Être un autoentrepreneur, c’est opter pour l’application d’un régime social simplifié, qui vous permet de payer des charges sociales en fonction de votre chiffre d’affaires. C’est un statut qui favorise la création de façon simplifiée d’une société à but lucratif, tout en jouissant dans le même temps d’importantes facilités d’ordre administratif, fiscal et social.

En termes clairs, vous avez l’avantage d’exercer une activité professionnelle indépendante et de choisir de payer l’impôt sur vos bénéfices en même temps que vos charges sociales, à travers un système de versements libératoires. Mais depuis la création de ce statut, rien n’est sûr quant à son avenir, tant il y a des difficultés et des défis à relever. Découvrez ici les avantages du statut d’autoentrepreneur et aussi ses principaux défis.

Le statut autoentrepreneur : qu’est-ce ?

 

Après de nombreuses expériences, vous décidez enfin de vous lancer dans une activité commerciale, artisanale ou libérale. Seulement, vous devez choisir le statut juridique de l’entreprise. Deux options s’offrent à vous : la création d’une entreprise individuelle et la création d’une société.

Le statut autoentrepreneur se résume en deux points :

  • la création d’une entreprise individuelle, qui représente la forme juridique sous laquelle opère l’autoentrepreneur ;
  • l’exercice en microentreprise qui est un régime fiscal et social exceptionnel et simplifié.

Pour devenir autoentrepreneur, il est nécessaire de créer une entreprise individuelle sous le régime de la microentreprise comme pour un intermédiaire de commerce.

On dit que de nos jours, c’est le statut plébiscité des Français. Selon l’INSEE, en 2018, sur 691 000 nouvelles entreprises créées en France, 45 % sont des microentreprises, soit 308 300 nouveaux autoentrepreneurs.

Faire le choix du statut autoentrepreneur permet notamment d’implémenter une activité économique tout seul, de profiter d’une certaine simplicité dans les formalités relatives à la création, au fonctionnement et à la tenue de la comptabilité. Mais aussi, il permet d’obtenir une couverture sociale et un droit à la formation professionnelle continue.

Obtenir le statut autoentrepreneur est donc simple et sans grand risque financier, avec un formalisme facile et donc plusieurs avantages.

Les avantages du statut autoentrepreneur

 

Le statut d’autoentrepreneur permet de tester une activité sans quitter votre emploi actuel. Il permet de créer votre activité en tant que retraité ou étudiant. Vous avez donc la possibilité de mener l’activité de votre choix sans contrainte et stress de formalités administratives. Ce statut concerne surtout des activités commerciales, artisanales et libérales. Voici les grands avantages dont vous bénéficiez !

Un statut ouvert à tous

 

Vous avez la possibilité d’être autoentrepreneur exclusif ou l’associer à un autre statut comme étudiant, salarié, fonctionnaire, demandeur d’emploi, retraité ou dirigeant assimilé salarié. Il suffit d’être majeur ou mineur émancipé, ne pas être déjà travailleur non-salarié et avoir une adresse en France. Mais pour les ressortissants hors Union européenne, il faut être titulaire d’une carte de séjour temporaire qui accorde l’ouverture d’une autoentreprise en France.

 

Des démarches administratives facilitées

 

Les démarches administratives pour créer une autoentreprise sont très simples. De plus, aucun apport de capital n’est exigé.

 

Le calcul et le paiement des charges sociales

 

C’est en fonction de votre chiffre d’affaires que vous payez les cotisations sociales. Vous avez la possibilité de verser vos charges sociales de façon mensuelle ou trimestrielle. En outre, vous déclarez votre chiffre d’affaires pour un prélèvement automatique des charges sociales sur votre compte bancaire. Enfin, vous ne payez pas de cotisations sociales et fiscales lorsque vous n’avez pas de recettes.

Tout cela, avec une comptabilité simplifiée. Mais le statut autoentrepreneur n’est pas à l’abri des difficultés.

Les défis du statut autoentrepreneur

 

Le premier frein à l’autoentreprise est certainement l’augmentation des plafonds depuis le 1er janvier 2018. Toutefois, il y a aussi d’autres inconvénients à ne pas négliger.

  • Une crédibilité faible : difficile d’obtenir des prêts bancaires. En outre, certains clients préfèrent traiter avec des sociétés.
  • Le plafonnement des ressources : l’autoentreprise est possible seulement lorsque le chiffre d’affaires réalisé est inférieur à 170 000 eurospour les ventes de marchandises, les ventes de denrées à emporter ou à consommer sur place, les prestations d’hébergement et 70 000 euros pour les prestations de service et les prestations de location de locaux d’habitation meublés.
  • Pas de déduction : l’autoentrepreneur ne déduit pas de frais professionnels tels que les notes de téléphone, les coûts de transport, les frais de prospection et de publicité, l’électricité, le loyer. De plus, en ce qui concerne les activités de revente de biens, l’autoentrepreneur est imposé sur le chiffre d’affaires réalisé et non pas sur sa marge.

 

En conclusion

 

Le statut autoentrepreneur est avantageux pour un certain nombre de personnes, notamment des étudiants, des chômeurs ou des retraités. En effet, selon l’Union des autoentrepreneurs (UAE), ce statut représente une étape transitoire, en attendant un retour à l’emploi. Selon cette même Fédération, ce statut de création d’entreprises est bénéfique pour tous et ce serait préjudiciable de mettre en place des réformes qui pourraient compliquer les tendances actuelles.