Qu’est-ce qu’un slasheur ?

Le slasheur ou la slasheuse est un travailleur, généralement indépendant, qui gère plusieurs métiers en même temps. Le terme « slash » fait référence à ce signe « / » que le slasheur utilise dans sa description professionnelle sur les plateformes d’emploi. Il permet de présenter toutes les compétences de l’indépendant. Alors, pourquoi devient-on slasheur ? Quels sont les avantages ? Est-ce possible en portage salarial ? Nous répondons à toutes vos questions.

Le slasheur : un profil multi-compétences parfois déconcertant

Sur le marché de l’emploi classique, le slasheur n’a pas encore réellement trouvé sa place. Imaginez un employeur qui découvre le CV d’un candidat comportant plusieurs intitulés : informaticien / musicien / illustrateur / formateur. Lorsque l’on postule pour un poste bien précis, il y a de quoi déconcerter le recruteur.

Mais ce détail n’arrête pas les nouveaux slasheurs car ils ne cherchent pas réellement à se faire embaucher. Ils sont le plus souvent indépendants ce qui leur permet de trouver librement des missions dans des secteurs diversifiés (comme leur profil en somme !).

 

Quel est le profil du slasheur ?

On estime qu’ils sont à peu près 16% de la population active à pouvoir être qualifiés de « slasheurs ». Majoritairement les slasheurs sont des femmes, donc des slasheuses, à hauteur de 85%. Ces professionnels pluriactifs ont plusieurs visages. Ils peuvent être employés d’une entreprise en CDI ou CDD et exercer à côté une autre activité totalement différente sous le statut d’autoentrepreneur. Cela peut-être par exemple un comptable qui endosse le métier de photographe de temps en temps.

Ils peuvent aussi être « slasheurs » à 100% en créant une micro-entreprise qui propose à des entreprises plusieurs compétences et services. Par exemple, un spécialiste d’Internet pourra assurer des missions de développement web mais aussi organiser des formations et proposer une prestation de soutien scolaire. Finalement tout est possible !

 

Quand devient-on slasheur ?

Le métier de slasheur répond au besoin de diversité des nouvelles générations qui ne souhaitent pas être limitées à un seul rôle ou parcours professionnel. Plus de 60% des slasheurs ont moins de 39 ans. Ces jeunes professionnels souhaitent créer leur propre forme d’emploi, celle qui ressemble le plus à leur propre personnalité. Elles ont un besoin de liberté et de vivre en harmonie avec leurs passions.

D’autres, environ 30%  selon les statistiques récoltées, sont motivés par des contraintes économiques. Ils choisissent de diversifier leurs activités pour arrondir leur fin de mois ou bien pour être capables de générer des revenus plus facilement même en période de crise. Le fait d’être multi-casquettes crée en effet automatiquement plus d’opportunités professionnelles.

 

Le slasheur, un statut limité ?

Certains slasheurs sont donc motivés par le fait de générer plus de revenus en multipliant leurs activités professionnelles. Mais est-ce toujours possible ? En choisissant le statut d’autoentrepreneur, il y a un plafond de chiffre d’affaires à ne pas dépasser. D’ailleurs, même lorsqu’on cumule plusieurs casquettes, les revenus générés ne sont pas comptabilisés séparément, ils s’additionnent. Le portage salarial peut toutefois apporter une solution car dans cette configuration les revenus sont totalement déplafonnés.

D’autres contraintes sont également à prendre en compte et viennent limiter la liberté du slasheur :

  • S’il est déjà salarié d’une entreprise, son contrat de travail l’oblige à adopter un comportement loyal vis-à-vis de son employeur. Parfois, son contrat contient même une clause de non-concurrence qui peut l’empêcher d’exercer une activité secondaire à côté.
  • Certaines professions comme le fonctionnariat ou celles règlementées (médecins, avocats…) ne sont pas autorisées à cumuler plusieurs activités.
  • Une limite d’heures travaillées pour les salariés peut aussi s’appliquer pour les slasheurs qui cumulent plusieurs emplois en entreprise. La loi fixe une limite à 10 heures par jour ou 48h par semaine.

À noter : cette dernière contrainte ne s’applique pas aux autoentrepreneurs. Elle concerne les emplois salariés y compris ceux en portage salarial.

 

Pourquoi choisir de devenir slasheur ?

Avant toute chose, ne devient pas pluriactif qui veut. Être slasheur requiert un certain dynamisme, un esprit entrepreneurial et beaucoup de rigueur. De plus, bien qu’il gère plusieurs missions en même temps, le slasheur est un travailleur isolé, non rattaché à une structure. Il faut donc ne pas avoir peur de la solitude et savoir se fixer des objectifs seul.

Passé ces premières remarques, la plupart des actifs qui se décident à sauter le pas pour devenir slasheur le font par pure envie de s’épanouir pleinement dans leurs activités professionnelles. Le slashing, selon eux, est un remède à l’ennui et permet d’exploiter toutes les facettes de sa personnalité. Devenir slasheur est également un excellent moyen de lancer une nouvelle activité professionnelle en toute sécurité. Le professionnel peut en effet maintenir un poste sécurisant en CDI tout développant une ou plusieurs activités complémentaires.

Pour conclure, soulignons que le développement du slashing est fortement lié à celui des nouvelles technologies et du statut de micro-entrepreneur sans lesquels rien de tout cela n’aurait été possible.

Voir aussi :