L’État entend gérer la crise énergétique actuelle avec un « plan de sobriété »

Cet été, le gouvernement est tenu de présenter son plan d’économies d’énergies pour faire face à la crise actuelle. Ce programme, préparé depuis fin juin 2022, renfermera certaines dispositions à prendre par les administrations publiques et les grandes entreprises. Cependant, il obligera aussi les particuliers à apporter une part dans la réduction de la consommation énergétique de la France.

Le président de la République, Emmanuel Macron, a donné le 14 juillet 2022 un entretien télévisé. Un événement durant lequel un programme de sobriété énergétique a été annoncé. Tous les Français seront, dans ce plan, appelés à réduire leur consommation énergétique, a déclaré le locataire de l’Élysée. Le but étant d’amoindrir d’ici à 2024 la consommation d’électricité et d’énergie fossile de la France. Ce dispositif devrait d’ici là diminuer de 10 % l’équivalent de celle enregistrée en 2019.

L’Exécutif pourrait notamment enclencher dès cet été certains mécanismes relatifs aux locaux professionnels. Parmi eux, on retrouve l’interdiction de la climatisation en-dessous de 26 °C ou du chauffage au-dessus de 19 °C.

Des mesures déjà en place seront renforcées

Emmanuel Macron a souligné qu’un plan s’accompagne toujours d’obligations. Outre-Rhin, des mesures similaires ont déjà été adoptées. En hiver, les espaces de travail en Allemagne ne sont plus autorisés à utiliser le chauffage au-dessus de 20 °C.

À ce sujet, l’on rappellera que l’interdiction du chauffage à plus de 19 °C concerne également les logements. Les consultant informatique indépendants qui travaillent à leur domicile doivent notamment la prendre en considération.

Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a indiqué que le gouvernement pourrait imposer à certains sites :

  • Soit de suspendre momentanément leur consommation énergétique ;
  • Soit de l’affaiblir.

De telles décisions permettraient de prévenir les coupures du réseau électrique, explique le locataire de Bercy. L’accentuation de certains dispositifs déjà mis en œuvre semble en outre nécessaire. À commencer par l’extinction des publicités et enseignes lumineuses durant la nuit. Cette règle issue du Grenelle de l’environnement a pris effet en 2018, mais n’arrive pas à s’imposer jusqu’à maintenant. Seules quelques villes, animées par leur volonté propre, l’appliquent depuis longtemps. Emmanuel Macron a indiqué que désormais :

On va essayer de faire attention collectivement, le soir, aux éclairages quand ils sont inutiles.

L’IEA a avancé quelques pistes à suivre

Pour l’Agence internationale de l’énergie (IEA), d’énormes efforts restent à fournir du côté des particuliers. En témoignent les dix recommandations qu’elle a récemment émises. Parmi ces suggestions, figure l’idée de baisser de 10 km/h la vitesse sur autoroute. Un tel ralentissement participerait à une économie de 430 000 barils par jour dans les pays développés. Soit moins que la restriction de l’utilisation individuelle de la voiture (470 000 barils). Cependant, la diminution la plus significative serait obtenue en élargissant à trois jours hebdomadaires la durée de travail à distance. Cette extension contribuerait à une économie de 500 000 barils quotidiens.

Certaines de ces propositions relatives à la mobilité ressemblent aux suggestions de la Convention citoyenne pour le climat. Des préconisations qui peinent à s’imposer, parmi lesquelles le basculement aux 110 km/h. Les répercussions de la guerre russo-ukrainienne tendent néanmoins à renforcer la popularité de ce dispositif. Les Français (63 %) se disposent à diminuer leur vitesse sur autoroute pour économiser du carburant, d’après un sondage Ifop.

Les conseils formulés par l’IEA aideraient à eux seuls les pays développés à diminuer substantiellement leur consommation pétrolière. Cet organisme détaille qu’en quelques mois, 2,7 millions de barils quotidiens seraient économisés si ces préconisations étaient suivies. Cette quantité représente la consommation cumulée des 287 millions de véhicules qui composent le parc automobile en Chine.

Voir aussi :