Comment devenir formateur

Vous avez des connaissances et une expérience et vous souhaitez transmettre votre savoir-faire ? Envie de vous lancer dans une nouvelle expérience professionnelle en tant que consultant en portage salariale ?  Vous pouvez devenir formateur ! En quoi consiste le métier de formateur ? Comment devenir formateur indépendant et comment exercer ce métier ?

  • Comment devenir formateur ?

L’idée d’une formation permanente n’est pas nouvelle. Pour beaucoup, elle remonterait à l’Antiquité et à Platon. Pour d’autres, les grottes de Lascaux, les peintures rupestres de scènes de chasse en seraient un premier témoignage. Mais, à l’évidence, cette idée évolue au fil des siècles. Aujourd’hui, Le secteur de la formation professionnelle est de plus en plus concurrentiel.

En France, la formation professionnelle est structurée en deux domaines bien différents :

  • La formation initiale des jeunes, dispensée sous forme d’apprentissage ou d’enseignement technique ;
  • La formation professionnelle continue des adultes, qui répond aux exigences de l’éducation permanente telle qu’elle a été théoriquement définie, notamment par l’Unesco.

N’importe quelle personne qui dispose de compétences peut exercer le métier de formateur. Le formateur doit pouvoir effectuer différentes missions comme l’accompagnement des organisations, des salariés ou des demandeurs d’emploi dans l’évolution des métiers, des conditions de travail et des techniques. Le formateur doit posséder des aptitudes relationnelles et doit maîtriser parfaitement les techniques d’animation, les techniques de négociation commerciales, de gestion de son activité et de prospection.

Il existe plusieurs formations diplômantes qui vous permettent de devenir formateur (licences dans le domaine de l’éducation, licence en sciences de déduction, master en sciences de l’éducation etc…).

  • Les différents statuts du formateur
  • Les formateurs salariés à plein temps ou à temps partiels

De nombreux formateurs sont salariés d’entreprises dont la formation ne constitue pas l’objet premier. Ils exercent souvent comme formateurs au sein de leur entreprise ou institution de rattachement. Ces formateurs peuvent donc être permanents ou occasionnels, en interne au sein d’une entreprise ou d’une institution qui les emploie alors à plein temps voire à temps partiel.

C’est le cas par exemple de nombreuses entreprises qui ont un voire plusieurs organismes de formation en interne. Les appellations de ces organismes internes divergent, allant du « campus des métiers » à « l’école des pratiques » en passant par « l’université des talents » ou « le centre de développement des compétences ».  Ces organismes dispensent souvent et en priorité des formations aux salariés de l’entreprise. Mais ils peuvent être ouverts aux clients ou aux fournisseurs.

  • Le formateur indépendant

Le formateur indépendant a une structure propre et exerce sa fonction dans le cadre de la structure qu’il a créée. Il peut alors engager des marchés directement établis avec sa structure, ou intervenir en sous-traitant notamment auprès d’un organisme de formation interne ou externe. Il peut ainsi cumuler plusieurs emplois et être indépendant sur tout ou partie de son activité.  Parmi les principales structures juridiques que peut choisir un formateur indépendant pour exercer son métier, on trouve :

L’entreprise individuelle à responsabilité limité (EIRL), l’auto-entrepreneur, (AE), l’entreprise (EURL) et la société (SARL).  Le choix de la structure doit être basé sur le volume de l’activité. Plus al structure est petite, plus elle doit être souple et adaptable. Plus elle va croitre, plus elle doit gagner en confiance aux yeux du client.

  • Le formateur vacataire occasionnel

Un formateur vacataire est missionné par une organisation, un organisme de formation ou une entreprise. Il effectue des missions temporaires pour le compte de ce donneur d’ordre. Le formateur vacataire n’a pas de statut juridique propre, au mieux un CDDU (CDD d’usage). Au-dessus d’un certain quota d’heures, le formateur vacataire doit se déclarer comme formateur et donc payer des charges. En dessous de ce seuil, il travaille sous contrat de travail temporaire signifié à la vacation, donc dérogatoire au droit commun. Ce contrat est rédigé par l’organisme qui le détache pour cette mission auprès du client à former.

  • Le formateur en portage salarial

Il est également possible de devenir formateur en portage salarial. Le statut de salarié porté vous permet de profiter de plusieurs avantages et d’exercer votre métier de formateur en toute indépendance. Créé en 1985, le portage salarial représente une alternative intéressante au modèle classique de travail. En tant que formateur en portage salarial, vous travaillez pour votre compte, tout en étant salarié. C’est la société de portage salarial qui s’occuper de la gestion administrative et de la gestion juridique, aussi de la facturation de vos prestations. Elle vous reverse un salaire chaque mois.

Les formateurs en portage salarial n’ont pas besoin de s’immatriculer. En effet, c’est la société de portage salarial qui se déclare et dispose d’un numéro d’agrément comme centre de formation. Vous êtes donc formateur indépendant et salarié de la société de portage salarial. Avec ce statut, le formateur ne s’occupe plus des devis, factures, relances, de l’encaissement des prestations. Il a la certitude de ne pas prendre trop de risque. Cela permet de dégager un temps précieux pour d’autres tâches comme la prospection.

  • Les qualités requises pour devenir formateur

Pour réussir en tant que formateur professionnelle, vous devez, non seulement maitriser votre domaine, mais aussi avoir plusieurs qualités comme la capacité d’adaptation, la bienveillance, l’énergie, la disponibilité, la créativité, l’organisation, la patience etc…

Voir aussi :