Salariés portés en intermission, comment s’organiser ?

Si vous exercez votre métier en portage salarial, il est tout à fait possible de vivre une période de creux entre 2 missions. C’est ce que l’on appelle une période d’intermission. Vous pouvez profiter de ce temps libre pour prendre quelques congés, vous former ou bien prospecter de nouveaux clients. Mais quelle sera votre rémunération pendant ce laps de temps et que faire si cette intermission perdure ?

Pourquoi y a-t-il des périodes d’intermission ?

Lorsque vous êtes indépendant et que vous avez choisi d’effectuer vos missions en portage salarial, vous devez trouver vous-même vos clients. En effet, l’entreprise de portage avec laquelle vous signez un contrat en CDD ou CDI n’a pas pour obligation de chercher des missions à votre place ou bien de vous payer un salaire quand vous vous retrouvez sans client. Dans cette configuration, si une mission s’arrête et que vous n’en avez pas de nouveaux projets pour la remplacer, vous vous retrouvez en période d’intermission.

 

Que faire en intermission ?

Les intermissions ne sont pas forcément de mauvaises surprises. Vous pouvez par exemple en profiter pour souffler un peu entre 2 missions longues et prendre quelques jours de congés bien mérités. Si vous n’avez pas besoin de vacances, une intermission est le moment idéal pour se pencher sur des sujets laissés de côté, par exemple :

  • Vous former pour acquérir de nouvelles compétences qui se vendent plus cher sur le marché
  • S’occuper de votre offre commerciale : refaire votre présentation, retravailler votre site web, renforcer votre présence sur les réseaux sociaux professionnels…
  • Rechercher de nouvelles missions et tout particulièrement celles qui correspondent à vos aspirations professionnelles et que vous avez ignoré jusqu’à présent puisque vous étiez débordé
  • Développer une deuxième activité, surtout si elle est plus rémunératrice (en portage salarial, vous pouvez cumuler plusieurs activités freelance en même temps !)

Généralement, les sociétés de portage comme Cegelem vous propose un accompagnement pour vous guider et exploiter pleinement votre temps libre pendant vos périodes d’intermission.

Quid de la rémunération en intermission ?

Dans la convention collective du portage salarial, une indemnité de prospection est prévue pour vous aider pendant vos périodes d’intermission. Cependant, son montant est faible et il ne couvrira pas vos charges. Il est égal à une journée de salaire mensuel qui peut aller de 138 € à 168 € brut par mois dans une limite de 3 mois. Il est donc important d’anticiper vos périodes d’intermission et de mettre un pourcentage de vos revenus de côté pour couvrir vos frais du quotidien lorsque vous n’avez pas de clients. On conseille généralement 10 % pour subvenir à vos besoins pendant ces intervalles sans chiffre d’affaire.

Cependant, si vous avez signé un CDD avec votre entreprise de portage salarial et que vous avez cumulez assez de droits, vous pouvez prétendre à une allocation chômage. C’est l’un des grands avantages du statut de salarié porté. Si vous êtes en CDI, vous pourrez aussi en bénéficier après la rupture de votre contrat de travail (rupture conventionnelle ou bien licenciement). Toutefois, avant de passer à cette étape assez lourde administrativement, octroyez-vous un délai raisonnable de prospection pour tenter de trouver une nouvelle mission (de 1 à 3 mois par exemple). Si vous ne trouviez rien, passez à la rupture de contrat, rien ne vous empêche de revenir plus tard vers votre société de portage.

Attention à l’indemnité de prospection en portage salarial

Sachez que Pôle Emploi peut intégrer cette indemnité dans le calcul de votre salaire de référence pour déterminer votre allocation. Mieux vaut ne pas la demander pour éviter un impact négatif sur votre ARE.

 

Covid-19 : le chômage partiel devient possible en intermission

Certains indépendants en portage salarial dont les entreprises clientes ont été impactées par la pandémie ont vu leurs missions reportées, suspendues ou annulées. Le gouvernement a pris des mesures exceptionnelles pour les aider en élargissant le droit au chômage partiel aux salariés portés. Bonne nouvelle, un nouveau décret, signé en mai dernier, précise que les salariés en portage ont maintenant aussi le droit au chômage partiel pendant une période d’intermission. Cette indemnité est proratisée en fonction de leur temps de travail.

Concrètement, cette allocation d’activité partielle en intermission est applicable dès le mois de mai 2020 et son montant est fixé selon les règles suivantes :

  • La base de calcul correspond à la moyenne d’heures mensuelles travaillées au cours des 12 derniers mois
  • Le plafond de l’indemnité est fixé à 2 571 euros bruts mensuels soit 75 % de la valeur mensuelle du plafond de la sécurité sociale pour une activité équivalant à un temps plein
  • Si le salarié n’a pas travaillé à temps plein, son allocation chômage partiel sera calculée au prorata
  • Le montant plancher est déterminé par l’entreprise de portage salarial

Voir aussi :