Réussir sa prise de contact et sa prise de rendez vous

Vous avez identifié des clients finaux et intermédiaires et réfléchi à des partenaires potentiels ? Vous avez préparé votre fiche-profil ?

 

Il ne vous reste plus qu’à remplir votre fichier-prospects.

Pour cela, vous allez participer à des rencontres business et/ou trouver des contacts grâce aux réseaux sociaux.

  • L’approche

Il est temps pour vous de penser à votre présentation orale et physique.

Vous êtes l’image de votre profil sur les réseaux sociaux professionnels. C’est vous qui le représentez lors de vos rencontres.

Ne faites pas l’erreur commise par de nombreux consultants indépendants qui oublient qu’avant le service ou l’expertise, le client juge d’abord l’apparence.

  • L’aspect vestimentaire

Soyez toujours simple : vous devez garder une certaine harmonie avec votre environnement de travail. Vous devez incarner votre poste. Observez vos clients ou vos concurrents, vous aurez une idée claire de ce qui se fait et, pour certains, de ce qui ne se fait pas.

  • L’attitude, le comportement et le vocabulaire

Ils doivent eux aussi être en lien avec la représentation que les personnes ont de votre profession. On attend d’un psychologue qu’il soit calme et réfléchi, d’un professeur de sport qu’il soit très dynamique… Il est important que vous restiez cohérent.

Cette cohérence fera de vous une personne de confiance. On reconnaîtra chez vous les éléments constitutifs de l’image que nous avons du bon professionnel. Soignez cette cohérence, c’est l’une des clés de votre réussite.

  • Comment entrer en contact avec vos futurs clients ?

  • Les événements business

Ils sont généralement organisés de manière à favoriser les rencontres et les échanges. Ils peuvent prendre plusieurs formes et être plus ou moins bien organisés, mais la finalité de ces événements est toujours de permettre aux personnes présentes de développer leurs activités respectives.

Suivant l’organisation (club, échanges de cartes et présentations organisées, ou simple cocktail), il peut être plus ou moins compliqué de rencontrer des contacts intéressants.

Quoi qu’il arrive, si votre présentation (physique et orale) est soignée, vous commencerez à rencontrer du monde. C’est ce qu’on appelle la démarche commerciale active. Pensez à échanger votre carte de visite et à noter les informations recueillies dans votre fichier prospect.

  • Les réseaux sociaux

Rencontrer des prospects lors des événements business risque de ne pas suffire à étoffer votre carnet d’adresses.

Les réseaux sociaux peuvent être la suite logique des événements business et marquer le début d’un échange durable.

Une demande de mise en relation virtuelle peut renforcer le lien noué lors d’une première rencontre et se concrétiser par une prise de rendez-vous.

C’est dans ce but que vous avez appris à développer votre profil sur les réseaux sociaux : pour y être visible, pour pouvoir contacter vos cibles et être contacté.

Une fois la mise en relation acceptée, nous vous conseillons de poursuivre par une approche directe : le téléphone.

  • La stratégie téléphonique

À l’aide d’enquêtes de satisfaction, de jeux-concours ou de sondages, les grandes enseignes cherchent à mieux vous cerner. Elles veulent connaître vos goûts, vos envies, votre date de naissance, vos loisirs… Si elles souhaitent recueillir ces informations, c’est pour créer avec vous une relation privilégiée.

Bien entendu, vous n’avez pas la même force de prospection qu’un grand groupe ni les mêmes moyens financiers, mais nous allons développer ensemble la même réflexion stratégique et l’adapter à votre activité.

Le consulting est, et restera, un métier dans lequel la part relationnelle joue un rôle primordial. Cela est d’autant plus vrai au sein de petites sociétés. Vous allez, vous aussi, devoir être au plus près de vos prospects.

Le but de vos appels n’est pas de conclure le contrat et la prise de décision immédiatement (cependant, si cela venait à se présenter, n’hésitez pas !), gardez plutôt un objectif réalisable et surtout beaucoup plus réaliste : la prise de rendez-vous.

Il est rare, dans une petite société, de travailler avec des personnes que l’on n’a jamais rencontrées. Le rendez-vous est le point de départ nécessaire à toute relation commerciale si l’on veut qu’elle devienne pérenne et fructueuse.

  • Mais comment donner envie à votre prospect de vous rencontrer plutôt qu’un autre ?

Quand vous ciblez un client potentiel, vous imaginez bien qu’une autre personne l’a certainement aussi repéré ! Vous l’avez compris, vous allez là encore devoir faire la différence.

Beaucoup de consultants se contentent d’un simple envoi d’e-mails de prospection. Aucun travail n’est réalisé avant l’envoi, ni après. Ils pensent que la qualité de leur travail suffira à susciter l’intérêt et à provoquer la rencontre.

Mais les e-mails de prospection sont rarement lus et encore moins conservés. La relation est indispensable, si vous voulez avoir une chance de retenir l’attention de votre cible, vous devez créer un ancrage, une empreinte positive chez elle.

Mettez-vous à la place de votre prospect. Lisez-vous tous les e-mails de prospection que vous recevez, et si c’est le cas, y répondez-vous toujours ? Non, comme tout le monde, vous faites une sélection définie selon vos besoins et selon des critères plus ou moins conscients.

  • La stratégie emailing

Vous venez d’établir le premier contact et vous avez mis en place la stratégie téléphonique.

Votre travail est toujours de créer une relation préférentielle avec votre prospect de sorte qu’il pense à vous — et non à vos concurrents — lorsqu’il aura à traiter avec un professionnel de votre secteur.

Vous savez qu’il peut faire appel à vous puisque vous l’avez ciblé : il est un client potentiel. Le plus délicat est qu’il pense à vous le moment venu, c’est le but de votre stratégie.

Vous allez maintenant envoyer votre e-mail. Il a deux fonctions principales.

