Simulation

Simuler consiste à faire des calculs visant à déterminer par hypothèse ce que donnerait une situation donnée dans des conditions spécifiques. Dans le portage salarial, la plupart des freelances sont souvent préoccupés par les questions liées au revenu. La simulation constitue pour ces derniers le meilleur moyen pour avoir des réponses à leurs préoccupations. Il s’agit d’une part pour eux de savoir les éléments pris en compte dans le calcul du salaire net des salariés portés et d’autre part, d’avoir des réponses à certaines questions particulières.

Qu’est-ce que la simulation ?

L’idée d’une simulation sous-tend la représentation virtuelle d’une situation donnée afin d’en mesurer les résultats éventuels dans le cadre d’une production réelle. La simulation peut reposer sur des données tangibles, mais aussi sur des hypothèses.

Avant d’adhérer à une société de portage salarial, les salariés portés sont souvent préoccupés par le montant de leur revenu salarial. Grâce à une bonne simulation, ces derniers obtiennent facilement l’information recherchée. La simulation du salaire net mensuel en portage salarial peut se faire grâce à un simulateur spécifique en ligne. Il faudra juste fournir les informations demandées par le simulateur.

Les éléments pris en compte dans la simulation

Les éléments pris en compte dans le cadre de la simulation sont : les charges sociales, les frais de fonctionnement, les frais refacturés et les frais de gestion.

Les charges sociales

Vis-à-vis du salarié porté, la société de portage salarial est en position d’employeur. À ce titre, elle est assujettie au versement des différentes cotisations sociales mises à la charge des employeurs. Ces cotisations sont calculées sur les rémunérations brutes des salariés portés. C’est l’acquittement de ces cotisations sociales par la société de portage qui garantit au salarié porté le droit à une couverture sociale identique à celle dont bénéficient les salariés des entreprises.

Les frais de fonctionnement

Il s’agit de frais ne faisant pas l’objet d’imposition. Ils sont engagés par le salarié porté pour l’exercice de ses activités, mais ne sont pas pris en charge par le client. Ces frais n’ayant pas de rapport direct avec la mission. Ils viennent s’ajouter au salaire net touché par le salarié porté à la fin de chaque mois. Le salarié porté selon la société de portage à laquelle il a adhéré peut bénéficier d’un remboursement au moins partiel de cet investissement réalisé dans le cadre de l’exercice de ses activités.

Les frais refacturés

Les frais refacturés sont des frais engagés par le salarié porté dans le cadre de l’exécution d’une mission. Dans le cas d’espèce, il est tenu de négocier le montant de ces frais avec son client avant que ne démarre la mission. Inscrits dans le contrat liant le salarié porté et l’entreprise cliente, les frais refacturés ne sont pas pris en compte dans le calcul du salaire brut. Dans la pratique, les frais refacturés sont les frais engagés pour la restauration, le transport et l’hébergement.

Les frais de gestion

Les frais de gestion représentent le pourcentage de commission prélevé par la société de portage sur les honoraires du consultant. Le taux des frais prélevés varie selon la société de portage salarial. Mais il tourne généralement autour de 10 % avec des modulations données. Les frais de gestion ont pour but de compenser la gestion de ses affaires administratives, juridiques, comptables, fiscales, sociales et tous autres apports de la société de portage en vue du développement des activités du salarié porté.

Quelques questions récurrentes sur le salaire en portage salarial

Certaines questions reviennent très souvent lorsqu’on aborde le sujet du portage salarial. L’une d’entre elles se rapporte à la rémunération minimum perçue par les salariés portés.

Déjà, il faut noter que la loi impose clairement la nécessité d’être en mesure de réaliser un salaire minimum brut par mois. Le salaire minimum du salarié porté est défini dans la convention de portage salarial. Il équivaut à 70 % du plafond de la sécurité sociale lorsqu’on se trouve dans la catégorie des juniors. Il équivaut à 75 % du plafond de la sécurité sociale lorsqu’on se trouve dans la catégorie des seniors. Il équivaut à 85 % du plafond de la sécurité sociale lorsqu’on exerce ses activités au forfait jour. Par ailleurs, le chiffre d’affaires réalisé en portage salarial contrairement à ce qui se fait sous le régime d’auto-entrepreneur n’est pas plafonné.

L’autre question que certains se posent est relative au versement à bonne date des salaires. Dans la plupart des cas, les entreprises de portage salarial s’engagent pour garantir le versement à bonne date des salaires au cas où l’entreprise accuse du retard. Toutefois, le salarié porté doit avoir préalablement fait les démarches relatives à la facturation.

Voir aussi :