La construction de la gigafactory de Symbio avance

D’immenses enjeux sur l’amplification de la mobilité propre apparaissent à l’heure actuelle en raison d’une récente mesure prise par Bruxelles. La Commission européenne a en effet annoncé l’interdiction de la vente de voitures à moteur à combustion interne en 2035. Face à l’urgence écologique, Symbio désire profiter de ce contexte pour développer sa solution de mobilité à hydrogène.

La société Symbio déclare que les travaux de sa première usine géante appelée SymphonHy progressent. Cette structure sera implantée au centre de la Vallée de la Chimie, à Saint-Fons. Son instauration s’inscrit dans le projet global Hymotive.

Cette gigafactory représentera l’un des plus imposants pôles européens de fabrication de systèmes de piles à combustible hydrogène. Sa capacité de production annuelle atteindra à terme les 50 000 systèmes au total. Avec ce volume, elle servira à satisfaire la demande grandissante des clients.

L’entreprise lyonnaise ambitionne de devenir un pionnier de la transition énergétique. Elle fournit à cet effet une solution qui allie l’utilisation de la batterie et la pile à combustible.

La société veut produire à grande échelle de l’hydrogène vert

Jusqu’à maintenant, les résultats observés se révèlent sans pareil. Une automobile rechargeable dotée de pile combustible dispose après à peine 3 minutes de recharge d’une autonomie de 400 km. Les avantages sont sans conteste :

  • Faible temps de charge ;
  • Émission de CO2 nulle.

Les seuls problèmes qui restent à régler résident dans :

  • Le coût à payer pour produire la pile ;
  • La part encore trop majoritaire de l’hydrogène généré après vaporeformage de gaz naturel.

Symbio, où les consultant IT indépendants peuvent chercher des missions, désire ainsi produire massivement de l’hydrogène propre. Le groupe améliore son écosystème et sécurise le ravitaillement de Saint-Fons avec ce gaz.

SymphonHy contribuera à appuyer Stellantis dans son projet de renforcer son statut de leader de la mobilité hydrogène. Ceci avec le but de construire chaque année jusqu’à 10 000 véhicules d’ici deux ans.

L’an écoulé, le constructeur automobile a dévoilé de façon inédite un dispositif de pile à combustible de moyenne puissance. Ce système assurait une longue autonomie avec un approvisionnement en peu de temps en procurant zéro rejet carboné. Il était en outre totalement adapté aux usages intensifs. Symbio livre à ce groupe le système de pile à hydrogène de 45 KW. Un composant compact et remplissant les critères rigoureux de fiabilité et de qualité de l’industrie automobile.

Bruxelles a déjà été informé du projet global Hymotive de l’entreprise

La joint-venture gérée par Michelin et Faurecia depuis trois ans atteste ainsi de la robustesse de la collaboration avec Stellantis. Elle confirme en effet la solidité du système de pile à hydrogène fournie au groupe automobile et fabriquée sur-mesure. La société fondée en 2010 dans la région lyonnaise déclare qu’elle cherche à :

[…] Accélérer la transition énergétique, le transport, c’est clairement un secteur très émetteur d’effet de serre.

L’hydrogène se présente comme un vecteur extrêmement captivant. Elle mérite d’être explorée notamment avec l’interdiction des véhicules essence ou diesel par la Commission européenne dès 2035. Une mesure qui provoque l’émergence d’énormes enjeux sur l’expansion de la mobilité propre.

Symbio affirme aussi que l’État français a avisé la Commission européenne de son projet global Hymotive. Avec ce plan de transformation dévoilé à l’occasion du PIIEC H2 Technologie, l’entreprise rhônalpine vise à renforcer sa capacité :

  • D’innovation de pointe :

Elle s’attend à ce que ce programme soit définitivement autorisé par l’institution européenne dans les jours qui viennent.

Voir aussi :