Tarif freelance : comment bien négocier ?

« Quel est votre tarif en freelance ? » : cette question reste une source de préoccupation pour les freelances. Il s’agit, également, d’un point assez épineux que vous avez, dans la plupart des cas, peur d’aborder. Le fait est que vous n’avez pas envie de vous sous-évaluer, mais vous avez également peur de donner un chiffre qui effrayera le client. Et si ce tarif est plus élevé que la « normale » vous avez peur que le client passe son chemin. Voici des arguments efficaces pour vous justifier.

Tarif Freelance : mettre en avant l’expérience

Cela va de soi : un freelance qui exerce depuis quelques mois seulement a moins de poids qu’un freelance qui officie depuis de nombreuses années dans un secteur donné. La notion d’expérience a une influence directe sur les prix de vos prestations. On distingue d’ailleurs 4 niveaux d’expérience :

  • Moins de 2 ans, vous êtes considéré comme junior
  • De 2 à 5 ans, vous êtes confirmé
  • De 5 à 10 ans, vous devenez senior
  • Passé 10 ans, vous êtes qualifié d’expert

Mais vos années d’expérience ne vont pas directement vous aider à définir vos tarifs en freelance. Une méthode simple consiste à aller simplement vérifier les prix pratiqués par vos concurrents selon leur niveau d’expérience. Ces informations sont facilement trouvables sur les plateformes professionnelles de mise en relation comme Malt. Vous adaptez ensuite votre tarification en fonction.

 

L’incidence des compétences sur votre tarif en freelance

Plus vous êtes spécialisé dans un domaine, plus vos tarifs peuvent être revus à la hausse. Les freelances qui se positionnent sur des sujets généralistes ne manquent pas d’opportunités mais font face à une concurrence accrue. À l’inverse, si vous vous spécialisez dans un domaine de compétences très spécifique, les concurrents seront moins nombreux. Automatiquement, votre spécialisation est plus recherchée, vous pouvez aisément grossir vos prix. C’est la loi de l’offre et de la demande en quelque sorte.

De plus, une compétence rare se pait naturellement plus cher. Vous avez donc tout intérêt, même si le flot d’affaires est moins important, à vous spécialiser pour générer un revenu confortable. Certains secteurs d’activité pointus comme la santé, la finance, les industries paient leurs prestataires souvent plus généreusement que la moyenne.

 

Négociation : sur quelle base vous fixer quand vous proposez votre tarif en freelance ?

Au-delà des prix du marché et de la concurrence, le profil de votre client joue aussi un rôle important dans la fixation de vos tarifs en freelance. Par exemple, si vous êtes sollicité pour une mission ponctuelle par une entreprise du CAC 40, vous pouvez viser la moyenne haute de vos prix. Si c’est une PME qui vous propose une mission longue durée, vous pouvez descendre vos tarifs. D’une part parce que la relation s’inscrit sur le long terme et que vous pouvez bénéficier d’un revenu stable dans le temps. D’autre part parce que ladite PME a peut-être moins de moyens et parce que lui proposer des tarifs abordables vous aidera à remporter le marché. Enfin, si un client vous sollicite pour un projet à traiter dans l’urgence, augmenter vos tarifs pour cette mission se justifie totalement.

Attention cependant à ne pas brader vos tarifs en freelance. Cette pratique dessert la pérennité de votre business et peut concourir à dégrader le marché pour tous les autres acteurs de votre secteur.

 

Tarif freelance : pensez à fixer vos tarifs en fonction de vos taxes et charges

C’est un détail qui peut facilement s’oublier et pourtant, il a toute son importance. Le tarif journalier ou le budget de la prestation que vous allez facturer ne tombe pas net dans votre poche. Des cotisations et des charges vont être déduites du montant.

Réfléchissez plutôt au revenu net que vous voulez obtenir. Si vous travaillez en qualité de micro-entrepreneur, augmentez vos tarifs de 30% pour couvrir vos cotisations. Si vous êtes libéral ou bien salarié porté, doublez vos tarifs pour payer l’intégralité de votre imposition.

Il est aussi conseillé de rajouter 10% supplémentaires pour couvrir les périodes pendant lesquelles vous ne travaillez pas. En effet, l’autoentrepreneur ne perçoit aucun revenu lorsqu’il prend des congés. Ces jours non travaillés sont aussi à anticiper quand vous fixez vos prix.

 

3 tarifs en freelance pour bien gérer sa négociation

Quand vous budgétisez le prix de votre prestation, vous devez prendre en considération ces 3 projections tarifaires :

  • Le prix plancher en dessous duquel vous ne descendrez pas
  • Le prix que vous souhaitez atteindre à la fin de la négociation
  • Le tarif en freelance que vous allez soumettre à votre client

Avec ces 3 hypothèses de prix en tête, vous pouvez entamer des négociations plus sereines. Nous vous conseillons de prévoir une marge de manœuvre de 10 à 15% afin de pouvoir baisser votre prix si votre futur client en fait la demande. Un effort commercial est toujours bien reçu et perçu pour engager une relation sur le long terme.

Voir aussi :