La première est qu’il vous permet de transmettre des informations à votre prospect par le biais d’une brochure, d’une pièce jointe ou d’un lien vers votre site Internet, par exemple.

L’e-mail vous permet de présenter votre activité de manière concrète, ainsi que vos spécificités, si vous en avez. Il vous donne également la possibilité de transmettre vos coordonnées, qui seront accessibles à votre contact en cas de besoin.

Comment effectuer son suivi client ?

Faire un bon suivi ne signifie pas que vous devez harceler votre client, au contraire. Vous devez être en mesure de connaître ses besoins et de devancer ses demandes avant vos concurrents. Vous avez tous les éléments pour être présent au bon moment.

Nombreux sont ceux qui convoitent le client que vous avez vous-même dû prendre à un collègue. Dites-vous que si vous avez pu à votre tour travailler avec lui, c’est probablement parce que votre concurrent n’a pas su profiter de son avantage stratégique pour conserver sa position.

Le plus important est de bien appréhender la demande latente de votre client, c’est-à-dire de comprendre ce qu’il attend d’un prestataire, indépendamment de votre service.

  • Commencez par comprendre les besoins de votre client

Certaines personnes attendent uniquement de leur garagiste qu’il répare leur voiture quand il y a un problème. D’autres souhaitent qu’en plus, ce même garagiste passe du temps à leur expliquer les réparations qu’il a réalisées sur la voiture. D’autres encore attendront du professionnel qu’il puisse également les informer sur les futurs modèles automobiles.

Ces exemples vous montrent que les périmètres d’actions et d’interventions demandés ne sont pas délimités par votre seule activité.

En effet, certains clients attendent de vous plus que ce que vous proposez sur le papier. Quel degré d’attention votre client attend-il de vous ? Nous vous conseillons de prendre du temps avec votre interlocuteur pour aborder spécifiquement cette question.

Vous devez assimiler rapidement le fonctionnement de votre nouveau client. Vous pouvez même, en fonction de lui et de votre prestation, lui demander comment il imagine votre partenariat.

À l’instar de nombreux sites en ligne qui vous proposent de recevoir une newsletter ou les informations relatives aux nouveaux produits de la marque, n’hésitez pas à demander à votre client ce qu’il attend de vous et faites-en sorte de vous adapter. Cela dépend non seulement de sa personnalité, mais aussi de son ou de votre activité.

  • Faites preuve de professionnalisme

Votre suivi fait partie du développement commercial de votre activité d’indépendant, soyez donc attentif à la réaction de votre prospect.

Certains attendront de vous un contact régulier quand d’autres se satisferont d’un appel une à deux fois par an. Il est primordial pour vous de bien comprendre la manière dont chacun entend le suivi, c’est la clef de votre succès.

Pour votre client, c’est une preuve de professionnalisme et pour vous une manière de bien comprendre ses attentes et de le conserver durablement.

  • Assurez un suivi régulier et faites des connaissances 

Un suivi régulier vous permettra de travailler sur le long terme avec vos différents clients. Cela peut s’appliquer à tous les domaines de votre vie, professionnelle comme personnelle.

Dans un premier temps, faites-en sorte de connaître et de bien comprendre le fonctionnement de la société avec laquelle vous allez travailler.

Si vous êtes parvenu à fidéliser un client, c’est parce que vous avez su recueillir des informations, complétez-les. Maintenant que vous êtes introduit dans la société, il est primordial que vous sachiez identifier les bons relais.

Il n’est souvent pas suffisant de s’en tenir au patron ou au responsable pour obtenir la bonne information, celle qui vous sera utile pour mettre en place un véritable suivi client.

Il est nécessaire que vous soyez en contact avec la personne directement concernée par votre prestation de service. Selon votre activité cela peut être une assistante, un commercial ou un manager.

Cela vous permettra, d’une part, d’approfondir la fameuse relation humaine si importante dans votre approche et d’obtenir des informations précieuses.

D’autre part, vous pouvez vous créer des alliés en interne ; et grâce à cette relation, à la connivence que vous instaurez, il y a des chances pour que votre allié empêche vos concurrents de joindre votre contact.

  • Utilisez et combinez les bons moyens de communication

Pour travailler cette proximité et cette attention privilégiées, vous avez à votre disposition trois outils qui ont déjà fait leurs preuves lors de votre prospection : l’e-mail, le téléphone et la rencontre physique.

Vous allez alors jongler avec ces différents moyens de communication, en fonction de l’intensité du suivi souhaité. Au fur et à mesure que vous approfondirez votre relation avec votre client, vous connaîtrez la meilleure manière de reprendre contact avec lui.

  • Le téléphone

Ce moyen de communication vous permettra en quelques minutes de faire un point général et d’entretenir le côté humain de votre relation. Dans tous les cas, ne soyez pas gêné de votre démarche, soyez bref et concis, surtout au début de votre rencontre.

Évidemment, et c’est tout l’intérêt de bien connaître votre client, il y a des moments importants dans la vie d’une société que vous devrez repérer parce qu’ils sont propices à la prise de contact : la rentrée, les salons, un anniversaire, les pics d’activité… Rappelez-vous, vous avez déjà noté ces informations dans votre fichier client grâce aux données rassemblées lors de vos contacts téléphoniques ou sur le site Internet de la société de votre prospect !

Dans un premier temps, exposez clairement la raison de votre appel. Vous n’êtes pas là pour parler de tout et de rien. Si vous tenez compte de tout ce qui a été dit, tous les professionnels auprès desquels vous assurerez ce suivi client seront sensibles à vos attentions et comprendront parfaitement votre démarche.

L’important ici est de montrer que vous êtes présent et que vous portez une attention particulière à votre prospect. Associé à l’e-mail, le téléphone est un bon moyen de rester en contact.

  • L’e-mail

Ce moyen de communication et de prise de contact est moins intrusif mais ne vous permet évidemment pas d’avoir autant d’impact que téléphone. Ne soyez pas « mono outil ». Si vous vous contentez d’envoyer des e-mails, vous avez beaucoup moins de chances de pouvoir échanger et de développer votre relation commerciale.

