La jeune pousse Tanker a été reprise par Doctolib

La stratégie de sécurisation des renseignements de santé se poursuit chez Doctolib. L’entreprise a récemment fait acquisition de Tanker. La start-up qui a créé une technologie de chiffrement bout en bout pouvant être intégrée sous forme de SDK. Avec ce rachat, la licorne tricolore espère convaincre ses utilisateurs au niveau de la sécurisation des données.

L’année dernière, Doctolib a été accusé en France de faillir à son devoir de protéger les informations des usagers. Selon une enquête relayée par Franceinter, la société et Amazon, en qualité d’hébergeur, pourraient accéder à ces renseignements. Des allégations que le fondateur et président de Doctolib, Stanislas Niox-Château, a réfutées.

Des associations de malades et de médecins ont également critiqué le choix d’Amazon Web Services (AWS). Ayant saisi le Conseil d’État, ils avançaient que la protection des données de santé était déficiente. La cause : celles-ci sont hébergées par le fournisseur américain de service nuagique. AWS est soumis au pouvoir discrétionnaire des services de renseignement américains, estimaient les plaignants.

Doctolib a été soupçonné de pratiques illégales en Allemagne

Le juge administratif a rejeté cette contestation. D’après lui, les données bénéficiaient d’une protection élevée grâce au contrat d’hébergement. Celui-ci établit une formalité bien définie lorsqu’une autorité publique demande à consulter les informations. De plus, ajoute-t-il, Doctolib avait instauré une procédure de chiffrement et seul Atos détenait la clé. Élaboré par Tanker, ce système empêcherait un tiers d’accéder aux informations.

Outre-Rhin, les usagers ont aussi reproché en 2021 à la plateforme d’avoir utilisé deux cookies pour recueillir leurs informations :

● Le secteur (privé ou public) recherché ;

● L’adresse IP de l’appareil avec lequel l’on a effectué la recherche ;

● La spécialité de la médecine.

Ensuite, ces données étaient communiquées à deux spécialistes de la publicité, Outbrain et Facebook. Par rapport à cette mauvaise pratique, beaucoup d’entreprises en ligne y recourent également. Ainsi, avant de réaliser une simulation portage salarial par exemple, il est conseillé de vérifier d’abord la fiabilité du site.

Face aux accusations de ses utilisateurs allemands, Doctolib soulignait ne pas avoir recueilli des informations de santé avec des cookies.

La plateforme de santé compte sécuriser les données de bout en bout

La société Doctolib insiste également n’avoir :

Jamais transmis de données médicales à un acteur tiers, que ce soit en France ou en Allemagne.

Elle indique avoir requis le consentement des usagers, conformément au RGPD (Règlement général sur la protection des données).

En réponse à tous ces reproches, la licorne française a décidé de racheter Tanker. Une entreprise offrant aux développeurs un système de chiffrement de bout en bout pour la protection des données. Il s’intègre directement dans le code des logiciels SaaS. Stanislas Niox-Château a annoncé que la reprise de Tanker représente :

[…] L’évolution logique de notre relation et nous pouvons être fiers qu’une telle technologie reste en Europe, alors que les leaders mondiaux technologiques l’avaient dans leur radar.

Ainsi, cette alliance ne change pas le fonctionnement des instruments de Doctolib qui continuera de développer la technologie de Tanker.

Voir aussi :