La France clôture le mois de janvier 2022 avec un taux de chômage en net retrait

Avec l’allègement des restrictions sanitaires et la relance économique, le taux chômage continue son affaiblissement, qui a commencé l’année dernière. Ce phénomène s’avère particulièrement appréciable chez les jeunes, d’après les données de la direction des statistiques du ministère du Travail. Celles-ci détaillent qu’en janvier dernier, la diminution en catégorie A était à 15,4 % par rapport à janvier 2021.

 

Le ministère du Travail a divulgué le 25 février dernier des statistiques concernant l’emploi en France. D’après celles-ci, le mois de janvier 2022 s’est terminé avec un nombre de chômeurs de classe A qui diminue significativement. Durant cette période, celui-ci s’est affaissé à 3,206 millions. Ce qui représente une contraction de 3,1 % (102 000 individus) comparé au mois précédent.

La Direction des statistiques, la Dares, n’a pas interprété ces chiffres établis sur un seul mois. Pour cause, elle préfère les évolutions sur un intervalle de trois mois. À ce sujet, le dernier rapport trimestriel avait été dévoilé fin janvier dernier.

Le plus fort recul depuis une décennie

Ce document avait montré qu’en octobre-décembre 2021, une décrue manifeste de 5,9 % s’est produite comparé à juillet-septembre 2021. Ainsi, les demandeurs d’emploi en catégorie A se sont amoindris de 208 500 personnes, à 3,336 millions. Au 31 décembre 2021, les chômeurs en France ont enregistré leur plus faible nombre depuis la période juillet-septembre 2012.

Dans ce contexte, il est à rappeler que pour les travailleurs indépendants, il est possible de cumuler portage salarial et chômage. Le professionnel dans cette situation peut prétendre à l’allocation de retour à l’emploi. Une aide dont le montant sera calculé sur la base de son salaire journalier de référence.

En janvier 2022, la proportion des sans-emploi inscrits depuis plus d’un an à Pôle Emploi s’élevait à 48,6 %. En prenant en compte l’activité de catégorie C et B, le nombre de demandeurs français d’emploi s’est tassé. D’après la Dares, une réduction de 0,9 % (-50 500), à 5,546 millions se dégage comparativement à décembre 2021. À signaler que Mayotte n’est pas concernée par ces chiffres.

Le gouvernement vise le plein-emploi

Sur un an, le repli est estimé à 15,4 % (583 000 individus en moins) en classe A. Pour les catégories C, B et A, il est évalué à 7,7 % (-461 900). En catégorie A, la régression a été observée dans toutes les régions et semble spécialement accrue chez les jeunes. Pour ce profil, la baisse est estimée à 8,5 %, soit 36 800 personnes de moins. Les catégories C et B s’intensifient respectivement de 0,9 % et 5,1 %.

En novembre 2021, le président de la République a déclaré ambitionner d’atteindre le plein-emploi. En d’autres termes, un taux de chômage qui avoisine les 5 à 6 %. La ministre du Travail, Élisabeth Borne, a réitéré ce but. Elle a déclaré que le contexte actuel permet d’espérer un retour à ce niveau.

Dans ce cadre, le taux de chômage en France tournait en janvier 2022 autour de 7,4 %. Reposant sur les critères définis par le Bureau International du Travail, ce niveau exclut la situation à Mayotte. Élisabeth Borne commente que les mesures adoptées et les réformes engagées durant la crise sanitaire ont produit les résultats escomptés.

Voir aussi :