Se contenter d’envoyer un e-mail n’apporte que peu, voire pas de résultat. Cela se résume à faire de l’emailing dont les taux de retours est presque nul.

L’e-mail vous permet de faire durer la relation après votre appel, de compléter ce qui a été dit. Cela permet aussi à votre prospect de retrouver vos coordonnées quand il en aura besoin, via le moteur de recherche de sa messagerie électronique.

La force du téléphone est de vous donner l’occasion de commencer à créer une relation plus forte avec votre contact. C’est indispensable pour pouvoir vous démarquer de la concurrence.

Adaptez votre communication en fonction de votre objectif et de votre client. Certains préféreront le contact téléphonique, d’autres seront peut-être plus compliqués à joindre et communiqueront avec vous par e-mail.

  • Le rendez-vous physique

Essayez toujours de prendre un rendez-vous physique. C’est la meilleure manière de renforcer le travail de suivi que vous faites tout au long de l’année. Soyez bien attentif à la demande latente. Les uns demanderont à vous voir régulièrement alors qu’il vous sera difficile de rencontrer les autres plusieurs fois.

 

Améliorez votre efficacité personnelle en tant que consultant

Le temps est une donnée stratégique de l’activité du consultant. Vous n’y échapperez pas ! Chaque fois que vous gérerez mal votre temps, vous perdrez non seulement de l’argent mais vous restreindrez vos marges de manœuvre vis-à-vis de vos clients.

 

L’efficacité personnelle constitue donc l’un des facteurs clés de réussite dans l’exercice du métier de consultant. Vous devez apprendre à bien gérer vos nouveaux rythmes d’activité, des rythmes fort différents de ceux que vous avez connus dans l’entreprise.

  • Comment gérer parfaitement son temps en consulting ?

Pour y parvenir, commencez par réfléchir à la façon dont vous utiliserez votre temps et identifiez les activités qui vous en font perdre le plus.

Ce travail représente une première étape incontournable dans la reconquête de l’efficacité personnelle du consultant. Vous verrez qu’il est possible d’obtenir rapidement des résultats significatifs qui vous redonneront confiance en vos possibilités et vous encourageront à aller plus loin.

Comme toujours à chaque fois que l’on amorce un changement personnel, ce sont les premiers pas qui coûtent le plus.

Il vous faudra apprendre à travailler chrono en main. Au début ce sera dur et vous connaîtrez sûrement des moments de découragement. Mais dites-vous que cet apprentissage fait partie intégrante de votre nouveau métier.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le chronomètre n’est pas un aussi mauvais juge de paix que cela. Vous vous y ferez et peut-être même y prendrez-vous goût.

  • Soyez efficace !

Il y a un plaisir à être efficace. Vous découvrirez alors que si la maîtrise du temps représente au départ une source de contraintes, elle deviendra dans un second temps une source de liberté en contribuant à élargir votre champ des possibles. Or, l’exercice du métier de conseil repose dans une large mesure sur votre capacité à élargir en permanence votre champ des possibles.

Vous aurez à découvrir de nouveaux clients, à traiter de nouveaux problèmes, à proposer de nouvelles prestations, etc.

Bref, plus vous serez capable de jouer simultanément plusieurs parties, plus vous acquerrez de la visibilité au sein de votre environnement. Vous deviendrez un acteur reconnu dans votre champ de compétences.

La bataille du temps est donc une bataille essentielle que vous vous devez de gagner si vous voulez être plus efficace et vivre avec succès votre nouvelle vie de consultant.

  • Gérez bien le rythme de vos activités de conseil

Il est essentiel pour vous de bien gérer vos rythmes d’activité conseil. Bien gérer, cela veut dire tout d’abord planifier votre temps. Par conséquent, le planning est un outil indispensable à tout consultant qui se respecte.

Le planning d’un consultant se structure en fonction de trois paramètres principaux :

  • Commercial,
  • Production,
  • Ressourcement professionnel et développement personnel.

Un consultant qui a réussi son démarrage d’activité est amené fréquemment à travailler simultanément sur deux ou plusieurs missions tout en poursuivant par ailleurs son activité commerciale.

  • Le travail en parallèle

Pour réussir à concilier ses différentes contraintes, un consultant doit veiller à gérer chacune de ses missions comme un projet décomposé en une série d’étapes spécifiques.

Chacune de ces étapes comporte la réalisation d’objectifs et d’actions définis et le recours à des outils appropriés.

Ce découpage du travail permet de mieux planifier la répartition prévue dans votre planning de mission et les résultats que vous avez effectivement obtenus.

Le travail de planification rigoureuse du déroulement de chacune de vos missions est indispensable si vous voulez mener de front plusieurs missions. Ce savoir-faire est absolument nécessaire à l’exercice de ce métier ; Si vous n’y prenez pas garde, vous courez le risque de dériver au cours d’une (ou plusieurs) de vos missions en cours — ou bien, ce qui est au moins aussi grave, de concentrer toutes vos forces à la production et de laisser de côté le commercial, ce qui ne manquera pas de vous jouer des tours une fois achevées les missions que vous avez en portefeuille.

Cela veut dire que vous devez impérativement travailler en simultané sur plusieurs projets et non plus en séquentiel.

En effet, vous serez amené inévitablement à rédiger plusieurs propositions d’intervention en même temps, à effectuer plusieurs enquêtes en même temps, à devoir remettre dans un laps de temps très court deux rapports de mission à deux clients différents et dont à n’en pas douter au moins un vous posera des problèmes difficiles à résoudre.

  • Apprenez à gérer les changements de rythme !

Vous devrez apprendre à bien gérer les changements de rythme, les brusques accélérations mais aussi les périodes d’attente, notamment dans les phases de négociation d’un contrat important pour lequel la réponse du client se fait attendre.

