Automatisation : 14 % des emplois actuels disparaîtraient d’ici 20 ans

L’automatisation est un terme utilisé pour qualifier une action ou une tâche qui s’exécuterait de façon automatique, c’est à dire sans la participation de la volonté. D’ici à 2039, 14 % des emplois pourraient disparaître, du fait de l’automatisation des procédés de travail. De plus, 32 % des emplois actuels en subiraient d’importantes transformations, selon une étude menée récemment par l’OCDE.

Automatisation et devenir de l’emploi en France

De plus en plus, les nouvelles technologies occupent une place de choix dans la vie quotidienne. Au sein des entreprises et des ménages, la transformation digitale entraîne des modifications des habitudes de consommation et des procédés de travail. Mais cette automatisation aurait des conséquences non négligeables sur le devenir de l’emploi en France

En effet, de nombreux emplois seraient en voie de disparition, car les machines sont désormais capables d’exécuter des tâches autrefois dédiées aux humains. Si certains y voient une source d’opportunités, pour certains c’est l’anéantissement de leur gagne-pain. En un peu plus d’une décennie, les commandes robots ont quasiment triplé et sont de plus en plus présentes dans les entreprises. De plus, le montant de capital investissement dédié au développement de l’intelligence artificielle. Les tâches basiques sont désormais exécutées par des machines (étiquetages des produits, et autres). Et l’évolution des choses laisse croire que cette tendance à l’automatisation prendra de plus en plus d’ampleur au fil des années à venir.

C’est pour cette raison que l’on estime que 14 % des emplois auront disparu dans à peine deux décennies. Cet énorme pourcentage représente des centaines de milliers d’emplois qui disparaîtront d’ici à 2039, et cela entraînera une disparition des sources de revenus importantes pour les familles. C’est à se demander quel est l’avenir de l’emploi, et quelles sont les prédispositions à prendre pour mieux vivre cette automatisation des procédés de travail.

En effet, de nombreux salariés actuels craignent que la montée en puissance des nouvelles technologies entraîne une hausse du taux de chômage en France et dans le monde. Selon l’OCDE, les risques sont bel et bien présents, car il est déjà possible de constater que les ouvriers sont remplacés par des machines à certains postes, spécialement dans les entreprises industrielles. Mais pour l’heure les chiffres ne sont pas encore très inquiétants. Et même si l’automatisation touche de nombreux métiers, certains secteurs en subiraient plus les conséquences.

Toutefois, il faut préciser que cette automatisation des tâches n’est pas toujours la meilleure option pour les entreprises en termes de rentabilité. De manière générale, la montée en puissance du numérique contribue à créer de nouveaux emplois et participe à l’optimisation des services et du bien-être des salariés. Les nouvelles technologies permettent également l’émergence de méthodes de travail innovantes, pour une grande flexibilité des travailleurs. Mais dans certaines entreprises, l’automatisation des tâches n’est pas toujours ce qu’il y a de plus souhaitable pour les employés.

Quels sont les secteurs les plus touchés par l’automatisation ?

L’automatisation de l’emploi est une tendance nouvelle qui touche pratiquement tous les métiers. Cependant, certains secteurs d’activités seraient plus touchés que d’autres. Le secteur de la manufacture ferait partie des plus affectés par la transformation digitale. D’ailleurs, il a déjà subi une régression de plus de 20 % entre 1995 et 2015. Il connaîtra davantage de changements au cours des 20 années à venir. Aussi, le secteur de la prestation de services serait également affecté par l’automatisation de l’emploi.

En revanche,  les métiers de la santé, de l’éducation et de la fonction publique seraient moins menacés par ces changements. Cela ne signifie pas pour autant qu’ils ne sont pas concernés par la transformation digitale, car celle-ci touche absolument tous les secteurs d’activités. Selon les statistiques, plus de 30 % des emplois actuels connaîtraient de profonds changements, orchestrés par l’automatisation de l’emploi. Avec l’essor des nouvelles technologies, le contenu des tâches à exécuter ainsi que la façon de les réaliser connaîtront des changements.

Chaque travailleur doit donc s’adapter aux évolutions à venir, au risque de se retrouver sans emploi un de ces jours.

Comment bien vivre l’automatisation de l’emploi en France ?

C’est un fait, les nouvelles technologies prennent le pas sur les méthodes de travail d’autrefois. Près d’1/5ème des emplois seront amenés à disparaître dans 20 ans, à cause de l’automatisation des tâches au sein des entreprises. Parce que tous les secteurs d’activités seraient de près ou de loin concernés par ces changements, il est important de se former afin de mieux vivre la transition.

Afin d’aider les travailleurs à passer d’un emploi à un autre, le gouvernement français met en place des stratégies globales de formations. Le Compte Personnel de Formation (CPF) est un moyen de se former, tout en travaillant. Même s’il s’agit d’un mode de formation peu connu, il existe depuis des décennies déjà. Non seulement il s’adapte aux horaires des apprenants, mais le CPF tient également compte des facultés d’apprentissage de chacun des abonnés.