Ubisoft ambitionne de toucher une plus large audience

Ubisoft estime que l’industrie du jeu vidéo sera valorisée à environ 300 milliards de dollars d’ici huit ans. Pour tirer le plus grand bénéfice du secteur, le studio francilien a décidé de consolider sa stratégie. Dans cette optique, il envisage entre autres d’accroître la portée de ses licences au secteur des jeux sur smartphone.

Ubisoft a annoncé le 10 septembre dernier, lors de sa conférence Ubisoft Forward, un partenariat avec Netflix. Cette coopération soutiendra son ambition de s’adresser à un plus grand nombre de gamers. L’éditeur français dévoilera ainsi prochainement trois nouveaux jeux dont les abonnés du géant du streaming pourront directement profiter. Ces titres serviront à développer les franchises du studio, à l’instar d’Assassin’s Creed. Ils seront proposés uniquement à travers la plateforme de diffusion de vidéos en flux continu.

Le studio montreuillois prépare aussi un projet de série pour étendre son public. Cette stratégie caractérise la ruée vers les contenus dans laquelle les acteurs de l’industrie du jeu vidéo se sont lancés.

Le futur du studio semble prometteur

Yves Guillemot, le président-directeur général d’Ubisoft, a déclaré que sa société explore toutes les aubaines relatives aux jeux vidéo. Par le biais de son offre Ubisoft+, l’entreprise tente de proposer des services par abonnement. Elle prête également attention au jeu en nuage et poursuit la création de contenus F2P (free-to-play). Une des catégories de jeu qui captent le plus de gamers. Le patron de la firme ajoute que sa stratégie passe par la création d’entreprise filiale puissante avec :

  • Quelque 21 000 collaborateurs ;
  • Des franchises de renommée comme Tom Clancy’s Rainbow Six, Far Cry et Assassin’s Creed touchant le plus grand public possible.

Yves Guillemot a indiqué que ces trois licences devraient cumuler d’ici 2027 un chiffre d’affaires de 2 milliards de dollars. Pris d’un vif enthousiasme, le PDG a déclaré qu’il croit qu’en matière d’engagement et d’impact, les jeux surpasseront bientôt :

Toutes les autres industries de loisirs. […] Je vois les jeux devenir la forme ultime de divertissement social, artistique et innovant. Et surtout, je peux voir les jeux continuer à enrichir la vie des gens. […]

Selon lui, son entreprise dispose de tous les moyens pour dominer la nouvelle ère et modeler le futur de l’industrie.

L’éditeur cherche à profiter pleinement de l’industrie du jeu vidéo

Le jeu sur smartphone tient aussi une place centrale dans la stratégie d’Ubisoft. L’éditeur continuera d’élargir ses licences au segment extrêmement fructueux y afférent. À signaler que le canal du mobile produira cette année de meilleurs revenus que celui de l’ordinateur ou des consoles. Les analystes pensent qu’il rapportera 103 milliards de dollars au cours de l’exercice 2022. Yves Guillemot a compris le poids de ce secteur. Le marché qui consomme le plus de jeux mobiles se trouve en Asie. Cette situation incite alors Ubisoft à inventer des titres appropriés.

L’investissement que Tencent a réalisé début septembre dernier dans le capital du studio soutiendra cette extension de licences aux mobiles. Avec cette opération, le géant français compte se protéger contre une possible offre publique d’acquisition émanant d’un concurrent. À noter que le groupe chinois participe déjà au capital d’Ubisoft. Yves Guillemot reste néanmoins ouvert à d’autres coopérations, d’après l’agence de presse Reuters. Le patron du studio souligne :

Nous restons totalement indépendants, et nous pouvons agir avec n’importe quelle compagnie extérieure si nous le voulons. Nous pouvons faire ce que nous voulons.

L’entreprise entend exploiter tous ses moyens pour profiter entièrement du marché des jeux vidéo. Une filière qui regroupera, d’après elle, 5 milliards d’individus d’ici six ans. Quant à la valeur de cette industrie, elle s’élèvera sur l’ensemble de l’année 2022 à 200 milliards de dollars. D’ici la fin de la décennie, ce chiffre grimpera à 300 milliards de dollars, prédit Ubisoft.

Voir aussi :