Par exemple, lorsque vous menez de front plusieurs missions, vous avez tout intérêt à prendre l’habitude d’écrire au fur et à mesure. Autrement dit, dès qu’une mission démarre, je commence à rédiger les éléments de mon futur rapport (statistiques, schémas spécifiques). Cette méthode vous permettra d’accroître votre efficacité en cours de mission. Les chemins de la liberté sont parfois semés d’imprévus et d’épreuves. Il faut être prêt à les surmonter.

  • Quelles sont les activités qui vous font perdre du temps ?

Avez-vous réfléchi aux activités qui vous font perdre du temps ? Non. Alors un bon conseil : faites-le sans tarder !

Chaque personne a tendance à penser qu’elle n’a pas assez de temps, qu’elle est surchargée de travail. Ne cédez pas à cette tentation ! Prenez plutôt le contre-pied de cette attitude de facilité !

Cherchez systématiquement à identifier toutes les activités où vous avez tendance à perdre du temps et à dériver par rapport aux objectifs que vous vous étiez fixés.

Le plus souvent le gaspillage de temps est dû principalement au fait que vous:

  • n’avez pas fixé d’objectifs clairs,
  •  êtes pas donné de délais explicites pour les réaliser,
  • Vous vous concentrez essentiellement sur ce qui vous intéresse mais ce qui vous intéresse est-il vital au développement de votre activité ?
  • ne savez pas hiérarchiser vos priorités entre ce qui est urgent, important et essentiel et vous vous dispersez tout le temps,
  • ne pouvez pas dire non et vous vous trouvez submergé d’appels ou de demandes en tout genre.

 

  • Apprenez à travailler chrono en main

Parmi les outils dont vous disposez, l’un d’entre eux est particulièrement précieux. Il s’agit du dossier de mission.

Le dossier de mission est un document de travail personnel du consultant. À chaque fois que vous démarrez une nouvelle mission, ayez le réflexe d’ouvrir un nouveau dossier de mission. Ce dossier regroupera toutes les pièces relatives au déroulement de cette mission.

Vous avez tout intérêt, lorsque vous aurez accompli quatre ou cinq missions à effectuer un bilan et à identifier les écarts par rapport à vos prévisions et les types d’activités qui sont à l’origine de ces écarts.

Lorsqu’un cadre démarre une activité de conseil, les pertes de temps les plus fréquentes que l’on peut observer concernent :

  • La recherche des informations utiles,
  • Le traitement de l’information à l’issue des enquêtes,
  • La rédaction des rapports,
  • Les formalités administratives.

Les nouveaux consultants perdent parfois beaucoup de temps dans ces domaines et, notamment, dans la rédaction des différents rapports.

Quelqu’un qui démarre dans ce métier découvre rapidement que l’on passe beaucoup de temps à parler et à écrire. Il est donc tout à fait essentiel que vous appreniez à gagner du temps dans la réalisation de ces activités en ayant toujours présent à l’esprit le but, c’est-à-dire la remise du rapport final.

Vous allez réaliser votre mission en pensant à chaque moment à ce qui va figurer dans ce rapport et, notamment, aux préconisations que vous allez faire à vos clients.

Autrement dit, vous aller « mettre de côté » tous les faits, les chiffres, les exemples et les pistes de solutions qui vont vous servir à nourrir votre argumentation et à enrichir vos préconisations.

  • La maîtrise du temps accroîtra votre champ des possibles

Si vous parvenez à maîtriser la gestion du temps, vous vous apercevrez très vite que vous êtes capable de faire plus de choses que vous ne le pensiez.

Nombreux sont ceux qui ont une tendance presque innée à se sous-estimer. Ne vous laissez pas entraîner dans ce cercle vicieux.

Changez de point de vue ! Considérez plutôt que chaque heure gagnée vous permettra de lancer de nouvelles actions qui élargiront d’autant votre champ des possibles.

Le champ des possibles est composé de toutes les actions que nous pourrions mener mais que nous ne pourrons pas concrétiser.

Chez chaque individu, il y a toujours un écart entre ce qu’il est potentiellement capable de réaliser et ce qu’il parvient à faire réellement.

Une planification du temps plus rigoureuse vise à réduire l’écart entre votre potentiel et votre réalisé. Cet écart n’est pas simplement un problème psychologique personnel avec lequel nous devons vivre, il possède sa traduction en termes de chiffre d’affaires, de résultats économiques tangibles.

Afin que vous puissiez mieux maîtriser votre temps, nous vous présentons dix conseils importants et dont nous espèrons qu’ils vous seront très utiles dans votre nouvelle vie professionnelle de consultant. Vous aurez peut-être le sentiment que certains sont faciles à vivre. Détrompez-vous ! Ce qui compte, c’est la constance dans l’effort et la capacité non pas à en appliquer un ou deux mais à les suivre tous.

  • Dix conseils pour améliorer votre efficacité personnelle

L’adhésion active à un réseau est susceptible de vous procurer plusieurs avantages :

  1. Fixez-vous des objectifs clairs.
  2. Assortissez-les de délais de réalisation.
  3. Contrôlez les écarts entre vos objectifs et les délais de réalisation.
  4. Hiérarchisez vos priorités !
  5. Sachez distinguer l’urgent, l’important et l’essentiel.
  6. Chaque jour, consacrez un quart d’heure à l’organisation de votre journée.
  7. Chaque semaine, consacrez une demi-heure à l’organisation de votre semaine.
  8. Repérez les activités dévoreuses de temps !
  9. Apprenez à dire non !
  10. Pour une tâche donnée, essayer d’accomplir un peu plus vite que d’habitude et érigez ce délai en nouvelle norme.

