Les coûts des mutuelles santé se renchérissent en 2022

Alors que les prix des assurances santé s’alourdissent, les assurés s’attendent à quelques changements dans leur contrat. Satisfaits de leur protection en général, ils réclament plus de lisibilité et de simplicité, rapporte Malakoff Humanis. Le besoin d’une meilleure prise en charge des séances de yoga ou de sophrologie a aussi été évoqué.

Cette année, les tarifs des complémentaires santé ont subi une hausse qui, selon différentes enquêtes, oscille entre 2-6 %. La volatilité des clients s’est accentuée à cause de la résiliation infra-annuelle, accordée depuis décembre 2020, éclaircissait récemment un expert. Les assurés ont en effet désormais le droit de rompre leur contrat de mutuelle n’importe quand, après 12 mois d’engagement.

Good Value for Money a donné d’autres explications à cette augmentation. Il avance qu’elle résulte en partie de la dérive, pour les contrats de groupes, de la prévoyance en arrêt de travail. À ce facteur s’ajoute le coût du reste à charge zéro, appuie le cabinet.

Les Français accordent beaucoup d’importance à leur mutuelle

Le prix moyen d’une assurance santé s’élève ainsi en 2022 à :

● 1 158 euros par an pour un couple senior ;

● 1 100 euros pour un foyer avec enfants ;

● 310 euros pour un jeune actif.

Avec des protections renforcées, les cotisations des personnes âgées flambent à 2 883 euros (+12 euros en deux ans). Pour un même couple de retraités, la note sera largement plus abordable dans l’Est qu’en Île-de-France. Cet écart trouve son origine dans le régime particulier de sécurité sociale qui s’applique dans l’Alsace-Moselle.

Par rapport à cette montée des tarifs, l’on rappellera que la mutuelle en portage salarial est obligatoire depuis début 2016. Les consultants portés doivent profiter d’une complémentaire santé collective conclue entre leur société d’affiliation et un assureur de son choix. En échange de cette couverture, ils sont tenus de payer chaque année une cotisation. Néanmoins, le travailleur peut obtenir une dispense de souscription dans certains cas.

En lien avec ce sujet, Malakoff Humanis a présenté le 31 mai dernier les résultats d’une enquête qu’il a menée. Son DG, Thomas Saunier a constaté que la santé s’est implantée au centre des préoccupations des Français. Preuves en sont les opinions exprimées par les 22 000 personnes que le groupe a interrogées, indique-t-il.

Le besoin des assurés évolue

Le responsable poursuit que pour les sondés, leur complémentaire tient un rôle capital dans leur quotidien. Ils souhaitent en conséquence qu’elle leur apporte une protection encore plus marquante. D’après le dirigeant, les répondants sont attachés au système de santé en place, mais :

[…] S‘inquiètent de sa pérennité et sont conscients qu’il doit se transformer. Cette transformation est en effet nécessaire, elle ne peut se faire sans une concertation entre les pouvoirs publics et l’ensemble des acteurs du système notamment ceux qui le financent.

L’étude de Malakoff Humanis révèle que huit particuliers sur dix veulent un contrat d’assurance santé plus lisible et simplifié. Seuls 57 % des assurés affirment en effet connaître leur mutuelle, tout en ignorant ce qu’elle prend véritablement en charge. Le degré de protection se situe au milieu des préoccupations des individus interrogés. 82 % d’entre eux désireraient l’apprendre avant chaque passage chez le médecin, surtout pour les prothèses dentaires ou les lunettes.

Le rapport du groupe cite en parallèle les causes de satisfaction chez les assurés. L’on peut y lire :

89 % des assurés se sentent bien protégés, et 92 % considèrent que la couverture santé dont ils bénéficient est bonne.

Six sur dix d’entre eux souhaiteraient aussi que les mutuelles couvrent mieux les consultations de psychologues ou les médecines alternatives

Voir aussi :