Qu’est-ce que le tarif journalier ?

Vous débutez dans le consulting ? Vous ne savez pas exactement comment fixer votre tarif journalier ? Rassurez-vous cette question est très fréquente chez les nouveaux freelances et salariés portés. Nous vous expliquons comment fonctionne un tarif journalier et comment le fixer.

Qu’est-ce qu’un tarif journalier ?

Le tarif est le prix que facture un prestataire à son client pour une prestation rendue à ce dernier. Le tarif selon les modalités du contrat de prestation est aligné sur une période donnée. Il peut être annuel, mensuel, journalier… Lorsqu’il est fixé à la journée, il s’agit bien entendu d’un tarif journalier. Le salarié porté jouit d’un salaire qui lui est généralement versé mensuellement par la société de portage. Mais ce salaire reste évaluable en journée.

Ce salaire est calculé sur la base du chiffre d’affaires réalisé par le salarié porté. Au salaire brut du consultant, on additionne les frais et cotisations qui sont liés à son activité : charges patronales, frais professionnels et également le forfait réglé à la société de portage en contrepartie de son travail administratif (environ 8 à 10%). Pour obtenir ensuite le tarif journalier du consultant, on divise le total par le nombre de jours travaillés.

 

L’importance de bien fixer son tarif journalier

Que le consultant soit un freelance ou bien un salarié porté, peu importe. Pour ces 2 profils, fixer un tarif en correspondance avec ses besoins financiers est primordial. D’une part pour être en mesure de payer les charges tout en se réservant une somme d’argent pour vivre correctement. D’autre part parce que certaines périodes d’inactivité peuvent engendrer des trous de trésorerie qui peuvent mettre rapidement dans l’embarras.

Ainsi, quand le consultant fixe son tarif journalier, il doit bien penser à ses charges, ses frais opérationnels et aussi à ses congés. Pour le cas du salarié porté, on recommande de doubler son tarif pour couvrir tous les frais. Pour les micro-entrepreneurs, il faut se référer au régime d’imposition auquel on est rattaché, les charges et cotisations peuvent aller de 23 à 50%. Enfin, pour la partie congés, il faut également ajouter 10% supplémentaire. Cette part de revenu complémentaire est à mettre de côté pour garantir des revenus pendant les périodes d’inactivité.

 

Comment déterminer son tarif journalier ?

Être conscient de vos dépenses professionnelles est une donnée importante mais elle ne fait pas tout. Comment réussir à fixer un tarif journalier correctement quand on débute dans le consulting ou le freelance ? Plusieurs méthodes sont à disposition. :

 

Un tarif journalier basé sur la concurrence et le marché

Vous devez ici vous mettre dans la peau de votre futur client. Parfois, il est au fait des tarifs du marché, ce qui est une facilité non négligeable. En revanche, pour ces clients qui n’ont aucune idée des prix pratiqués, mieux vaut ne pas leur jouer un mauvais tour. Sur Internet, les tarifs journaliers moyens des freelances sont en libre consultation sur de nombreuses plateformes de mise en relation professionnelles. Si votre prix est trop haut, vous risquez de louper cette mission. S’il est trop bas, vous risquez de ne pas inspirer confiance. Alors, comment faire ?

Référez-vous au tarif journalier moyen pratiqué dans votre branche. Allez jeter un coup d’œil aux offres tarifaires de vos concurrents, essayez de trouver des articles de blog spécialisés qui parlent de tarifs journaliers par branche d’activité. En clair, faire un rapide benchmark sur le web sera d’une grande utilité pour fixer vos prix. Astuce supplémentaire : si vous vendez une prestation à un grand groupe ou bien si c’est un projet très urgent, vous pouvez viser la moyenne haute de votre tarif journalier. Si, la commande provient d’une TPE/PME ou si c’est un projet sur le long terme, préférez la fourchette basse pour être sûr de remporter le marché.

Un tarif journalier aligné sur votre objectif de chiffre d’affaires

Avec cette méthode, vous vous basez sur vos aspirations personnelles en matière de revenu pour fixer votre tarif journalier. Quel salaire mensuel souhaitez-vous recevoir ou vous verser chaque mois ? Si votre objectif est à 3000 € mensuel par exemple, il vous suffit de multiplier ce montant par deux (ou moins selon vos charges) et de le diviser ensuite par le nombre de jours travaillés dans le mois. Une fois le calcul fait, pensez à vérifier si ce tarif est bien en cohérence (ou justifié) par rapport au marché.

 

Revoir à la hausse son tarif journalier

Même si vous avez déterminé un tarif journalier juste par rapport à vos concurrents, vos futurs clients pourront tout de même tenter de le négocier à la baisse. En amont, augmentez votre tarif journalier pour vous laisser une marge de manœuvre lors de phase de négociation, 10% en plus par exemple.

Vous pouvez également mettre en avant divers arguments pour obtenir un tarif plus élevé comme votre expertise et votre expérience. Si vous êtes spécialisé dans un domaine très recherché comme les produits pharmaceutiques ou le droit, vos compétences sont à valoriser. Vous avez moins de concurrents, la demande est forte, vous pouvez donc viser la fourchette haute du marché.

Voir aussi :