Le portage salarial en quelques points essentiels

Le statut de « porté » a été inventé pour pallier certaines difficultés rencontrées par les « solos ». En effet le portage salarial, que l’on appelle aussi hébergement salarial, constitue aujourd’hui une forme de sécurité, car il permet à des personnels ne souhaitant pas encore se lancer dans l’aventure, d’effectuer des missions tout en percevant un salaire.

  • Le portage salarial en 5 points 

Avec le portage salarial :

  1. Vous exercez seul votre activité.
  2. Votre activité est une activité de prestations de services. En sont exclues les professions réglementées telles qu’architecte, expert-comptable, les professions médicales et paramédicales, etc.
  3. Vous effectuez une mission auprès d’une entreprise cliente que vous avez démarchée, celle-ci verse des honoraires a la société de portage que vous avez choisie at qui vous rémunère sous forme de salaire. II n’existe donc pas de lien de subordination entre la société de portage et vous.
  4. Cette solution peut être utilisée comma une passerelle entre votre situation actuelle et celle d’entrepreneur individuel ou de gérant de société. Cela vous permet de vous constituer un carnet de commandes, mais aussi un réseau de clients potentiels et de prescripteurs.
  5. Vous avez la liberté de l’indépendant en profession libérale et la sécurité du salarié.

 

  • Quelles sont les démarches en portage salarial ?

  • Le choix d’une société de portage

Vous trouverez un choix de société de portage sur le site Internet de l’APCE, ainsi qu’en contactant le Syndicat des entreprises de portage salarial (SEPS)

Devant le nombre de sociétés de portage existantes, et fleurissant chaque jour, vous devez comparer :

  • Les services

Certaines sociétés de portage offrent des formations, des conseils… et organisent des réunions permettant de se constituer un réseau.

  • Le système de rémunération 

  • Elle est annualisée sur douze, treize ou quatorze mois ou à la fin de chaque mission,
  • La société de portage attend ou non le règlement de l’entreprise cliente pour vous rémunérer

Etant entendu que cette rémunération constitue une trésorerie pour la société de portage, celle-ci préfère vous la restituer dans les délais les plus longs.

  • La commission

La société de portage prélève, en contrepartie de son service, une commission sur le montant des honoraires, d’environ 8 à 15 %. Elle peut être en fonction du chiffre d’affaires que vous réalisez dans l’année, ou du montant de chaque facture…

Certaines sociétés de portage calculent également cette commission sur les frais engagés pour exécuter votre mission.

  • L’assurance

La société de portage doit avoir une assurance couvrant les risques liés à l’activité professionnelle de ses adhérents. Vous pouvez vous rapprocher du Syndicat des entreprises de portage salarial, afin de vous assurer du sérieux de la société de portage choisie.

  • Plusieurs contrats

Les trois contrats sont :

  •  d’adhésion : établi entre la société de portage et vous, il permet d’établir les modalités de rémunération, le montant de la commission…
  • de prestation : établi entre l’entreprise cliente, la société de portage et vous, il doit y figurer la nature de la prestation, es dates de début et de fin de mission ainsi que les modalités de paiement.
  • de travail : établi entre la société de portage et vous, il stipule s’il est a durée déterminée ou à temps partiel annualisé.

 

  • 5 avantages en portage salarial

Avec le portage salarial vous:

  1. démarchez vous-même votre clientèle. Vous négociez le montant de vos prestations, sa durée… au même titre qu’un indépendant.
  2. êtes Ibère des formalités administratives. Vous n’avez aucune déclaration fiscale ou sociale à rédiger si ce n’est la déclaration annuelle de revenu comme tout contribuable.
  3. bénéficiez du régime d’assurance chômage en cas de cessation d’activité, au même titre que tout salarié.
  4. Les services proposés par la société de portage vous permettent d’éviter l’isolement de l’indépendant.
  5. Vous avez la liberté de réaliser le nombre de mission que vous souhaitez, que ce soit ponctuellement ou très régulièrement.

 

  • 2 contraintes en portage salarial

 

  1. La commission retenue par le « porteur » est calculée en général sur la totalité des honoraires. Ceux-ci comprennent des frais d’imprimerie ou de laboratoire photo par exemple. II est alors utile d’établir une note de frais, avec l’accord de la société de portage, qui vous sera alors directement remboursée, at ne s’inscrira pas dans une rémunération.
  2. Vous avez peu de possibilité d’évolution au travers du portage salarial. En effet, alors qu’un indépendant ou un gérant de société, qui voit son carnet de commande se remplir, peut recruter (pour une courte ou longue durée), ou s’associer, votre évolution ne peut se faire que par le biais de la création d’entreprise elle-même, vous devenez alors indépendant, ou vous créez votre société.

Améliorez notre notoriété via LinkedIn et Viadeo

Votre photo sur les réseaux sociaux professionnels est ce que l’on voit en premier. Elle doit bien vous représenter, elle humanise votre profil.

Les profils avec photographie sont consultés environ quatre fois plus que ceux sans photographie. Choisissez-en une qui vous mette en valeur, sur laquelle vous paraissez avenant, sur de vous, aimable.

Il faut que vous inspiriez suffisamment confiance pour que l’on souhaite entrer en contact avec vous et que l’on accepte vos demandes de mise en relation.

Evitez la photographie d’identité qui renvoie une image de vous trop terne et figée, soyez imaginatif !

Mais attention, vous êtes sur un site professionnel, votre photographie doit être en accord avec votre univers professionnel. Le costume-cravate n’est pas exigé, mais évitez de vous présenter dans un contexte de farniente ou de toute fin de soirée comme on le voit parfois…

  • Votre présentation

Comme lors d’une rencontre physique, votre pitch écrit doit donner envie d’en savoir plus sur vous, sur votre activité. Prenez garde toutefois : on ne s’exprime pas de la même manière à l’oral et à l’écrit.

Vous pouvez conserver la carte de l’originalité. Souvenez-vous qu’à l’écrit, on s’exprime dans un français littéral.

