Attention au portage salarial « pas cher » : les pièges à éviter

 

Les pièges et les erreurs à éviter en Portage Salarial

Le portage salarial est une forme d’emploi spécifique, que l’on situe généralement à mi-chemin entre l’entrepreneuriat et le salariat. Trois entités entrent en jeu : le salarié porté, l’entreprise cliente et la société de portage. Celle-ci prend en charge la dimension administrative qui se cache derrière chaque mission et chaque salarié porté. Et dans un marché en constant développement, il faut trouver le meilleur service, au meilleur prix. 

Coût du portage salarial : comment l’expliquer ? 

En échange de la prise en charge des parties juridiques, administratives, fiscales et comptables de l’activité du salarié porté, la société de portage prélève donc environ 10 % de son chiffre d’affaires. Il s’agit ni plus ni moins d’une commission. En optant pour une création d’entreprise, il est nécessaire de prendre soi-même en charge la comptabilité de l’entreprise (ou faire appel à un comptable). Il faut aussi gérer une trésorerie et les déclarations à l’URSSAF, notamment. 

D’autre part, le portage salarial implique des charges un peu plus élevées que pour les autres statuts. Celles-ci s’élèvent généralement à 50 % en portage, contre 40 à 45 % pour les entrepreneurs en SASU ou en SARL (création de sociétés). Cependant, la société de portage vous fait profiter d’une sécurité importante. En tant que salarié porté, l’indépendant profite des avantages du statut de salarié. 

Choisir sa société de portage : les points cruciaux 

Il est important de comparer les sociétés de portage avant d’en choisir une. Elles ne proposent pas toutes le même rapport qualité/prix ! Il ne faut donc pas se contenter d’effectuer une rapide comparaison de leur taux de gestion. De nombreux points essentiels sont à vérifier. En effet, se tourner vers une société pratiquant le portage salarial pas cher peut avoir des conséquences sur la qualité des services offerts. Ces points de vigilance sont donc les suivants : 

  • Le prélèvement des frais de gestion prélevés sur la facture ou sur les honoraires HT ; 
  • Le minimum de facturation imposé ; 
  • La possibilité de se faire rembourser les frais professionnels ; 
  • La possibilité de récupérer la TVA sur les dépenses ;
  • Le taux de gestion : est-il dégressif par rapport au chiffre d’affaires ?  
  • La possibilité d’engager plusieurs factures sans suppléments.  

D’autres points essentiels sont aussi à prendre en considération :

  • Les services : fiche de paie mensuelle, structure d’accueil, locaux, espace dédié, etc. 
  • La solidité financière : nombre de consultants, chiffre d’affaires, garantie financière… 
  • L’appartenance aux PEPS (le syndicat représentatif du portage) : les entreprises adhérentes se sont engagées à respecter les lois en vigueur. 

Les risques liés aux sociétés de portage salarial pas cher

Le plus souvent, le risque avec le « pas cher » réside dans la qualité de l’accompagnement et du suivi, qui est médiocre. Lorsqu’on se lance en tant qu’indépendant dans un projet, il faut savoir s’entourer de professionnels et de structures fiables et compétents. Le choix de la société de portage n’est donc jamais anodin. Il va même s’avérer déterminant dans votre réussite en tant que salarié porté.

Ainsi, mettez toutes les chances de votre côté en sélectionnant une société solide financièrement, ayant fait le choix de transparence. Méfiez-vous des frais cachés que certaines sociétés n’hésitent pas à imputer aux rémunérations des indépendants. Optez pour une société dotée d’un véritable service d’accompagnement pour les professionnels. Certaines sociétés de portage salarial proposent donc de véritables services, visant à optimiser votre rémunération en tant qu’indépendant. Mutuelle, prévoyance, accompagnement, formation, accès au réseau, tarifs raisonnables… Tous ces critères doivent alors entrer en compte dans votre décision finale.

Voir aussi :