Les hackathons touchent des publics de plus en plus vastes

Dans les grandes écoles, l’influence des hackathons grandit continuellement. Cet anglicisme provient de l’association entre « hacker » et « marathon ». Il désigne des tournois d’innovation conduits par les entreprises, mais qui se développent aussi constamment sur les campus tricolores. Celles-ci séduisent un nombre croissant de jeunes. Tant elles permettent d’acquérir de l’expérience et proposent des récompenses extrêmement attractives.

Réservés initialement aux programmeurs, les hackathons s’élargissent maintenant à chaque profession d’une organisation. D’ordinaire organisés sous l’aspect d’un sprint par groupe, ils s’étendent ainsi à divers étudiants souhaitant y participer. Chez les jeunes, ces concours d’innovation sont parfois considérés en tant que simple effet de mode. Cependant, ils procurent en fait plusieurs avantages pour les participants et renferment différents intérêts concernant les entreprises.

Les hackathons constituent en effet une occasion pour ces dernières de traiter certains sujets tendances. Ils leur permettent également de parler de thèmes qu’elles ne peuvent pas aborder avec leur cœur de métier actuel. L’on citera notamment les hautes technologies, des thématiques relatives à l’innovation de rupture…

Ces concours représentent un moyen redoutable pour recruter des talents

Ces compétitions confèrent un instrument de communication fascinant (liée à leur modernité, leur engagement…) pour les entreprises. Elles se posent donc comme un outil parfait pour examiner des problématiques transversales. Le tout en préférant la production de plans agiles internes à ces structures et l’intrapreneuriat. Les gagnants sont généralement incités à amorcer une telle initiative et reçoivent une assistance pour faire développer leur projet.

Le sujet de l’emploi et l’embauche figure par ailleurs parmi les enjeux principaux des hackathons. Certains de ces tournois interviennent en tant qu’élément indispensable dans la stratégie de recrutement des sociétés. Ces dernières se servant de ces concours pour :

  • Faire connaître leur culture d’entreprise ;
  • Exposer leur politique d’embauche ;
  • Découvrir les exigences des participants en matière d’emploi.

Ce type d’événement constitue donc une solution intéressante pour remédier au déficit de compétences. Un problème observé aujourd’hui dans quelques branches d’expertise et plusieurs domaines d’activité. Les hackathons tiennent un rôle clé afin de :

  • Faire découvrir l’entreprise aux étudiants ;
  • Les initier à différents sujets ;
  • Séduire ensuite directement certains participants, pour aboutir à des offres d’emploi ou de stage entre autres.

Pour pallier le manque de talents, d’autres options sont envisageables. L’une d’entre elles réside dans le recours à une entreprise de portage salarial comme CEGELEM.

Les hackathons sont la plupart du temps organisés par les institutions, les écoles ou les entreprises. Ils sont axés autour d’un thème déterminé en amont. Le concours est ainsi concrètement destiné à regrouper des profils qui se complètent. Ceci pour produire des idées et élaborer une réponse à la problématique définie durant un délai souvent relativement limité.

Les profils non issus de la Tech peuvent à présent en profiter

Ces concours peuvent se tenir en présentiel ou en visioconférence. Cependant, peu importe leur mode d’organisation, leur particularité se situe d’abord dans leur durée. Ils s’étendent généralement sur 48 heures. Certains d’entre eux peuvent toutefois s’étaler sur des semaines, sans oublier l’esprit du sprint, pour les plus ambitieux. Dans cette optique, de nombreuses étapes reviennent toujours dans le pilotage de ces challenges. Outre l’accueil des participants, la présentation des enjeux et la formation des équipes, l’on distingue :

  • Le passage des équipes par un stade déterminant d’idéation, se manifestant généralement par du brainstorming ;
  • Une phase de test. Pendant celle-ci, les participants sont appelés à sélectionner le projet le plus approprié face à la problématique donnée ;
  • Une étape de prototypage agile, par récurrences, rythmé entre retours émanant des formateurs assistant à l’événement et phases d’invention ;
  • Le pitch, un exposé dynamique devant le jury avant la fermeture des hackathons par la distribution des récompenses.

Ces compétitions tournaient historiquement autour des problématiques du numérique d’aujourd’hui. Elles étaient ainsi ouvertes seulement aux profils techniques comme les développeurs. L’attrait de ce concept en a cependant fait un concours nettement plus large. L’événement aborde dorénavant d’autres sujets au-delà de la cybersécurité, du Cloud ou de l’IoT et s’adresse à tous les profils. Toute personne peut donc rejoindre l’aventure. Sur des plateformes comme DevPost, BeMyApp ou Agorize, l’on peut dénicher des hackathons accessibles gratuitement.

Voir aussi :