Accordez de l’importance à la cohérence entre vos deux présentations (orale et écrite). Travaillez votre présentation de manière à la formuler comme une histoire. C’est ce que l’on appelle le story telling.

Les publicitaires l’ont bien compris, les personnes aiment qu’on leur raconte une histoire. Elles n’apprécient pas les mensonges. Elles aiment qu’on leur donne une information de manière fluide et agréable.

Comme pour un bon film, ce n’est pas simplement l’histoire qui les intéresse mais également la manière de la raconter.

Votre story telling doit donner envie d’aller plus loin dans la découverte de votre profil, de lire votre CV et d’entrer en contact avec vous.

  • Votre CV

Indiquez les étapes qui font aujourd’hui de vous quelqu’un de compétent et de pertinent dans votre travail.

Cette partie vient compléter efficacement votre présentation. Notez des éléments formels : vos différents employeurs, vos anciens métiers, les compétences acquises… Cette partie doit permettre à celui que la lit d’avoir une idée précise de qui vous êtes sur le plan professionnel.

  • Vos coordonnées

Le but est d’entrer en relation avec le monde environnant. Il est indispensable de donner les éléments qui permettent de vous contacter : adresse e-mail personnelle ou professionnelle, numéro de téléphone fixe et/ou portable… Bref, rendez-vous joignable !

  • Vos mots-clés

Ce sont des mots, phrases ou expressions qui sont en lien direct avec votre activité. Vous devez apprendre à résumer votre activité à l’aide de ces mots-clés.

Ils permettent d’ailleurs à ceux qui les utilisent, via les moteurs de recherche, de vous identifier comme un expert en la matière.

Votre réflexion sur la création de votre profil nécessite que vous vous posiez les bonnes questions. Ce sont les mêmes qu’à l’oral :

« Quels sont mes points forts ? », « Y a-t-il des connaissances ou des compétences que je n’ai pas et qui me seraient utiles aujourd’hui ? », « Comment puis-je me différencier de la concurrence ? ».

Utilisez-les pour réfléchir à l’amélioration de votre profil. Ce travail en amont est très structurant pour votre activité.

« Est-ce que mes premiers clients le sont encore aujourd’hui ? », « Comment continuer à me différencier de la concurrence ? », « Aujourd’hui, quelle est ma valeur ajoutée ? ».

De manière générale, la présentation de votre fiche-profil doit être en perpétuel renouvellement.

  • Conclusion 

Pour faire décoller votre réputation, non seulement sur les réseaux sociaux, mais aussi dans la vie réelle :

  • Parlez de votre nouvelle activité autour de vous. Faites savoir à votre famille, à vos amis, à vos anciennes relations professionnelles, que vous développez une nouvelle activité. C’est votre premier réseau de contacts.
  • Prenez le temps de bien cibler vos clients. Cette réflexion primordiale orientera votre travail et conditionnera une grande partie de vos futurs résultats.
  • Attardez-vous à créer et à organiser méthodiquement votre fichier-clients. Tenez-le à jour régulièrement. Ce travail est indispensable au bon développement de votre structure.
  • Ne limitez pas votre visibilité : faites-vous connaître sur le terrain et sur les réseaux sociaux. Apprenez à vous présenter de manière claire, rapide et percutante.
  • Prenez le temps de bien construire votre profil. C’est une réflexion perpétuelle que vous devrez entretenir assidûment : vous êtes votre propre vitrine.

Entrepreneuriat et réseaux sociaux

L’entrepreneur ne peut faire cavalier seul. Avant même la création de son entreprise, il aura à fonctionner dans une logique de réseau pour rendre ses actions plus efficaces. Les réseaux constituent en effet un élément indispensable sur le chemin de la réussite entrepreneuriale.

Ils existent depuis des millénaires et fonctionnent sur deux principes : des relations informelles et la convivialité des échanges basés sur la confiance. Cependant, Internet en a démultiplié la puissance.

  • L’esprit réseau, un « must » pour l’entrepreneur indépendant

Qu’est-ce que l’esprit réseau ? Les générations précédentes accordaient de l’importance à la culture et aux connaissances personnelles : quelqu’un était intéressant par tout ce qu’il connaissait. Puis, les relations personnelles ont gagné en importance : avoir de l’entregent, connaitre du monde, etc.

On devenait important par le nombre de ses relations, par son rayonnement social. C’était là les premières phases de l’ère des réseaux.

Aujourd’hui, avoir l’esprit réseau, c’est non seulement savoir se créer des relations, mais surtout être connu des autres : l’enjeu n’est plus seulement qui vous connaissez, mais qui vous connait, vous et vos activités.

Une part de la valeur ajoutée par l’entrepreneur à son activité en tant qu’indépendant réside dans sa capacité à identifier les opportunités et à rapprocher les acteurs susceptibles de les exploiter avec lui.

Le réseau représente précisément le moyen de renforcer les possibilités d’identification et de développement d’opportunités. Par son biais pourront être conquis de nouveaux clients.

Le réseau permettra également de profiter de l’expérience des autres consultants indépendants, de mettre en place des partenariats, de capter l’attention des prospects et de se faire connaitre. Ainsi, le réseau social, introduit en France sur le modèle du social networking américain, permet aux consultants d’optimiser leurs affaires par l’élargissement de leurs cercles de connaissances.

  • Se faire connaitre sur les réseaux sociaux

De nos jours, il est stratégique pour tous les jeunes entrepreneurs et consultants indépendants d’être présents sur Internet. Cette présence leur permet de communiquer et d’aller ainsi à la rencontre de leurs clients, pour interagir avec eux.

Les sites de « réseautage » social fonctionnent à la manière du monde des affaires dans la vie réelle. Les relations s’appuient sur la confiance et sur la réputation.

De nos jours, la réputation numérique existe : c’est l’image générée sur le Web par un individu ou une entreprise à travers les informations et les données circulant sur son compte.

