derniers des contrats ponctuels qui cadrent avec la durée de la mission. Il ne s’agit pas pour vous de mettre vos compétences au service de leurs entreprises, mais de leur accorder vos services dans le cadre d’une mission précise. Pour appuyer vos révélations, pensez toujours à matérialiser chaque affirmation par des données concrètes. Listez différents services que vous avez offerts dans le cadre de l’exercice de votre activité autonome.

Vos réalisations plutôt que les tâches effectuées

Le sens donné aux différentes rubriques de votre curriculum vitae en tant que travailleur autonome permet clairement à l’employeur de voir votre expertise. Plus qu’un salarié, vous avez des compétences managériales, ce qui sous-entend que vous êtes apte à prendre des décisions et à mener une tâche jusqu’au bout, sans attendre d’être rappelé à l’ordre par votre supérieur. Présentez à travers cette partie, vos atouts, et vos aptitudes à gérer des missions avec rigueur et professionnalisme. Pour mieux permettre à votre employeur de comprendre en quoi consistait votre emploi en freelance, vous pouvez proposer une liste de vos différentes activités.

Vos principaux clients plutôt que votre expérience professionnelle

L’expérience professionnelle est pour le travailleur salarié, l’ensemble des connaissances qu’il a acquis précédemment dans l’exercice de son métier. Pour le travailleur autonome, c’est bien plus que ça. Vous avez effectué de la prospection et gagné des clients que vous avez ensuite dû conserver en travaillant d’arrache-pied. Il est important de présenter cet aspect de vos aptitudes, car cela fait de vous un bon commercial, un travailleur à mesure de gérer un portefeuille clients. C’est un atout dans la mesure où vous avez une longueur d’avance sur le salarié qui exerce pour son employeur et ne connaît pas l’importance d’enjôler le client pour qu’il n’aille pas voir ailleurs. Vous avez certainement travaillé avec plus d’un client, faites une sélection, et à partir des plus pertinents, et ajoutez des références à votre CV.