Un nouvel accroissement du Smic se profile à l’horizon en France

En raison de l’inflation, le salaire minimum légal en France entrera bientôt dans sa deuxième hausse depuis celle d’octobre 2021. Au 1er mai 2022, un nouveau seuil plancher entrera en effet en vigueur. Malgré tout, de nombreux groupements professionnels estiment qu’une amélioration plus notable apparaît nécessaire, compte tenu du contexte actuel. Parmi ces organisations se trouvent l’Unsa et la CGT.

Au début janvier dernier, le Salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic) a augmenté de 0,9 %. Pour aider les ménages à faire face à l’inflation galopante, il connaîtra une nouvelle montée au 1er mai prochain. Cette revalorisation provient du contexte qu’a engendré la crise russo-ukrainienne : un alourdissement des tarifs des carburants, gaz ou énergies. En octobre 2021, la même mesure avait été adoptée en raison également d’une ascension de l’indice des prix.

Grâce à cette future hausse, de 2,65 %, le salaire minimum net passera à 1 302,64 euros. Pour un employé à temps complet, le montant inscrit dans la fiche de paie s’établit jusqu’ici à 1 268,64 euros.

Le Smic brut mensuel croîtra de 42,46 euros

Avant la déduction des cotisations salariales, le Smic horaire brut, lui, grimpera à 10,85 euros d’ici au début mai 2022. Ce qui traduit une augmentation de 28 centimes d’euros. Une évolution qui permettra à un salarié travaillant durant 35 heures hebdomadaires d’empocher 1 645,58 euros par mois au moins.

Pour remarque, le Smic est dans certains cas supérieur au minima conventionnel fixé par la convention collective de l’employé. Dans cette hypothèse, l’entreprise octroie un complément de rémunération grâce auquel ce dernier pourra toucher le montant du Smic.

Expliquant les révisions du salaire minimum interprofessionnel de croissance, le site Service Public indique que :

Si l’indice des prix à la consommation augmente d’au moins 2 % par rapport à l’indice constaté lors de l’établissement du dernier montant du Smic, il est augmenté automatiquement dans les mêmes proportions.

Une fois le nouveau grossissement du Smic appliqué, les consultants freelance peuvent effectuer une simulation portage salarial. Ceci afin d’estimer combien ils gagneraient en recourant à cette forme d’emploi.

Plusieurs syndicats militent pour une réévaluation plus conséquente

Réagissant au prochain accroissement du Smic, de nombreuses organisations professionnelles critiquent la revalorisation automatique, qu’elles jugent insuffisante. L’Union nationale des syndicats autonomes (Unsa) réclame ainsi une hausse de 10 % du salaire minimum légal. Selon l’association, il s’agit, d’un besoin pour permettre aux Français de souffler. Une telle augmentation est également nécessaire, avance-t-elle pour engager une dynamique de négociations salariales dans les sociétés et les secteurs. Et ce, afin de reconsidérer les salaires effectifs et les minima conventionnels.

De son côté, la Confédération générale du travail (CGT) demande que le Smic soit fixé à 2 000 euros bruts. Elle peste qu’avec l’inflation galopante, le montant actuel (1 603,12 euros) ne permet pas aux ménages de :

● S’accorder des loisirs en famille ;

● Régler leurs factures obligatoires ;

● Vivre convenablement.

Les fins de mois de plusieurs salariés deviennent toujours plus pénibles, souligne l’organisme. En cause, les difficultés quotidiennes auxquelles ils sont confrontés.

Voir aussi :