Internet et les logiciels sociaux (à la base des réseaux sociaux en ligne) démultiplient l’efficacité du « réseautage », notamment par la rapidité et par la fluidité de la mise en relation et par l’automatisation du suivi des contacts.

  • Atouts et faiblesses des réseaux sociaux pour les consultants indépendants

  • Les atouts

Les réseaux sociaux assurent le :

  • Partage d’informations entre membres du réseau ;
  • Accroissement des contacts et &multiplication des échanges entrainant une rupture de l’isolement ;
  • Visibilité par tous les acteurs du monde du consulting ;
  • Possibilité d’obtention de la bonne information au bon moment pour mieux traiter ses affaires ;
  • Multiplication des relations à travers le monde et possibilité d’un développement à l’international ;
  • Échanges de conseils et bonnes pratiques ;
  • Les faiblesses

Certains risques doivent être sérieusement pris en compte :

  • Manque de confidentialité par l’abondance des informations possibles sur les personnes ;
  • Conservation indéfinie des échanges sur le Net et donc visibilité d’informations périmées ;
  • Travail de suivi supplémentaire indispensable pour éviter toute interruption ;
  • Absence de contrôle des informations publiées ;

Les différents profils des prospects et des clients

Comme vous allez le constater, si certains arguments fonctionnent très bien avec certains prospects, ils peuvent en revanche n’avoir aucun effet sur d’autres.

Chaque rencontre est différente et peut avoir ses spécificités, il est donc intéressant, et très utile, de savoir qui vous avez en face de vous.

 

Vous devez être capable non pas de prédire avec certitude fzn mais de comprendre et d’anticiper autant que possible son fonctionnement.

Dans le cadre de vos rendez-vous, vous aurez à rencontrer des personnes relevant de quatre grands types de profils très différents : dominant, influent, stable et conformiste.

L’intérêt consiste à identifier votre interlocuteur et vous adapter en temps réel.

La population ne se résume pas à ces quatre catégories, il ne s’agit pas d’étiqueter votre client potentiel! Nous vous donnons simplement les clefs pour mieux le cerner et anticiper ses réactions.

  • Le dominant

Vous l’identifierez rapidement : le dominant est direct, autoritaire, il va vous parler très, voire trop franchement et il n’hésitera pas à vous couper la parole s’il a une question à vous poser. C’est un entrepreneur dans l’âme qui sait ce qu’il veut et qui fera tout pour l’obtenir.

Au début de votre rencontre, il va chercher à vous tester, à prendre très vite l’ascendant sur vous. Il va vouloir vous montrer que c’est lui le patron.

Face à un dominant, certains ont tendance, pour s’attirer ses faveurs, à faire le dos rond. C’est le meilleur moyen de perdre le rendez-vous et de ne jamais gagner son respect.

En effet, le dominant aime la confrontation et les adversaires combatifs. Comme lui, soyez direct et précis, ne cherchez pas à noyer le poisson, il le ressortira très vite de l’eau !

Pour le dominant, le marché est un lieu où il faut se battre et où les arguments qui font mouche sont ceux qui lui permettront d’être encore meilleur et d’avoir un véritable avantage sur ses concurrents.

  • L’influent

Vous reconnaîtrez facilement un influent à sa manière de mettre en avant ses émotions.

Très sociable et extraverti, il aime passer du temps à échanger et à comprendre la personne qui se trouve en face de lui. Il fonctionne beaucoup à l’affect et le relationnel est primordial pour lui.

Ce qui pourra faire pencher la balance de votre côté, c’est la relation humaine que vous allez construire avec lui. Comme le dominant, l’influent aime être proactif sur son marché. En revanche, il cherche davantage un échange constructif que la confrontation directe.

L’influent aime évoluer auprès de personnes avec lesquelles il peut échanger. Faites-lui part de vos réflexions et de vos suggestions.

Le marché n’est pas une jungle où la loi du plus fort prédomine ; pour lui, votre rendez-vous est un moment privilégié d’échange et de mise en avant d’idées.

Préférez le dialogue et la relation humaine ; l’humour peut aussi être un très bon moyen de communiquer avec lui. Gardez en tête que ce sont bien souvent ses émotions qui dictent sa conduite.

  • Le stable

Le profil stable est remarquable par sa volonté de ne pas changer les choses… ou si peu. C’est la tendance conservatrice des quatre profils.

Au-delà de cette résistance au changement, il s’agit de quelqu’un pour qui le confort et la cohérence sont primordiaux.

Le stable est quelqu’un de calme, de patient et à l’écoute. Si vous souhaitez le convaincre, il va vous falloir du temps.

Il est impératif de ne pas chercher à le faire aller plus vite qu’il ne le souhaite. Il faut savoir qu’il n’affectionne pas l’idée de devoir prendre des décisions qui pourraient faire changer l’ordre des choses.

En revanche, une fois sa décision prise, c’est une personne qui tiendra sa parole.

Ne le brusquez pas avec des nouveautés. Ce qui peut vous permettre de le convaincre, au-delà des chiffres qui sont des éléments importants, c’est de lui montrer que votre produit ou service n’est que le prolongement ou l’amélioration de ce qui existe déjà.

Montrez-lui que d’autres clients ou partenaires profitent de ce que vous proposez et qu’ils sont très satisfaits. Soyez factuel et précis, il vous en remerciera.

  • Le conformiste

Vous le reconnaîtrez sans peine grâce à son approche assez distante de la relation. Pour lui, la chaleur humaine n’est pas indispensable. Avec lui, ne cherchez pas à faire de l’humour ! Ce serait perçu comme une tentative de manipulation, du plus mauvais effet.

Vous le séduirez avec une présentation très rigoureuse de votre prestation. Il attendra de vous une grande implication et ne laissera rien au hasard.

Comptez davantage sur une préparation sans faille que sur votre affabilité habituelle. Le conformiste aime être vu comme une personne droite, fiable, très professionnelle et qui respecte les règles. Il attend exactement la même chose de vous.

