Ledger s’apprêterait à réaliser une nouvelle levée de fonds

L’espoir des enseignes de cold wallets de cryptomonnaies se trouve ranimé par la méfiance grandissante envers les portefeuilles en ligne. Une situation que le scandale de Celsius a renforcée en montrant davantage aux investisseurs le risque d’opter pour cette solution. Celle-ci a en effet amélioré en conséquence les perspectives des portefeuilles physiques.

Les start-ups peinent davantage à attirer des financements en capital-risque. Les avantages que leur politique monétaire offre aux investisseurs s’amoindrissant petit à petit. Les entreprises dans le secteur des cryptomonnaies connaissent le même problème. Ceci dans un contexte où nombreux cherchent de nouveaux fonds afin de rester en vie et non pour investir.

Une société se démarque toutefois de ces boîtes-là : Ledger. Avec les perspectives de son domaine, la jeune pousse tricolore en profite. Un tour de table de 100 millions de dollars semble imminent, indique Bloomberg. Dans ses offres à venir, une carte de paiement se déploiera. Ce qui lui apportera des tâches difficiles à réaliser.

L’activité de la start-up est stimulée par un grand besoin de sécurité

Les discussions en interne, qui sont symboliques, sont unanimes. L’actualité récente liée à l’affaire Celsius a de quoi susciter la bonne humeur. Un journaliste de Bloomberg indiquait après avoir questionné quelques individus proches du dossier :

Un nombre croissant d’investisseurs en cryptomonnaies cherchent à stocker eux-mêmes leurs avoirs au lieu de déléguer cette tâche à des tiers, suite aux récents problèmes de liquidité de la plateforme Zipmex et aux faillites du courtier Voyager Digital et du prêteur Celsius Network. Un désir accru de sécurité contribue également à stimuler l’activité de Ledger.

Pour information, cette entreprise propose parfois des offres d’emploi accessibles aux travailleurs affiliés à une entreprise portage salarial comme CEGELEM. Pour rester informé des opportunités, il est conseillé de visiter son site carrière.

Pour rappel, Celsius tendait début juin 2022 un piège à tous ses clients. La plateforme de lending leur avait interdit de récupérer leur argent. L’univers de la cryptomonnaie prenait alors conscience du risque que présente l’adoption d’un wallet en ligne. L’action d’un des champions de ces actifs numériques aux États-Unis, Coinbase, a chuté de 24 % à Wall Street. L’inquiétude de ses clients et de ses investisseurs que le site manque de fonds était justifiée. Chaque nouveau communiqué trimestriel arrivait comme une date déterminante.

Les wallets crypto physiques affichent d’excellentes perspectives

Les perspectives du marché des portefeuilles physiques se sont de ce fait bonifiées. D’après une étude de Research and Markets, celui-ci devrait peser 1,1 milliard de dollars d’ici cinq ans. Soit contre 848 millions de dollars de plus qu’en 2022. Une progression annuelle d’approximativement 27 % qui bénéficie à quelques acteurs seulement. Ce n’est pas pour rien que la valorisation de Ledger a significativement flambé. La start-up fait à ce jour partie des Licornes en étant évaluée à 1,5 milliard d’euros.

Le marché des portefeuilles physiques dégagerait même de meilleures perspectives par rapport à celui des sites d’échanges de devises cryptographiques. Research and Markets anticipe que ce dernier croîtra de 12,7 % par an au cours des cinq prochaines années. Dans six ans, les revenus annuels des portefeuilles physiques de cryptomonnaies s’élèveraient même à 675 millions de dollars. Ledger ne dénombre présentement que 5 millions de clients. Et ce dans une filière où les informations du site Crypto affichaient 295 millions de détenteurs de cryptoactifs à travers la planète.

Pour saisir comment fonctionne un portefeuille crypto, qu’il soit en ligne ou physique, s’ôter une idée répandue est nécessaire. À la différence d’un compte bancaire, les devises cryptographiques sont consignées sur un immense registre digital appelé blockchain. Le portefeuille ne constitue donc qu’un répertoire. Les données des clés publiques et privées requises pour réaliser des transactions y sont inscrites.

Voir aussi :