Pour le convaincre, l’idéal est de vous montrer au moins aussi pointilleux que lui. Devenez son pendant en termes de fiabilité et de rigueur.

Comme le stable, le conformiste a besoin de prendre le temps de la réflexion, son acceptation n’en passera que par là.

Jeunes diplômés : l’essor du travail indépendant

Depuis maintenant quelques années, on relève une augmentation du nombre de jeunes diplômés qui choisissent de devenir travailleur indépendant ou freelance dès leur sortie de l’université. Plutôt que de devenir des employés, ils choisissent le travail indépendant. Armés de leurs compétences entrepreneuriales, ils transforment leurs talents et leurs passions en entreprises. Il semble que les jeunes diplômés soient affligés par l’idée d’un marché du travail sclérosé par un chômage important.

Lire la suite

Indépendants : comment trouver de nouveaux clients ?

Quoi qu’il en soit le travail de prospection est essentiel à la bonne santé d’une entreprise. Les travailleurs indépendants n’échappent pas à cette règle. Pour celles et ceux qui ont choisi le portage salarial, ils ont un avantage conséquent. En effet, les sociétés de portage prenant en charge la gestion administrative des indépendants, ceux-ci ont plus de temps pour augmenter la taille de leur carnet d’adresse.

Lire la suite

Webmaster : la bonne idée du portage salarial

Depuis le milieu des années 90 jusqu’à maintenant, la présence en ligne des entreprises n’a cessé d’augmenter. Avec cette demande très forte, le métier de webmaster s’est fortement développé.
Résultat, même pour ces professionnels indépendants de l’informatique, il est difficile de se mettre en avant et de trouver de nouveaux contrats.
Pourtant leur rôle dans le marketing de n’importe quelle entreprise est primordial, car, aujourd’hui, la concurrence pour la visibilité sur le web fait rage. Les webmasters sont souvent des auto-entrepreneurs ou des freelances.

Lire la suite

Mettre tous les atouts de côté pour la création d’un site web

Aujourd’hui, la concurrence est rude pour se mettre en avant et faire la promotion de son activité professionnelle.
La plupart des clients potentiels recherchent en ligne des informations qui les aideront à prendre des décisions d’achat plus avisées.
Une immense majorité de consommateurs rechercheront des informations sur les produits avant d’effectuer un achat en ligne ou en magasin. Cette tendance en matière d’achat souligne l’importance d’un site Web pour les entreprises d’aujourd’hui. Le site Web est la première pierre angulaire du marketing de tout entrepreneur.

Lire la suite

Quand les handicapés se tournent vers le travail indépendant

Il peut y avoir un certain nombre de raisons pour lesquelles choisir de devenir travailleur indépendant lorsque l’on est handicapé peut être une très bonne option.

Vous avez peut-être une idée d’activité pour votre propre entreprise ?
En tant qu’handicapé, vous pouvez travailler dans un environnement que vous pouvez adapter à vos besoins et suivant l’activité, travailler chez soi.

Lire la suite

Comment bien débuter un projet en freelance ?

Le travail en freelance st une perspective attrayante. Que l’on soit tout fraîchement sorti des études, en reconversion professionnelle ou encore seniors, le statut de freelance peut convenir à tout le monde. Cependant, nombreux sont ceux à ne pas tenter l’aventure car ils ne savent tout simplement pas comment commencer. Pourtant cela peut s’avérer moins difficile qu’il n’y paraît. Avoir confiance en soi est sûrement la qualité indispensable pour se lancer.

Lire la suite

Indépendants : conseils pour bien négocier votre contrat

Dans tout accord commercial, il est fortement recommandé d’utiliser un contrat bien écrit. Les contrats apportent de la clarté, établissent une relation et offrent une protection à toutes les parties impliquées. Vous pouvez utiliser votre propre contrat, mais parfois ce seront les clients qui vous proposeront une offre de contrat. Bien qu’il ne soit pas rare de se sentir confus ou intimidé par le jargon juridique des contrats, il est également important de bien comprendre ce que vous signez afin de protéger votre réputation, vos revenus et vos affaires futures.

Lire la suite

Indépendants : conseils pour améliorer sa productivité

Vous êtes travailleur indépendant et commencez chaque journée avec un plan visant à accomplir un certain nombre de tâches.
Le problème que vous rencontrez, c’est la distraction, l’éparpillement voire la procrastination. Comment pouvez-vous reprendre le contrôle de votre agenda quotidien et donc améliorer votre productivité ?

Lire la suite

Retour à l’emploi une équation compliquée : comment le portage peut servir d’accélérateur ?

Le retour des chômeurs à l’emploi est de plus en plus difficile en France. Ces derniers doivent en effet faire face à un certain nombre d’obstacles. Mais s’il y a une solution qui commence par faire tendance relativement à ces obstacles, c’est celle du portage salarial, au-delà des mesures gouvernementales. Elle peut permettre d’accélérer le retour à l’emploi.

Lire la suite

Le Contrat de Génération pour favoriser l’emploi entre les jeunes et les séniors

Le contrat de génération, promesse de campagne du candidat François Hollande, devenu par la suite Président de la République, est une formule qui permet à la fois de faciliter l’insertion professionnelle des jeunes, mais aussi l’emploi des séniors. Aujourd’hui, la loi qui l’a instauré a été supprimée. Mais toujours est-il que le contrat de génération reste un essai de solution face à un problème social. Que recouvre le concept ? Quel est son cadre juridique ? Et qu’en est-il de son application ?

Lire la suite

Le portage salarial voit plus clair

Le portage salarial est une forme d’emploi qui séduit de plus en plus de personnes. Il se situe entre le statut de freelancer et celui de salarié et permet à une personne compétente de se mettre à son propre compte. Longtemps demeuré complexe, le portage est désormais plus précis. Voici tout ce qu’il faut savoir à ce sujet.

Lire la suite